La course à pied Les blogs courseapied.net : GGBI

Le blog de GGBI

Flux rss du blog, des réactions

Les derniers billets

Mes catégories

Mes liens


Le forum courseapied.net

Le chat courseapied.net

Les blogs courseapied.net

2007-06-19 16:58:13 : Quelle météo

La semaine dernière je me plaignait de la pluie qui tombait a torrent et alourdissait mes chaussures. Cette pluie qui a continué à perturber mes entraînements jusqu'à dimanche a cessée de m’importuner depuis hier.

Dimanche c’était sorti en groupe avec Chasseneuil loisirs. Habituellement nous formons deux groupes en laissant d’un coté les femmes pour ainsi pouvoir évoluer à une allure plus rapide. Mais a la faveur d’une discussion la veille, nous avions décidé de nous regrouper. Et bien nous en a pris, car nous nous sommes ainsi retrouvé a cinq, ce qui rend tout de même le groupe plus conséquent que lorsque nous évoluons comme lors de nos dernières sorties, seulement a deux.

Si nous sommes partis sous un ciel plutôt clément, la pluie n’a pas manqué de se rappeler à nos bons souvenirs lors des derniers Km. Et encore on a eu chaud (manière de parler), car l’après midi fut sûrement la période la plus intense de cette dernière semaine en matière de pluie. Une petite sortie a travers la campagne sur un parcours qui était pour moi totalement inconnu de 14 Km en 1h22.

Le lendemain et pour me remettre d’un week end de fêtes de pères assez chargé je n’ai réalisé qu’une petite sortie de 44 minutes pour 8,1 Km, histoire de lier l’utile a l’agréable en distribuant quelques courriers.

Aujourd’hui plus de pluie, qui s’en plaindrait ? Et bien moi, car a la place nous avons eu droit a un soleil de plomb. Je sais vous allez me dire que je me plain tout le temps, soit il fait trop chaud, soit il pleut, parfois il y a du vent. Bref, ce n’est jamais le temps idéal pour courir. Et bien si, mais lorsque c’est le cas, je n’en fais pas état.

Normalement lorsqu’il fait aussi chaud, je cours de préférence le matin. Mais voilà, ce n’est pas toujours facile, surtout lorsque, comme aujourd’hui, je ne l’avais pas prévu. Au programme, une demi heure d’échauffement, suivie de trois fois 1500M allure 10Km en 5’40 a 5’35.

Dès l’échauffement, je sens que cela sera dur, mes pulsations sont déjà très fortes. Ce qui me sauve un peu, c’est que ce n’est pas non plus une grosse séance. Il m’arrive de faire jusqu'à 8 fois 1000M à cette allure. Aujourd’hui, ce n’est que 4,5 Km. Par contre un 1500 c’est un peu plus long. Pour le premier, je pars un peu vite, passe le 800 en 2’56 alors que j’avais prévu 3’, au 1000M j’ai encore 5 secondes d’avances sur mon chrono. Au final je me suis un peu grillé sur ce premier 1500 que je réalise en 5’32.

Si le temps est a peine sous la fourchette prévue, c’est celui que j’envisageais pour le dernier 1500M. Du coup je souffre un peu sur le second, mais je tiens encore en 5’36. Dans le dernier par contre j’explose après le 800M et fini en 5’44. Je n’ai pas regardé mes pulsations, mais elles sont très fortes. Même dans la récupération entre les 1500, elles n’ont pas beaucoup baissée. Sur le retour, c’est pareil, le cardio ne descend pas en dessous de 164, alors que d’habitude je reviens vers les 145.

Déjà la chaleur diminue énormément les capacités, mais je pense qu’en plus il faut une période d’adaptation. Alors quand comme ces dernières semaines, on alterne des périodes chaudes de quelques jours avec de plus longues périodes plutôt clémentes, je ne vois pas comment on peu s’adapter.

