La course à pied Les blogs courseapied.net : GGBI

Le blog de GGBI

Flux rss du blog, des réactions

Les derniers billets

Mes catégories

Mes liens


Le forum courseapied.net

Le chat courseapied.net

Les blogs courseapied.net

2007-07-02 15:17:45 : demi tour

Dans la série fractionnés court, me voici sur des 200M. Le but de cette séance est vraiment de chercher à améliorer la VMA. Il ne s’agit donc pas de chercher a fractionner plus longtemps que les fameuses 6’, mais de les tourner a 110 voire 120% de VMA pour les derniers.

Cette séance initialement prévue le jeudi, je l’ai repoussée au vendredi car depuis le mardi, je suis enrhumé. Du coup le jeudi j’ai fait une heure d’endurance avec JF.

Le vendredi, encore un peu fatigué par le rhume, je décide tout de même de faire cette séance, mais je ne chercherai pas a aller au maximum, je me contenterai de tourner a 110% de VMA soit environ 38 secondes.

Comme indiqué au début, j’ai pour but de courir environ 6’ a cette allure, ce sera donc 10 répétitions de la distance. Histoire de changer un peu de la piste, je décide de faire mes série sur une longue ligne droite qui longe la pièce des cards et qui fait un peu plus de 200M.
Je me fie au GPS, même si il y a un risque d’erreur, elle ne sera pas trop importante je pense.

Au final j’ai fait une moyenne de 37,3 secondes alternant entre 36/37 dans un sens et 38/39 sur les retours qui se feront face au vent.

Ce week end, j’ai laissé les chaussures au vestiaire, car s’était la fête du lotissement. Tous les ans, nous organisons un repas dans notre rue qui est une impasse. Cela permet de bien connaître ses voisins et de découvrir les nouvelles têtes.

Nous étions une centaine et les festivités durent deux jours. On commence le samedi midi. Dans l’après midi nous faisons une pause pétanque ou football et le soir on remet ça. Enfin on se retrouve le lendemain midi pour finir les restes et ranger les tables.

Autant vous dire que ce genre de fête est assez arrosé et laisse peu de place au pour la course bien que certains voisins ont eu le courage d’aller courir le dimanche matin, j’ai préféré rester sous la couette.

Aujourd’hui du coup j’ai fait la séance initialement prévue hier une heure quinze dont 15 minutes a allure marathon.

Les réactions

Par Romain, le 2007-07-02 15:23:28
c'est sympa d'avoir des voisins qui font de la course à pied aussi , décidément tu n'as pas l'air de louper une occasion pour trinuqer :o) mais bon tes fractionnés courts l'ont bien mérités
tu fais une course prochainement?
@+++

Par GGBI, le 2007-07-02 15:54:28
Dans la cité, nous sommes 4 a avoir participé au marathon de la Rochelle.

Nous avions aussi monté une équipe pour l'ékiden.

Aujourd'hui il y a tellement de coureurs que nous pourrions proposer 3 équipes au prochain ekiden.

Pour la fête, effectivement je ne suis jamais le dernier, mais ce mois de Juin étais en plus inhabituellement chargé.

Prochaine course prévue le 14 Juillet, un 10 Km.

Par Fred, le 2007-07-02 21:49:42
Tu peux courir des séries VMA pendant plus de 6 minutes en cumulé, i.e. 10 x 400 m à 100 % VMA en 1'20" ça dure un peu plus de 13 minutes (hors récupération).
Fred

Par GGBI, le 2007-07-03 10:27:04
Bonjour Fred.

Tout est possible, les 400M c'étais la semaine d'avant, 10 répétitions comme tu dis (voir le post un petit tour : http://ggbi.courseapied.net/billet.php?idbillet=3766).

L'objectif est alors de chercher a augmenter le temps de soutiens VMA contrairement a cette séance qui elle cherche a augmenter la VMA.

