La course à pied Les blogs courseapied.net : GGBI

Le blog de GGBI

Flux rss du blog, des réactions

Les derniers billets

Mes catégories

Mes liens


Le forum courseapied.net

Le chat courseapied.net

Les blogs courseapied.net

2006-10-27 11:37:12 : Objectif marathon

Moins d’un mois avant le coup de feux libérateur donnant le départ du seizième marathon de la Rochelle. On attaque maintenant les deux semaines décisives. L’heure n’est plus à gagner de la vitesse, mais plutôt à s’adapter a celle que l’on appliquera le jour J. Hier, retour donc sur l’allure marathon. Bien que l’entraînement doive être diversifié, il ne faut pas oublier l’essentiel.

Si vous avez observé mes deux semaines d’entraînements, vous pouvez constater qu’elles s’articulent autour de cinq séances. Une séance longue, qui va augmenter au fur et a mesure des semaines pour aller de 1h30 à 2h30. Une séance VMA, ou presque, qui va consister a faire des fractions de 400 a 800 M a allure rapide. Les 400 sont courus à VMA et les 800 entre la VMA et l’allure 10 Km. Deux séances dites de récupération, d’une heure à une heure quinze entièrement courues en endurance. Et enfin une séance d’allure marathon que certain appelle seuil.

Cette séance est toujours précédée d’un footing de trente minutes afin de commencer à travailler l’allure dans des conditions de courses et non dans les conditions d’un départ. La durée évolue dans le plan. La semaine dernière c’était 3 fois 8’ soit 24’. Cette semaine, c’est 2 fois 12’, soit toujours 24’ mais les fractions sont plus longues. Ensuite viendra le semi avec plus d’une heure a cette allure, puis en semaine 4, la séance VMA sera remplacée par 3 fois 10’ allure marathon et j’aurais aussi une autre séance a allure spécifique de 30’ aussi.

La séance d’hier était d’autant plus importante, que c’était la dernière avant le semi test que je vais courir mercredi prochain en Vendée. La virée des puces a Saint christophe du Ligneron (http://acpl.free.fr/ ). Si certains d'entre vous comptent la faire, ce pourrait être l'occasion de s'y rencontrer avant le rendez vous de La Rochelle.

C’est très émoussé que j’entame cette séance. Depuis le début de mon plan la semaine dernière, j’ai enchaîné cinq sorties en cinq jours, puis un week end Irlandais pas du tout de repos pour reprendre dès le lendemain par une sortie longue de 17 Km, suivie d’une séance VMA dans le vent et d’une heure et quart de footing. Je sens mes jambes lourdes et le vent est toujours au rendez vous. Seule compensation, le soleil qui est au zénith, ou presque, faut dire que je commence cette séance vers midi et quart.

Mon échauffement m’emmène par le chantier de ma maison, puis je poursuis à travers la campagne en direction de Martigny qui sera le dernier village traversé par le marathon du Futuroscope 2007.

Après 30 minutes d’endurance laborieuse, je me lance à l’assaut des derniers kilomètres du prochain marathon local. Malgré la fatigue, cette première fraction se passe merveilleusement bien, j’engloutie 2,77 Km en 12’ a une moyenne de 4’22 pour une Fc raisonnable de 169 (86% de FCM). Moi qui vise du 4’30 pour la Rochelle, je suis plutôt satisfait. Mais l’essentiel de cette fraction s’est faite sur un faux plat plutôt descendant. La route qui relie Martigny au Futuroscope est plutôt descendante. Oubliées les montagnes russes de l’ancien parcours. Quand je dis que les records vont tomber l’année prochaine.

Histoire de compenser, j’avais prévu un parcours plus vallonné et moins avantageux pour la seconde fraction que je coure a une moyenne de 4’32. Dans les temps donc, mais avec une Fc un peu trop forte, 171 alors que je souhaite être sous les 170. Pas grande différence et normalement avec les deux semaines de repos précèdent le marathon, je serais moins fatigué.

Le semi de la semaine prochaine m’en diras plus sur mes possibilités de cette fin d’année.
Au retour, je passe devant un restaurant, les gens mangent en terrasse, ça montre à quel point le soleil est présent. Décidément, la météo est imprévisible cette année.