Les réactions

Par Fred, le 2007-06-19 17:31:35
Sympa le commentaire sur les coureuses…
Fred

Par GGBI, le 2007-06-19 18:07:59
Tu as raison Fred. je me suis sans doute mal exprimé. Ce n'est pas moi qui ait décidé de faire deux groupes et ce sont plutot les femmes qui préférent être seule pensant peu être a tord que nous irions trop vite.

Cela dis, il est vrai que statisquement, les femmes courent moins vite.

Par romain, le 2007-06-19 22:22:02
Bonjour GGBI ,
en effet la météo est assez aléatoire , un vrai loto de nuages , de pluie , de vent et le gros lot : le soleil très chaleureux !
Roue de secours : le tapis de course en salle ! hé hé ! lol!
@+++

Par Bipbip34, le 2007-06-20 08:46:47
Chez nous (région Montpelliéraine) la chaleur est arrivée depuis un petit moment, histoire d'avoir déjà le "perfect" bronzage agricole!!!
Mais c'est sur qu'en ce moment, se taper une séance entre 12 et 14, sans ombre et en côte cela relève du comportement sucidaire :o)
Only the strong survive!

Par JF, le 2007-06-20 19:10:00
Pas de sortie avec toi demain midi mais d'accord pour vendredi si tu est disponible

Par GGBI, le 2007-06-20 22:42:17
OK pour vendredi 12h05 comme d'habitude.

Par mielou, le 2007-06-21 15:23:54
salut GGBI
en cette fin de saison, perturbée par une douleur sous l'avant pied, j'ai complètement zappé le fractionné.
je reprendrais début août en espérant ne pas subir la canicule
je m'oriente vers une prépa 10km pour les championnats à Leucate fin septembre si mes problèmes de pieds m'oublient d'ici là
je change de modèle de shoes prochainement
les wave aéro étaient super mais je crois bien que mon capiton plantaire vieillit mal...
il faut faire un choix, celui de la raison
finies les chaussures ultra légères qui courent trop vite !

Par GGBI, le 2007-06-21 20:49:36
Salut mielou,

Je ne sais pas tout a fait en quoi consiste ta blessure, mais j'ai eu pendant le marathon de paris une douleur a l'intersection entre le gros doigts de pieds et le pieds, dessous.

J'avais l'impression d'avoir de la corne.

Cela a mis plus d'un an a partir. Par contre la douleur étais pour moi supportable.

Y'a t'il un lien avec les wave aéro, probable a cause de leur légéreté comme tu dis, avec ressend plus facilement le sol qu'avec mes wave rider.

Comme je te le disais, les aero je ne les utilise que pour les fractionnés court (jusqu'a 1000M) et pour les compét. jusqu'aux 10 KM (1 ou 2 fois sur des 20Km il y a longtemps).

Bonne récup.

Votre pseudo :

Votre commentaire


Combien fait un plus trois ? (en toute lettre)

Les 5 billets précédents

2007-06-15 15:26:44 : la douche froide - 3 photos - 9 réactions

Quel temps, un temps à ne pas mettre un chat dehors. D’ailleurs je n’en aie pas croisé beaucoup ces derniers jours. A croire qu’ils sont abonnés a la chaîne météo. La bonne, celle qui donne les vraies prévisions.

Et dire qu’il y a une semaine a peine se déroulait les 10 Km de Saint Georges sous des températures et un climat estival. En une semaine tout a changé. Il parait que la planète se réchauffe et bien Chasseneuil résiste encore bien à l’invasion, et moi avec mon gabarit d’Astérix, je n’hésite pas a braver tous les temps.

Pourtant la semaine avait bien commencé. Après une journée de repos pour me remettre de ma petite performance de vendredi et d’un week end bien arrosé lui aussi (mais pas avec de l’eau celui là), je repartais mardi matin sur les routes de campagne.

Ce n’est pas un horaire habituel pour moi cette année, mais il parait qu’il faut bousculer ses habitudes pour booster son entraînement et surtout mon emploi du temps du jour ne me permettais pas un autre moment. Donc une course matinale sous la bruine, histoire de changer du soleil des jours précédents. Et puis ça fait du bien de courir un peu sous la pluie me dis je. Du coup je réalise une sortie tranquille de 13Km en 1h9 à 143 puls de moyenne (73 ,33% de FCM pour les matheux qui connaissent ma FCM).