Par Joël, le 2007-07-03 14:25:35
Bonjour GGBI,
Je ne partage pas trop ton interprétation de la séance ! Si je cherche vraiment à améliorer la vma, je vais plutôt travailler longtemps autour de la vma. Des 400 ou de la vma longue sont très efficaces pour cela. Le temps de soutien se travaille plutôt sur des séries plus longues et à des allures moins rapides (endurance active à allure 10 km voire un peu plus). Quant à ta séance de 200 bien au dessus de ta vma, et avec un volume de travail faible, je vois ça plutôt comme un travail combinant entretien vma et travail technique et musculaire. Très utile d'ailleurs ! La variété des sollicitations est de toutes façons un excellent moyen de progresser.
Bon début d'été à toi,
Joël

Par GGBI, le 2007-07-03 15:01:19
Tu as sans doute raison Joel.
C'est un plan "type" que j'ai récupéré sur JI et ils n'expliquent pas vraiment le but de chaque séance. C'est donc une interprétation personnelle que j'avais faite, mais la tienne se tiens en va dans le sens de la remarque de Fred.

Comme tu dis, c'est la diversité des séances qui est important et en ce sens ce plan est interessant car on y travaille toutes les distances courtes du 200M, voire même plus court avec des 30"30" jusqu'au 2000M en passant par des 400/500/600 et 800M.

Votre pseudo :

Votre commentaire


Combien fait un plus trois ? (en toute lettre)

Les 5 billets précédents

2007-06-26 17:47:34 : Deux tours de cadran - 0 photo - 3 réactions

La semaine dernière, je vous avais laissé sur mes huit tours de piste et mes inquiétudes sur la météo. Des inquiétudes, j’en avais aussi sur ma mauvaise récupération après mes fractionnés inhabituellement rapides pour moi.

Ce week end en bord de mer, je me suis contenté d’une sortie longue tranquille au réveil. Comme je le fais souvent dans ces cas là, je me lève vers 5 heures pour absorber un rapide petit déjeuné puis je me recouche pour attendre l’heure d’une digestion avancée.

A sept heures, il est encore tôt, même en cette période pré estivale, il n’y a pas grand monde sur les sentiers. Il faut dire que la veille la météo avait encore fait des siennes et que le sol était encore humide.

Ce dimanche lui semblait plutôt bien commencer, un ciel a peine voilée de quelques nuages et un soleil qui commence juste à poindre son nez. Je n’ai pas prévu de parcours, j’irais là ou m’emmèneront mes jambes, mais j’ai bien envie d’aller tester la nouvelle portion de piste cyclable qui relie définitivement Bretignolles a Saint Gilles croix de vie sans avoir de portion de route.

En effet il restait encore un petit kilomètre de bitume a partagé avec les voitures et cette portion était un peu dangereuse. Pour en arriver là il a fallut déboiser un peu, certains écologistes seront peut être un peu fâchés, mais que c’est agréable de courir ainsi le long des pistes cyclables alternant littoral et donc foret.

Par ce sentier, Saint gilles se trouve à 10 Km de ma maison. Trop loin pour aujourd’hui, moi qui n’ait prévu que une heure trente d’endurance, soit environ 16 à 17 Km. Qu’importe, j’ai testé la nouvelle portion, je reviens en direction de Bretignolles par la route. Pour ce genre de séance, le chrono m’importe peu, je surveille juste de temps en temps mon cardio qui me confirme que je suis dans la bonne allure.

Au retour je passe par un lotissement en construction, bientôt on aura oublié qu’ici c’étais un chemin traverssant un terrain vague. Un dernier crochet le long de la mer pour les ultimes kilomètres de cette sortie.

Bilan 16,83 Km en 1h30 pile poile. Il faut dire que j’ai fait le tour du quartier pour allonger jusqu’au temps prévu.

Hier retour a Chasseneuil et rebelote, encore de l’endurance. Cette fois ci une heure.. Il en faut pour me remettre de mes trois fois 1500 et mes 8 fois 400M de la semaine précédente. Mes pulsations sont inhabituellement basses. Cela indique soit que l’entraînement est efficace, soit que je couve quelque chose. En attendant, je boucle cette heure à une vitesse encore plus élevée qu’à Bretignolles et toujours avec des pulsations de 72% en moyenne.