Les réactions

Par mielou, le 2006-10-27 12:04:24
bonne prépa à ce que je lis !
prochaine course sympa pour toi
j'ai vu que les licenciés payaient moins chers
si sur la capitale ça pouvait être sur toutes les courses pareils...

Par grosours, le 2006-10-27 12:35:56
"L’heure n’est plus à gagner de la vitesse, mais plutôt à s’adapter a celle que l’on appliquera le jour J. " un bon rsumé à graver dans la tête de beaucoup de monde.

Par james, le 2006-10-27 12:58:54
Merci GGBI pour la com sur notre nouveau parcours du Futuroscope.
Pour La rochelle on croise les doigts et rappelle toi du théoréme : un marathon c'est 30 kms de préparation,10 kms de course et deux kms de bonheur !

Par GGBI, le 2006-10-27 13:22:29
@mielou, effectivement les non licenciés (dont je fais parti) payent 3 euros de plus. Pour que ce soit généralisé, il faudrait que la FFA participe, car là c'est le club qui prend sur lui de faire une ristourne aux licenciés. Par contre je trouve que faire encore trois euros de plus pour une inscription après le 25, ce qui fait une différence de 6 euros entre les coureurs deviens excéssif.

@James, de rien pour la promo, je coure sur les terres du marathon et comme toi j'aimerais bien qu'il s'inscrive comme un rendez vous dans la liste des courses sur route francaises.
Bien vu ton découpage, il manque juste les 195 derniers mètres : encore un peu de souffrance, le bonheur, l'exctase, l'acomplissement de deux mois de préparation ?

Peut être un peu de tout ça.

Par Kemalic, le 2006-10-27 13:45:02
C'est du travail sérieux tout ça GGBI, je te vois bien sous les 3h10 à la Rochelle.
Enfin il ne faudra pas oublier le paramètre météo fin novembre qui pourrait anéantir une bonne prépa.

Par XAVIER, le 2006-10-27 17:11:47
J'me retrouve bien dans ta préparation!!3h18 sur le 42, 1h27 sur le semi et 38'30 sur 10km! J'me verrai bien avec un meneur d'allure en moins de 3h et ta sympathique personne dans le groupe! Je découvre ton blog et c'est bien pensé! Tes remarques sont pertinentes! Bye! Xavier, coureur arpentant le finistère et le morbihan!!

Par GGBI, le 2006-10-27 17:27:11
@Kemalic passer sous les 3h10 est mon objectif chronométrique. La météo, j'y pense, mais je ne m'en soucie pas pour l'instant. J'ai conscience que mes entrainements en short et tee shirt n'on rien a voir avec les conditions que nous aurons dans un mois.

@Xavier, nous avons effectivement des temps similaires (1h22 sur 20Km et 39'18 sur 10). Tu devrais facilement exploser ton record sur marathon.
Tu a fais celui de Vannes ?

Par JF, le 2006-10-28 19:12:16
Bonne préparation pour le marathon de la Rochelle !
Je reprends doucement la course à pied mais la pubalgie ne me laisse toujours pas tranquille ...
Peut-être nous verrons-nous le 19.11 à Montamisé et début décembre sur ta piste fétiche de la pièce des cards.
Désolé de ne pouvoir faire l'EKIDEN du 11.11
Amicalement.
Joël

Par GGBI, le 2006-10-29 09:28:38
Réaction de GGBI, le 2006-10-29 09:23:14:
Salut Joél,

Je me doutais bien que tu avais encore des soucis avec ta pubalgie, car nous ne t'avons pas vu ces derniers dimanches.

Dimmage pour l'Ekiden, je me demande si je vais arriver a faire une équipe.

Je pense que je ferais le 7,5 a Montamisé.

Remet toi bien et a bientot j'espére avec Chasseneuil loisirs.