J’en ait profité pour parcourir un peu les alentour de Chasseneuil en essayant de me trouver proche de la banque après 9 heures, c’est plus pratique lorsque l’on a un chèque a déposer.

Cette bruine du Mardi s’est transformée en trombes d’eaux le Jeudi matin. Rien de bien gênant, j’avais prévu de reprendre mon horaire habituel de fin de matinée histoire de courir avec JF comme nous le faisons souvent le jeudi midi. Dix minutes avant le départ, il m’appelle pour me demander si je suis toujours partant. La pluie qui n’avait cessée de la matinée s’était un peu calmée.

Le calme avant la tempête aurions nous du penser, car cela nous a juste laissé le temps de parcourir a peine un kilomètre, histoire d’être suffisamment loin pour ne pas faire demi tour.
Nous avons eu droit a un orage pendant les 40’ suivantes durant lesquelles JF m’a accompagné. De toutes façon en deux minutes on es trempé, après on est habitué. Le plus embêtant, c’est pour les chaussures, qui mettent plusieurs jours à sécher et surtout qui prennent beaucoup de poids au fur et a mesure que nous avançons.

Après avoir laissé JF, je repars seul pour une boucle supplémentaire de 6 Km histoire de pousser la sortie jusqu'à 1h15 et 14,26Km toujours en endurance comme la veille.

Aujourd’hui et avant d’attaquer un plan plus rigoureux pour les semaines a venir, j’ai fait une sortie fartlek en direction du circuit de la course de saint georges. Un départ sous le soleil, mais dès la cote qui me mène sur les hauteurs du village voisin me voila à nouveau sous des trombes d’eau et ce pendant encore 20 bonnes minutes, juste le temps de terminer mon échauffement.

Pour cette sortie, je voulais revenir sur le parcours de vendredi dernier, armé de mon GPS, je souhaitais connaître la distance exacte, histoire d’évaluer plus précisément ma course. En fartlek, on fait un peu ce que l’on veut, mais j’avais quand même prévu un peu mes accélérations. Avec dans l’ordre de l’allure marathon, puis un peu d’allure semi pour finir par de l’allure 10Km. Le but étant surtout de réaliser des portions de plus en plus rapide.

Arrivé sur la ligne de départ qui se trouve donc a 2,74Km de chez moi, je déclanche mon GPS et continue mon échauffement dans la descente. Arrivé en bas de la cote, je me lance alors dans un 2000M allure marathon. La pluie se calme, mais je sens mes chaussures lourdes et le relief plutôt difficile m’aspire à avancer tranquille. Je boucle tout de même mes 2000M en 8’36 à une moyenne de 171 puls (88%). Bon c’est pas l’allure que j’avais a Lille, mais cela m’a plutôt rappelé les derniers Km de ce marathon particulier.

Cette petite fraction m’a emmené jusqu'à l’entré de Champ de Gain, petit village traversé par la course. J’en profite pour récupérer dans cette portion sinueuse entre les quelques habitations qui composent cette bourgade. Après quatre minutes de répit je repars pour 5 fois 1000M en accélération progressive. Le relief est plus clément, mais le vent de face freine un peu mes ardeurs. J’enchaîne en 4’01,3’45 et 3’48 les premières fractions en prenant soin de ne pas dépasser le seuil de 92% de FCM pour garder une allure proche du semi. Sur le troisième, le vent a été plus délicat à maîtriser.

Me voila déjà dans le dernier Km du circuit au moment d’attaquer le premier 1000M allure 10K. Je vais un peu rapidement, mais en franchissant la ligne d’arrivée, je constate bien que le parcours fait finalement 10,150 Km, donc un peu moins qu’annoncé. Je termine ce Km en 3’42, et enchaîne après 1’40 de récupération sur un dernier Km que je fais a fond en 3’32. Après la pluie, c’est le vent qui s’y ait mis et je préfère rentrer au plus vite.