Aujourd’hui retour sur les fractionnés. On reprend les 400M et on double la distance. Deux tours de cadrans disais je dans le titre. Je voulais bien sur parler de deux tours de piste. Cette séance s’annonce mal. Il y a toujours beaucoup de vents sur Chasseneuil et surtout la santé n’est pas au beau fixe. J’ai le nez qui coule beaucoup et je tousse un peu. J’ai d’ailleurs longtemps hésité a reporter ma séance, ce que j’aurais d’ailleurs du faire car ce n’est pas sérieux de courir même avec juste le nez qui coule.

Mais comme je suis têtu, a midi je m’élance en me disants qui si je ne me sens pas bien, je ferais demi tour. Finalement plus les minutes avances et mieux je me sens. Au bout d’une demi heure, je me dirige alors vers la piste. Au menu 6 fois 800M, loin des 10 répétitions que je réalisais lors de mes préparations marathon.

Mais coté vitesse aussi, rien a voir. Si en préparation marathon je tournais mes 800M en 2’58, il s’agit ici de réaliser 2’49 a 2’44. Déjà je n’envisage pas de faire mieux que 2’49, car je pense que s’est surévalué par rapport à mon niveau. Les plans Jogging International sont bien, mais parfois il se glisse ainsi des séances qui sont un peu trop rapides.

Mes trois premiers 800M se feront sans problèmes apparents en 2’49, mais dans la seconde moitié, je faiblis énormément. De 2’50 sur le quatrième je passe a 2’52 puis 2’54 sur le dernier.

Je n’ai jamais cru en cette séance. Il est probable aussi que je sois légèrement diminué par ma fébrilité actuelle. Cet après midi j’ai toujours le nez qui coule et je commence a avoir mal de gorge. Demain c’est repos en espérant que tout rentrera dans l’ordre d’ici jeudi, sinon je vais sûrement être obligé de revoir un peu mon programme.

2007-06-22 16:54:30 : un petit tour - 0 photo - 1 réaction

Traumatisé après mes courses sous les torrents d’eau, mon fractionné sous le soleil de printemps, je guette désormais la météo avec inquiétude. De toute façons, pour organiser mes sorties je n’ai pas trop de possibilités. Soit je coure le matin, soit je prend le risque d’attendre la pause déjeuner préférant cet horaire qui paradoxalement me laisse plus de temps.

Le matin je dois conduire mes enfants au bus et il ne me reste maximum qu’une heure pour effectuer sortie et douche. C’est sur qu’avec les averses régulières, on arrive à combiner les deux, mais cela reste assez court. En commençant mon travail immédiatement après avoir déposé mes enfants, je peux alors m’octroyer une pause de deux heures le midi qui me laisse plus libre a condition de manger rapidement.

Hier, j’ai donc pris l’option d’attente et lorsque je regardais à la fenêtre, la météo changeante m’inspirait inquiétude, regrets et parfois souriance. Ce dernier étant issus du dictionnaire personnel d’une ex candidate a une lointaine élection dont j’ai oublié l’objet.

C’est d’ailleurs ce dernier sentiment que je conservais en sortant mes running peu après l’heure de la pause tant attendue. En effet pas de pluie, soleil voilé tout s’annonçait comme sur des roulettes. Je ne fais pas de rollers, mais bien de la course a pieds, là encore il s’agit d’une expression a ne pas prendre au sens propre.

Au programme en ce moment, du court. D’abord pour entretenir ma vitesse actuelle, ensuite pour me préparer a un 10 Km en juillet. Courrant assez souvent des marathons, j’ai rarement l’occasion de faire des séances de VMA courtes, en consultant mes petites fiches, je constate que des 400M, puisqu’il s’agit de fractionner sur cette distance, je n’en avais pas fait depuis fin août a l’occasion justement d’une préparation similaire pour un 10 Km.

A l’époque je les tournais en 1’25 a 1’27 avec l’espoir de terminer ce 10 Km en moins de 40’. Cette fois ci j’avais prévu de les faire en 1’24 a 1’22 tenant compte de la nette amélioration de mes chronos ces 10 derniers mois.