A+

Par james, le 2006-10-30 23:00:20
Salut GGBI : en fait je fais l'EKIDEN avec le CA PICTAVE ( Laclautre , Bergeon , Renaud , Roirand , Vacossin ) mais aussi les 7.5 kms de la Foret de Moulière chère à notre ami Alain MERIOT

Votre pseudo :

Votre commentaire


Combien fait un plus trois ? (en toute lettre)

Les 5 billets précédents

2006-10-26 11:13:03 : Bon anniversaire petit. - 0 photo - 8 réactions

Aujourd’hui, c’est l’anniversaire de mon fils. Neuf ans déjà, je m’en rappelle comme si c’était hier. Ma femme qui me réveille pour la nième fois. « Cette fois c’est pour ce soir » me dit elle. Direction l’hôpital. Il fait nuit, il est deux heures du matin ce dimanche 26 octobre 1997. Il commence bien le petit, me faire lever en pleine nuit dominicale.

C’est sous le soleil que je pars ce soir pour une sortie d’une heure et quart en endurance. A 18 heures, Il fait encore jour. J’ai prévu mon parcours, je l’ai choisi particulièrement vallonné, et a travers chemin. La chaleur automnale de la journée aura asséché un peu la gadoue.

Je laisse mon fils avec ses copains. De toutes façon, il n’aime pas courir, il fait du sport, mais surtout pas la course a pieds qu’il trouve trop fatiguant. Sa passion, c’est le judo. Son moniteur qui est aussi marathonien a la technique pour les faire courir sous forme de jeux a travers le tatami. Il n’aime pas courir, mais il le fait sans s’en rendre compte.

Le premier kilomètre se fait sans soucis, ce soir je me sens en forme. Le second est beaucoup plus laborieux, mais c’est normal, c’est une grande cote qui me conduit du bas de Chasseneuil à Saint georges . Quarante mètres de dénivelés en à peine 800 M de distance. Ce n’est pas de la montagne mais ça grimpe. Alors les pulsassions aussi, elles grimpent.

J’aime aller courir à cet endroit, on domine tout Chasseneuil et on a une vue imprenable sur le futuroscope (il faudra que je prenne une photo). Ces premiers kilomètres m’entraînent vers la voie romaine, que je vais emprunter quelques minutes. Le vent souffle très fort en haut, mais pour l’instant je l’ai de dos. Je sais que le retour sera difficile.

La nuit commence à tomber et les souvenirs de la maternité me reviennent en mémoire.
Comme nous étions parti un peu a la hâte, j’avais oublié ma montre. Un comble le jour du passage a l’heure d’hiver. L’horloge de la chambre qui ne possède pas de trotteuse nous rappelle par un petit clic toutes ces minutes interminables qui passent. Il n’y a pas de bruit dans les couloirs, nous sommes, pour l’instant, les seuls à attendre un heureux événement.

A trois heures, il est toujours trois heures. Je met longtemps a me rendre compte que l’horloge ne bouge plus et encore un peu plus a réaliser qu’ils ont arrêté toutes les horloges de l’hôpital afin d’attendre a nouveau qu’il soit trois heures. Une heure a passer sans aucune notion du temps.

Aujourd’hui sur mes sentiers rien de cela ne peut m’arriver. Mon cardio compte les secondes que je passe à courir, et quand bien même il tomberait en panne, mon GPS est capable de me donner l’heure qu’il reçoit des satellites et lui aussi me chronomètre.

La nuit tombe, il est déjà sept heures. Encore un quart d’heures à courir. Mon GPS n’a pas d’éclairage, ma montre sûrement, mais comme c’est un nouveau modèle, je ne sais pas sur quel bouton appuyer.

Neuf ans après me voici a nouveau sans notions du temps qui passe. Pas tout a fait quand même, puisque je sais évaluer approximativement la distance qui me sépare de la maison.
Je coure aux sensations, comme diraient certains forumeurs.

Mon fils est né à 11 heures, soit après 10 longues heures d'attente. Aujourd’hui j’avais prévu 1 heure et quart de course. J’en aie réalisé 1h15’28’’, pas mal sans pouvoir consulter mon chrono. Pour la distance, ce n’est pas terrible, mais c’était très vallonné et avec beaucoup de vents. 12,840 Km (soit du 5’53 au Km) a des pulsations moyennes de 144 (73,85%), j’ai réussi à courir en endurance sans pratiquement consulter mon cardio, du moins sur la fin.