Me voila fixé sur mon chrono de vendredi dernier, avec 39’07 pour 10,150 Km, cela me fait donc 38’31 au 10Km sur un parcours très sélectif, ce qui me satisfait amplement.

Cette après midi, le soleil a refais une timide apparition, mais le vent souffle encore très fort pour balayer les dernier nuages récalcitrants. Vivement l’été qu’on se plaigne un peu de la chaleur.

2007-06-11 11:38:33 : 10 Km de Saint Georges - 0 photo - 8 réactions

Comme prévu, j’ai passé un week end assez arrosé avec le mariage d’un amis d’enfance, mais avant cela, vendredi j’ai participé au 10 Km de Saint georges les baillargeaux, petite commune limitrophe a la mienne.

Et de l’eau, j’aurais bien aimé en avoir un peu sur le parcours, car si le matin avec un ciel couvert, j’étais assez confiant coté météo, dans l’après midi le soleil s’est montré laissant le thermomètre a 30 degrés moins d’une heure avant le départ.

Comme je l’avais annoncé dans mon post précédent, le parcours est assez sélectif, pratiquement aucune portion de plat. On commence par deux kilomètres de descente, pour enchaîner par presque cinq de montée puis a nouveau deux kilomètres de descente pour conclure par une petite mais longue cote avant l’arrivée.

Pour l’échauffement, je décide de partir a la reconnaissance du premier kilomètre. A allure lente, je me dis que cela devrait faire environ dix à douze minutes. Comme l’année précédente, mon cardio m’indique dès les premiers pas des pulsations élevées. Comme le début du parcours est en descente, j’arrive tout de même à rester dans des fréquences d’endurance. Au bout de presque six minutes de course, toujours pas de marque du premier Km. Je me dis qu’ils ne sont peu être pas marqués. Je fais donc demi tour pour remonter vers l’arrivée.

Je profite des quelques minutes qui restent pour m’asperger le visage et tremper ma casquette, puis je fais quelques courtes accélérations pour compléter ma préparation. L’heure du départ approchant, je me place dans les premiers rangs histoire de laisser devant moi les meilleurs sans pour autant être gêné dans les premiers mètres.

Ça bouscule quand même dans les premiers hectomètres, il y a toujours des coureurs qui partent trop vite que je suis donc obligé de laisser passer pour les reprendre un peu plus loin.
Je suis un peu perplexe sur ce départ, en descente, j’ai peur de partir trop vite et j’ai du mal a régler mon allure. Me retrouvant au même niveau qu’un coureur que je sais très bon, je ralenti pensant être un peu trop rapide.

Je passe le marquage du premier kilomètre en 3’56. Voila déjà une grosse frayeur, moi qui pensais le passer en 3’30 j’ai énormément de retard. En plus mon cardio m’annonce déjà des pulsassions trop élevées. J’accélère tout de même un peu le rythme car je me dis que je ne peu pas rester sur une allure aussi lente. Du coup je rejoins à nouveau Hervé le fameux très bon coureur. Avec un niveau de deux heures trente au marathon, nous ne courons pas sur la même planète. Je comprends alors qu’il accompagne vraisemblablement un ami et c’est tant mieux, je vais profiter de son sillage pour essayer de ne pas courir seul.

Le passage au second kilomètre en 3’18 me rassure et me fait réaliser ce que je soupçonnais déjà un peu, la première marque est fausse, car même si j’ai accéléré pour rejoindre le petit groupe de devant, je ne me vois pas réaliser un Km aussi rapide surtout après être passé proche des 4’ celui d’avant. Cela m’aura permis au moins de recoller a un groupe intéressant. Par contre, j’y ait laissé sûrement un peu de force et je suis déjà a plus de 95% de FCM sur ce second kilomètre aussi en descente et que j’avais prévu de parcourir tranquille.

Tant pis, les courses se suivent mais ne se ressemble pas du tout coté cardiaque car lors de mon précédent 10 Km, je n’avais atteint cette Fc que lors des ultimes minutes.