Un 400M, c’est facile, comme dis dans le titre c’est juste un petit tour. Ça va vite, mais par rapport à la vitesse que j’entretiens sur les 800M, c’est plus d’un km/heures de plus.

Si les quatre premiers tours se font « facile », je les réalise en environ une minute 22, dans la seconde partie, je chercher alors a aller au maximum et descend sous les 1’22 puis deux fois 1’20 avant de finir un peu difficilement sur un 1’21 qui me satisfait. A chaque récupération je parcours 200M, ce qui me permet d’alterner les départs face au vent avec des départs plus faciles. L’ennui, lorsque l’on fait un tour c’est que si on n’a pas le vent au début on fini toujours par l’avoir de face.

Le soleil a fait son apparition sur les dernières fractions, qu’importe c’est terminé. Par contre sur le retour, comme mardi mes pulsations ne redescendront pas au niveau habituel. Je mets ça sur le compte des températures en hausses, mais je dois rester vigilant.

Aujourd’hui petite sortie de récupération avec JF, une heure autour de Chasseneuil en endurance avec une première partie face a un vent assez violant. Coté pluie, elle nous aura épargné malgré ses nombreuses apparitions le matin et encore cet après midi. Au final 11,7 Km en 1h2 a une moyenne de 143 pulsations (73,33 % de FCM).
Ce week end c’est plage, deux jours à Bretignolles pour préparer la maison de vacances a l’arrivée des locataires. J’en profiterai normalement pour réaliser une sortie assez longue sur les bords de mer.

2007-06-19 16:58:13 : Quelle météo - 0 photo - 8 réactions

La semaine dernière je me plaignait de la pluie qui tombait a torrent et alourdissait mes chaussures. Cette pluie qui a continué à perturber mes entraînements jusqu'à dimanche a cessée de m’importuner depuis hier.

Dimanche c’était sorti en groupe avec Chasseneuil loisirs. Habituellement nous formons deux groupes en laissant d’un coté les femmes pour ainsi pouvoir évoluer à une allure plus rapide. Mais a la faveur d’une discussion la veille, nous avions décidé de nous regrouper. Et bien nous en a pris, car nous nous sommes ainsi retrouvé a cinq, ce qui rend tout de même le groupe plus conséquent que lorsque nous évoluons comme lors de nos dernières sorties, seulement a deux.

Si nous sommes partis sous un ciel plutôt clément, la pluie n’a pas manqué de se rappeler à nos bons souvenirs lors des derniers Km. Et encore on a eu chaud (manière de parler), car l’après midi fut sûrement la période la plus intense de cette dernière semaine en matière de pluie. Une petite sortie a travers la campagne sur un parcours qui était pour moi totalement inconnu de 14 Km en 1h22.

Le lendemain et pour me remettre d’un week end de fêtes de pères assez chargé je n’ai réalisé qu’une petite sortie de 44 minutes pour 8,1 Km, histoire de lier l’utile a l’agréable en distribuant quelques courriers.

Aujourd’hui plus de pluie, qui s’en plaindrait ? Et bien moi, car a la place nous avons eu droit a un soleil de plomb. Je sais vous allez me dire que je me plain tout le temps, soit il fait trop chaud, soit il pleut, parfois il y a du vent. Bref, ce n’est jamais le temps idéal pour courir. Et bien si, mais lorsque c’est le cas, je n’en fais pas état.

Normalement lorsqu’il fait aussi chaud, je cours de préférence le matin. Mais voilà, ce n’est pas toujours facile, surtout lorsque, comme aujourd’hui, je ne l’avais pas prévu. Au programme, une demi heure d’échauffement, suivie de trois fois 1500M allure 10Km en 5’40 a 5’35.

Dès l’échauffement, je sens que cela sera dur, mes pulsations sont déjà très fortes. Ce qui me sauve un peu, c’est que ce n’est pas non plus une grosse séance. Il m’arrive de faire jusqu'à 8 fois 1000M à cette allure. Aujourd’hui, ce n’est que 4,5 Km. Par contre un 1500 c’est un peu plus long. Pour le premier, je pars un peu vite, passe le 800 en 2’56 alors que j’avais prévu 3’, au 1000M j’ai encore 5 secondes d’avances sur mon chrono. Au final je me suis un peu grillé sur ce premier 1500 que je réalise en 5’32.