Discrètement l’hivers approche, le froid n’est pas la, mais la nuit s’installe et il faut maintenant que je pense a prendre ma tenue fluo. L’année dernière a cette même époque, j’ai failli me faire renverser par un side car qui ne m’avait pas vu.

2006-10-24 17:58:32 : Un tour chez mes voisins. - 2 photos - 10 réactions

Séance prévue aujourd’hui, huit fois 800 mètres en 3’. Comme je calcule vite, je me dis que cela représente pile poil deux tours de pistes par fraction. Vincent dans un autre billet m’avait parlé de cette piste de Jaunay Clan, ville voisine de Chasseneuil.

Je me dis donc que c’est le bon moment pour l’essayer. J’enfile donc ma tenue préférée du coureur et direction Jaunay Clan.

Le défaut de cette piste, c’est qu’elle se trouve un peu loin de chez moi. Il faut bien compter vingt minutes d’endurance pour y parvenir. A l’aller ce n’est pas un souci, mais le retour était prévu en dix minutes. Je sais donc déjà que ma séance sera plus longue que prévu.

Un autre défaut, c’est son revêtement, le gazon c’est pas terrible le lendemain d’une petite tempête, le terrain est un peu boueux et j’ai glissé à plusieurs reprises.

Je suis encore fatigué de mon week end et de mes 17 kilomètres d’hier et un autre élément perturbateur m’inquiète encore plus, le vent qui s’il n’est pas très fort devant chez moi à l’abri des maisons, semble ensuite vouloir me repousser vers ma piste a coté de chez moi qui elle est un peu abritée par deux haies d’arbres assez conséquents.

Tant pis, je suis têtu, je fais face au vent et affronte sa colère jusqu'à la fameuse piste. En fait l’endurance se passe même plutôt bien, puisque je parcours les 3,660 kilomètres qui séparent cette piste de ma maison en 20’19 (soit du 5’32) avec une Fc moyenne de 142 (72,81% de FCM).

Arrivé sur la piste, je fais l’erreur de partir trop vite. Cela m’arrive souvent, je n’ai pas l’impression de forcer, mais je fais la première fraction trop rapidement. D’ailleurs lors de la préparation pour le marathon de Paris, j’avais fait la même bêtise pour cette séance. Résultat, j’essaye de rattraper l’erreur, sur les 800 suivants c’est OK, mais ensuite je coince dans les deux derniers.

A ma décharge, je dois dire que le vent ne s’est pas toujours manifesté et je l’ai vraiment ressenti dans les deux derniers 800, il soufflait vraiment fort à ce moment.

Bilan, huit fractions pour un total 6,4 Km en 24’ à une Fc moyenne de 179. La vitesse moyenne est bonne, mais ma vitesse baisse a chaque 800.
Ainsi je réalise : 2’51 / 2’56 / 2’58 / 2’57 / 3’02 / 3’02 / 3’04 et 3’09

Au total j’ai parcouru 16 kilomètres sur l’ensemble de la séance en 1h19’34’’.
Voila, beaucoup de chiffres aujourd’hui, normal c’est du fractionné.
Demain un peu d’endurance histoire de se reposer.

2006-10-23 16:20:36 : The Irish marathon - 2 photos - 5 réactions

De nos jours, on parle facilement de marathon dès que l’on fait quelque chose d’inhabituellement important en quantité. Par exemple, lorsqu’un acteur fait la promotion d’un film à travers une multitude d’émissions télévisées, on parle alors de marathon médiatique.

Et bien pour moi, ce week end ne fut pas consacré a la course a pieds. En trois jours, je n’ai à aucun moment trouvé le temps de chausser mes Mizuno.

Comme je vous l’annonçais dans mon précédent billet, Chasseneuil recevait une délégation d’Irlandais venus de Cork dans le cadre du jumelage.
Nous faisions parti des onze familles à recevoir ainsi nos amis étrangers. Pire encore, c’est ma femme et moi-même qui étions chargés d’organiser les différentes visites et repas.

L’Irlandais aime la verdure, nous leur avons fais visiter les magnifiques jardins de Villandry. Ils sont gourmands, nous avions organisé une dégustation de macarons ainsi que la visite du musée du macaron de Montmorillon. Surtout l’Irlandais aime la bière pendant que les Irlandaises marchent de magasins en magasins avec de plus en plus de sacs à la main. Nous leur avons permis de faire tout ça dans les rues de Tours.