Je décide de m’accrocher a ce petit groupe qui s’est formé, même si je me sens en surrégime, car je sais que dès que je me retrouverai seul je baisserai sérieusement d’allure. Je veux tenir au moins toute la montée, après dans la descente on avisera. Et bien que ce soit dur, je m’accroche à la foulée de Hervé et les Km défilent oscillant entre 3’30 et 4’ selon l’importance du relief.

Le petit groupe qui étais composé d’une dizaine d’éléments en bas de la cote n’en compte plus que quatre a l’approche du Km 7 marquant la fin des hostilités avec la longue ascension. Ce passage sera pour moi une charnière dans la course. Ayant résisté malgré la sensation d’être toujours dans le rouge, je prend un gel coup de fouet a l’approche du ravitaillement et ralenti pour attraper un verre d’eau dont j’arrive difficilement a absorber deux gorgées.

Le duo Hervé et son compagnon n’ont eux pas ralenti et un trou de quelques dizaines de mètres s’est formé. Je ne me sens pas la force de recoller d’autant plus que le quatrième coureur du groupe lâche aussi prise. Pas d’inquiétudes, laisser le groupe filer, c’est ce que j’avais envisagé dès le début de la montée.

Je fais alors la descente en restant a distance du coureur qui me précède, pendant que les deux autres s’envolent devant. Ils finiront 30 secondes devant moi. Heureusement que la fin est en descente, car malgré cet avantage, mon allure n’est plus que de 15 Km/heures.

Les derniers 500 M en montée seront pour moi très dur et je laisse filer encore deux coureurs. Je ne consulte plus mon chrono depuis déjà deux kilomètre et s’est donc avec joie que je constate que mon temps final est de 39’07 soit au-delà de mes prévisions.

Comme j’ai raté le panneau Km 10, je ne sais pas quel est mon temps sur 10Km, mais j’ai forcément amélioré mon précédent record qui étais de 38’40. Quelle distance fait réellement la course, je ne suis pas sur. L’année dernière ils avaient annoncé 10,3 Km, mais sur cartopro j’obtiens 10,2 Km. Avec cette seconde hypothèse, cela me fait un nouveau record de 38’18.

Samedi matin, petit footing de 50’ histoire de partir au mariage dans de bonnes conditions. Ce début de semaine sera consacré à la récupération avec une reprise de la course mercredi ou jeudi.

2007-06-08 10:35:46 : Joli profil - 2 photos - 12 réactions

Ce soir ce sera donc les 10 Km de Saint Georges les Baillargeaux. Ce n’est pas le genre de course a records, en effet il n’y a pratiquement aucune portion plate sur cette épreuve qui fait en réalité 10,300 Km.

Déjà il y a un mieux par rapport a l’année dernière, on ne devrait pas avoir trop chaud. Il y a un an, à la même époque il faisait plus de 30 degrés la journée et encore très chaud a 19h30 pour le départ.

De toutes façon, je n’y vais pas pour établir un record, après mes courses d’avril et mai, je ne suis pas vraiment au top. Je la fait avant tout parce que j’aime bien participer aux courses locales et celle là d’autant plus qu’il m’arrive régulièrement d’emprunter une partie du parcours lors de mes entraînements. Le départ n’est qu’a a peine trois kilomètres de chez moi.

J’ai quand même essayé de faire un entraînement cohérent, avec moins de 4 semaines depuis le marathon, ce n’était pas facile. La première semaine, j’ai mis les running de coté pour ne les ressortir qu’a l’approche du week end. La seconde semaine a été consacrée à l’endurance, pour se terminer sur une première série de fractionnés a allure marathon. Retour sur cette même allure la semaine suivante avec une première séance costaude de sept fois 1000M allure 10 Km pour conclure.

Cette dernière semaine m’a servi à refaire du jus et relancer la VMA. Refaire du jus en réduisant la durée des séances avec une sortie de 45’ en endurance puis, le lendemain, une série de 5 fois 300M en 1’01 à 57 seconde histoire de refaire tout de même un peu de vitesse et hier une ultime sortie d’une demi heure avec trois fois une minute allure de course.