Ajouté a cela trois restaurants, une soirée dansante avec son buffet campagnard et trois repas en commun avec deux autres voisins et me voila deux kilogrammes plus tard dans les rues de Chasseneuil en tenue de coureur fatigué et encore tout embrumé de ce merveilleux week end.

Au programme de ce Lundi la sortie longue dominicale. Le midi, j’ai deux heures de pause. La sortie prévue fait une heure quarante. Il me restera donc ensuite vingt minutes pour les étirements, la douche et le repas.

Pour l’instant, ce n’est pas le souci. Ma plus grande préoccupation, est de savoir si je suis suffisamment remis de ce week end pour pouvoir trotiner pendant une heure quarante sur environ 17 Km et sans trop affoler le cardio qui se rend bien compte que l’alcool ingurgité ce week end n’est pas complètement évaporé.

Conscient de mon état, je pars tranquillement, d’autant plus que pour moi, pas question d’intégrer une quelconque allure marathon. Le but de ces sorties longues et plutôt de s’habituer sans fatigue excessive a courir longtemps.
Puisque je suis là pour longtemps, alors je profite du paysage sans penser au nombre de kilomètres qu’il me reste à faire. J’en ai prévu 17, alors n’affolons pas inutilement les jambes.

Je n’ai pas complètement organisé mon circuit, mais je prévois de passer devant le chantier, histoire de voir si pendant que je coure d’autres travaillent. Ensuite je me dis que je devrais chercher un peu de chemin sur mon parcours, histoire de préserver mes articulations. Un chemin, oui, mais pas trop boueux, avec tout ce qui est tombé ces derniers jours. Sacrés Irlandais, ils étaient venu avec leur climat histoire de ne pas être dépaysés.

Je me rappelle qu’il y en a un de deux/trois kilomètres entièrement gazonnés entre Martigny et Jaunay clan.

Une fois passé devant le chantier, où je m’aperçois que la toiture est presque finie et qu’un monsieur est en train de poser la gouttière, je me dirige donc vers Martigny. Ce passage est difficile, car on monte tous le temps. J’y vais tranquillement, après j’aurais quelques kilomètres en descente pour me rattraper. En plus sur cette portion j’ai le vent de dos.

Pendant que les kilomètres défilent, je me rappelle d’un post de Vincent qui me disait qu’il existait une piste en herbe à Jaunay Clan. J’en profite donc pour y faire un crochet. J’ai fait un petit tour de cette piste. Elle a la forme d’une piste classique, autour d’un terrain de foot. Il y a un marquage des lignes, un peu effacées. La seule différence d’avec une piste classique, c’est son revêtement. Sous le gazon, le sol n’est pas particulièrement plat. A l’occasion, j’essayerai d’y faire quelques fractionnés.

Avant de repartir, je jette un coup d’œil au GPS. Le tour fait bien 400 Mètres a la corde. Vingt minutes plus tard me voilà de retour à la maison. C’est là que le sport devient le plus compliqué, en a peine plus d’un quart d’heure je dois être habillé et de retour a mon poste.

Je fais l’impasse sur le repas que je remonterai me faire vers 3 heures. De toutes façon après un tel week end, j’ai des reserves.

Au final, 17,38 Km parcourus en 1h40’19’’ a une moyenne de 5’46 au kilomètre pour une fréquence de 145 (74,36% de FCM). Pas terrible niveau vitesse, mais ce n’étais pas l’objectif du jour.

2006-10-19 18:49:24 : J’ai de la chance. - 0 photo - 4 réactions

Ce midi, dernière sortie de la semaine, une heure tout en endurance.

Depuis ce matin, il pleut de plus en plus fort. Pas grave, je suis habitué, hier déjà j’ai couru sous le déluge.
J’ai prévu ma sortie a midi. J’aime bien courir ainsi juste avant le repas. Personne ne m’attend, le midi je mange tout seul.