L’année dernière, chaleur oblige, j’étais parti prudemment, d’autant plus que je savais qu’après deux kilomètres de descente, c’était quatre de montée pratiquement ininterrompue qui nous attendait.

Malgré tout, mes pulsations étaient fortes et dès la mi parcours, mon cardio m’annonce une Fc de 195, alors que je croyait mon maxi a 192. J’étais seul à ce moment, donc pas d’interférences possible, cette valeur s’est affichée assez longtemps. Depuis j’ai a nouveau atteint 194 au mois de novembre lors de l’ekiden de Chasseneuil que j’avais couru a allure marathon pour finir au sprint dans les derniers mètres.

Il y a un an, je cherchais à descendre sous les 40’, ce jour là j’avais réalisé 40’34 au passage du Km 10, ce qui constituait mon meilleur temps sur la distance. Avec une météo plus clémente j’aurais peu être réussi. J’ai finalement franchi cette barrière en septembre lors d’un 10 Km un peu moins vallonné.

2007-06-05 14:33:09 : le canton en effervescence - 0 photo - 6 réactions

Je ne rechigne pas à aller courir loin si une course en vaut la peine. Ainsi je suis allé dernièrement jusqu'à Lille, soit environ 500 Km au nord de Chasseneuil, pour participer au marathon de la route du louvre. Prochainement j’irais même faire un tour chez nos voisins Irlandais pour mon premier marathon étranger à Dublin.

Mais lorsqu’une course est organisée près de chez moi, j’essaye aussi d’y participer. Pas a toutes, il y en a tellement, mais a celles que je peux et je privilégie les courses organisées dans les communes limitrophes a la mienne.

Et c’est le cas pour plusieurs ces jours ci. Ainsi Vendredi soir, je devrais participer a un 10 Km a coté de chez moi à Saint Georges les Baillargeaux. J’en envisage un autre, soit le 13 Juillet au soir à Dissay, soit le 14 à Avanton. Ces deux communes sont elles aussi voisines de la mienne. Je penche plus pour Avanton que j’ai faite il y a deux ans, l’année dernière j’avais opté pour Dissay histoire de varier.

Puis ensuite le 15 août, encore dans une commune voisine, il y a un trail au choix de 15 ou 30 Km, à Saint Cyr autour d’un lac. Je n’ai participé qu’une seule fois à un trail, et je garde le mauvais souvenir de m’être trompé de route et d’avoir du faire demi tour.

Je pense finir ma tournée du canton par un dernier 10 Km le 15 Septembre encore a coté de chez moi, à Jaunay clan. Ensuite il sera temps de se tourner vers des horizons plus lointains avec l’approche de marathon de Dublin fin octobre.

Voila un programme estival pas trop chargé, avec trois 10 Km et un trail et même si l’objectif sera de renouer avec une distance que je n’affectionne pas forcément, mais qui sert de tremplin pour les longues distances, le but principal comme a chaque course sera de se divertir.

En attendant, je continue aussi mon programme estival festif, ce week end j’ai donc reçu, dans le cadre du jumelage de notre commune, des amis Espagnols. Ils m’ont tout de même laissé le temps de faire une première sortie longue depuis Lille. Presque une heure trente pour 16,2 Km a 73% de FCM.

Hier, petite sortie de récupération de 45 minutes toujours en endurance (140 puls, soit 71,8% de FCM) et 8,48 Km a travers ma commune de Chasseneuil.

Enfin aujourd’hui, petite séance de fractionnés court. Là encore une première depuis le marathon. Cinq fois 300M entre 1’01 et 57 secondes, soit 100 à 105% de VMA. Le but était de ne pas trop pousser, histoire de garder du jus, la course à lieu Vendredi soir.

Pour le week end, retour au programme festif, je suis de noces. J’accompagne un ami d’enfance pour son mariage. Deux jours de festivités s’en suivront. Cela me permettra de récupérer coté course a pieds, mais sûrement pas coté fatigue.

2007-06-01 15:56:47 : Direction Saint Georges - 0 photo - 2 réactions

Comme je l’indiquais dans mon post précédent, presque trois semaines après le marathon, j’ai aujourd’hui repris la résistance. Pas encore la VMA, mais de l’allure spécifique 10 Km en vue de la course de Saint Georges de vendredi prochain qui fait 10,300 Km.

Déjà en fin de semaine dernière, j’avais relancé le seuil avec 2 fois 2000M allure marathon, puis à nouveau 3 fois 2000M mardi derniers. Depuis j’avais enchaîné deux séances d’endurance.

La première mercredi soir, un petit peu moins d’une heure pour un peu plus de 11 Km a 73% de FCM. J’avais voulu repérer la fin du parcours de la course, mais je me suis trompé d’itinéraire et j’ai en fait pris une route parallèle.

Du coup hier, avec JF qui faisais son retour après son marathon du futuroscope, nous sommes allé a nouveau en repérage. A deux, il n’était plus question de se tromper.

Cette course est assez difficile, car à cette époque il fait très chaud. Peu être que cette année nous seront épargnés. Elle a lieu le soir à 19h, mais l’année dernière il faisait encore plus de 30 degrés et le soleil tape encore. On commence par deux kilomètres de descente, mais il ne faut surtout pas s’emballer, car ensuite il y a trois kilomètres de montée. Et pour grimper, ça grimpe dur. Ensuite un peu de plat pour a nouveau redescendre pendant deux Km vers saint Georges. Le dernier Km étant a nouveau en légère montée.

Ce sont les deux derniers Km que nous avons parcourus hier. Pour ne pas se cramer, il faut donc partir prudemment, pour tenir dans la montée et tout lâcher ensuite. La longue descente permettant de récupérer avant le dernier Km. L’année dernière j’étais passé en 21’ au Km 5 pour finir en 40’34 au 10iéme, soit un beau négative split. Cette année j’ambitionne une même gestion de course avec je l’espère un chrono conforme a ceux de mes précédentes courses et donc moins de 39’ au 10iéme soit moins de 40’ au final avec les 300M supplémentaires.

C’est donc dans cet optique et pour rebondir sur une de mes ultimes grosses séances de préparation a la route du Louvre que j’ai aujourd’hui repris le chemin de la piste pour réaliser un 6*1000M en 3’45. Lors de ma préparation marathon, j’avais fait un 8*1000M en 3’42, mais j’étais alors en phase montante alors qu’aujourd’hui je suis encore en récupération, et faute de piste je m’étais fié au GPS qui peut parfois indiquer 10 à 20 M de plus (10M étant l’indication la plus petite de l’appareil).

D’ailleurs ce fut le cas aujourd’hui, sur certains de mes 1000M le GPS me compte 1,01 Km voire 1,02. Je ne suis pas non plus à une seconde prés. Grâce aux marques faites par JF, j’ai sur cette pseudo piste des repères tous les 100M. J’ai prévu de tourner en 22 à 23 secondes par 100M.

Comme a mon habitude, pour le premier temps de passage, je suis un peu rapide (21 secondes). Je réduis l’allure et tourne alors assez régulièrement avec des passages au 400 en 1’28 et au 800 en 2’58 pour finir entre 3’43 et 3’45 à une moyenne de 3’44. Entre chaque kilomètre, je m’octroie une récupération de 300M en environ 1’45 a 1’50. Je suis assez satisfait, moi qui par le passé avais du mal a finir mes séries car je partais trop vite. J’ai tellement bien enchaîné que j’en aie remis un dernier et ce sont donc sept 1000M et non six comme initialement prévu que j’ai réalisé.

J’ai hésité a en rajouter un huitième, mais il n’est pas question de me cramer, aujourd’hui, je ne prépare plus un marathon, la raison l’a donc emporté.

Ce soir nous accueillons nos amis espagnols, comme le week end dernier, la course a pieds va prendre une parenthèse qui me permettra de récupérer. La course ayant lieu vendredi, je ne programmerai la semaine prochaine que deux petites sorties.

Tous les billets

www.courseapied.net - info@courseapied.net