L’heure du départ sonne, je me prépare, mon short, mon tee shirt. Zut j’ai oublié la ceinture du cardio. Rebelote pour le tee shirt, le GPS au bras, le podomètre au short, les chaussures et zou, dehors.

Le soleil se pointe en même temps que moi, quelle chance, j’en suis tout émerveillé. Si j’avais su, aujourd’hui j’aurais joué au loto, mais comme il n’y a pas de tirage cela n’aurais pas changé grand-chose.

Ces rayons me mettent en confiance. Je pars tranquille, enfin pas si tranquille, je trouve mes premières foulées un peu rapides. J’ai un petit repère, j’arrive en principe au bout de ma cité aux alentour des 35 secondes avec des pulsations d’environ 125. Ces derniers jours, n’étant pas très en forme, le cardio affichait plutôt 135.

Aujourd’hui, j’ai de la chance, alors tout me souris, le cardio m’affiche 127 pour 36 secondes. Le compte y est, il n’y a pas de ligne au bout de la cité et parfois je démarre devant le portillon, parfois après. On ne va pas chipoter, c’est plus les 135 des jours précédents.

D’ailleurs la suite confirme ce retour en forme. Pas de stress, les kilomètres qui défilent sans soucis. Je passe a la banque déposer un cheque, je fais quelques étirements devant l’agence et c’est reparti. Un coup d’œil au chantier. Le couvreur est là a s’activer sur la charpente.

Mon circuit m’emmène ensuite vers mon premier parcours d’entraînement. Qu’est ce que j’étais heureux de boucler enfin 10 kilomètres sans m’arrêter. Sans aucune notion de course a pieds, a cette époque je faisais toutes mes sorties a fond. La première fois que j’ai bouclé ce circuit fétiche, je l’ai fait en une heure. Arrivé chez moi j’étais exténué. Aujourd’hui, je fais ce même circuit en endurance en moins de temps.

Que de progrès réalisés depuis avril 2003, période a laquelle j’ai commencé a pouvoir courir assez longtemps. Avant mes parcours faisaient au maximum 6/7 kilomètres.

Je fini en passant par la pièce des cards, un regard a ma piste préférée. Aujourd’hui pas de fractionnés, je ne m’attarde pas plus, un plat de pâtes m’attend a la maison.
Résultat de la sortie, une heure, 10,760 Km a une moyenne de 5'35 au Km pour une Fc de 144 soit 73,85%.

Cet après midi, il pleut a nouveau, décidément, j’ai eu beaucoup de chance de courir sous le soleil.
Un jour peu être je gagnerai au loto.

Bilan de cette semaine, une sortie longue, puis des fractionnés courts, une sortie en endurance, de l’allure marathon pour finir une petite heure de footing. Cinq sorties en cinq jours, je sais il aurait mieux valu placer une journée de repos, mais on fait comme on peut. Je vais avoir deux journées des repos successives.

Obligé, car ce week end sera Irlandais, nous recevons une délégation d’Irlandais dans le cadre du Jumelage. Ils sont chez nous jusqu'à Dimanche. Au programme cocktails, restaurants, repas chez les autres et chez nous. De quoi prendre quelques kilos. J’aurais une bonne raison de courir cinq fois la semaine prochaine.

2006-10-19 10:37:03 : La Bonne allure. - 1 photo - 6 réactions

Hier, séance prévue trois fois huit minutes allure marathon.

Lorsque, si tout se passe bien, je prendrais le départ du marathon de la Rochelle le 26 novembre prochain, cela fera presque six mois que j’aurais bouclé mon marathon précédent.
En effet j’ai franchi la ligne d’arrivée du marathon du Futuroscope le 28 mai 2006.

Mais ce dernier marathon était un peu particulier, en tant que local de l’épreuve j’ai choisi cette fois ci d’aider l’organisation. C’est ainsi que je me suis retrouvé a courir ce marathon a une allure inhabituelle pour moi, puisque je l’ai fait en 4h15 avec un ballon au dessus de la tête.

J’étais meneur d’allure. Pour ce marathon, nous n’avions pas fait les choses a moitiés. Il y avait des meneurs d’allure tous les quart d’heures à partir de 3 heures et jusqu'à 4h45. Même à Paris, il n’y a pas autant d’allures représentées.

Par mis tous ces bénévoles, il y avait aussi d’autres têtes connues. Enfin quand je dis têtes, je veux dire forumeurs. Fred accompagnait les coureurs en trois heures et James le suivait un quart d’heures plus tard.

Pour mon groupe, le résultat fut un peu en demi teinte. Au semi que j’ai franchi tel un métronome en 2h7’30’’ précises, nous étions une quinzaine de personnes. A la fin, seules trois personnes restaient dans mon sillage. Et encore, ce n’était pas des coureurs qui m’avaient accompagnés depuis le début. Je les avais rattrapés dans les derniers kilomètres.

La plupart des coureurs avaient lâché au ravitaillement du 36iéme Km. Peu être avaient il tous surestimé leurs capacités. Le soleil qui même s’il n’étais pas très fort les avais ils assoiffés au point qu’ils restaient scotchés a la table de ravitaillement.

J’ai retrouvé la plupart de ces coureurs après la ligne d’arrivée. Pratiquement tous sont arrivés avant les 4h30. Preuve que leur choix était le bon. Tous ont apprécié courir dans ce groupe presque jusqu'a la fin.

Pour moi, ce fut une expérience vraiment enrichissante en terme de relations. Lorsque je lis les lignes de Dominique Chauvelier qui raconte son dernier marathon du médoc (voir le dernier Jogging International) qu’il a couru en presque cinq heures (un record pour lui), cela me rappelle un peu l’ambiance qui régnait au sein de ce groupe.

Et ma séance alors. Et bien elle commence tôt le matin. En effet ce mercredi étant libéré, j’ai deux petits monstres à la maison. Il faut donc que je parte (et surtout que je revienne) avant leur réveil. Je suis tellement angoissé à l’idée de rater l’heure que je me réveille a 5h30. Je me dis que c’est un peu tôt. D’autant plus que si je rate ma sortie matinale, j’ai encore la possibilité de la faire le soir. Comme je ne me rendors pas, à 6h30, je me lève. J’englouti un bol de spordej. J’aime bien ça lorsque je fais une sortie matinale. C’est une préparation au praliné. Une heure plus tard j’enfile les chaussures et me voila dehors.

La pluie menace, mais tout est sec et je me dis que j’ai bien fait de faire ma sortie ce matin, car peu être que ce soir il pleuvra. A peine ai-je démarré que la pluie commence à tomber. Au bout de dix minutes, c’est carrément le déluge.

Hier, je vous avais fait part de mon manque de fraîcheur, aujourd’hui, c’est encore moins bien. Bon je ne suis pas du matin non plus. Ne me sentant pas dans un grand jour, je décide de rechercher un terrain plutôt plat voire descendant pour ma première fraction de huit minutes a allure marathon.

Je réalise cette première à la sortie de Jaunay clan. Après avoir bifurqué en direction du Futuroscope, je me retrouve sur les derniers Km du marathon. Je passe la ligne des 40 Km. Cette ligne va s’effacer avec le temps. En effet la fin du parcours a été modifiée. Plutot que de passer par la campagne, nous traverserons un village supplémentaire, Martigny. Je suis sur que les encouragements seront aussi poussés que lors de la traversée des autres villages du parcours. En 2007, les records vont tomber.

J’avais oublié que la fin de ce 40iéme Km ainsi que le début du suivant étaient en montée. Zut, moi qui cherchait a descendre. En haut de la cote, une marque au sol. Il y a écrit ravitaillement. Plus personne pour me tendre un verre d’eau. Heureusement, j’ai toujours ma gourde en ceinture.

J’ai monté cette petite cote sans soucis. Bilan de cette première série, 1,78 Km a une Fc de 168. Soit du 4’30, exactement ce que je recherchais.

La seconde série sera plus laborieuse, un grosse montée tranquille vers la faculté. Par contre la dernière me confirme que mes ambitions pour ce marathon de la Rochelle sont réalistes.

Bilan des 24 minutes d’allure marathon, du 4’33, avec beaucoup de relief et une Fc moyenne de 169 soit 86%. Ce n’est pas encore le 4’30 recherché, mais la préparation commence juste.

Tous les billets

www.courseapied.net - info@courseapied.net