Si le temps est a peine sous la fourchette prévue, c’est celui que j’envisageais pour le dernier 1500M. Du coup je souffre un peu sur le second, mais je tiens encore en 5’36. Dans le dernier par contre j’explose après le 800M et fini en 5’44. Je n’ai pas regardé mes pulsations, mais elles sont très fortes. Même dans la récupération entre les 1500, elles n’ont pas beaucoup baissée. Sur le retour, c’est pareil, le cardio ne descend pas en dessous de 164, alors que d’habitude je reviens vers les 145.

Déjà la chaleur diminue énormément les capacités, mais je pense qu’en plus il faut une période d’adaptation. Alors quand comme ces dernières semaines, on alterne des périodes chaudes de quelques jours avec de plus longues périodes plutôt clémentes, je ne vois pas comment on peu s’adapter.

2007-06-15 15:26:44 : la douche froide - 3 photos - 9 réactions

Quel temps, un temps à ne pas mettre un chat dehors. D’ailleurs je n’en aie pas croisé beaucoup ces derniers jours. A croire qu’ils sont abonnés a la chaîne météo. La bonne, celle qui donne les vraies prévisions.

Et dire qu’il y a une semaine a peine se déroulait les 10 Km de Saint Georges sous des températures et un climat estival. En une semaine tout a changé. Il parait que la planète se réchauffe et bien Chasseneuil résiste encore bien à l’invasion, et moi avec mon gabarit d’Astérix, je n’hésite pas a braver tous les temps.

Pourtant la semaine avait bien commencé. Après une journée de repos pour me remettre de ma petite performance de vendredi et d’un week end bien arrosé lui aussi (mais pas avec de l’eau celui là), je repartais mardi matin sur les routes de campagne.

Ce n’est pas un horaire habituel pour moi cette année, mais il parait qu’il faut bousculer ses habitudes pour booster son entraînement et surtout mon emploi du temps du jour ne me permettais pas un autre moment. Donc une course matinale sous la bruine, histoire de changer du soleil des jours précédents. Et puis ça fait du bien de courir un peu sous la pluie me dis je. Du coup je réalise une sortie tranquille de 13Km en 1h9 à 143 puls de moyenne (73 ,33% de FCM pour les matheux qui connaissent ma FCM).

J’en ait profité pour parcourir un peu les alentour de Chasseneuil en essayant de me trouver proche de la banque après 9 heures, c’est plus pratique lorsque l’on a un chèque a déposer.

Cette bruine du Mardi s’est transformée en trombes d’eaux le Jeudi matin. Rien de bien gênant, j’avais prévu de reprendre mon horaire habituel de fin de matinée histoire de courir avec JF comme nous le faisons souvent le jeudi midi. Dix minutes avant le départ, il m’appelle pour me demander si je suis toujours partant. La pluie qui n’avait cessée de la matinée s’était un peu calmée.

Le calme avant la tempête aurions nous du penser, car cela nous a juste laissé le temps de parcourir a peine un kilomètre, histoire d’être suffisamment loin pour ne pas faire demi tour.
Nous avons eu droit a un orage pendant les 40’ suivantes durant lesquelles JF m’a accompagné. De toutes façon en deux minutes on es trempé, après on est habitué. Le plus embêtant, c’est pour les chaussures, qui mettent plusieurs jours à sécher et surtout qui prennent beaucoup de poids au fur et a mesure que nous avançons.

Après avoir laissé JF, je repars seul pour une boucle supplémentaire de 6 Km histoire de pousser la sortie jusqu'à 1h15 et 14,26Km toujours en endurance comme la veille.

Aujourd’hui et avant d’attaquer un plan plus rigoureux pour les semaines a venir, j’ai fait une sortie fartlek en direction du circuit de la course de saint georges. Un départ sous le soleil, mais dès la cote qui me mène sur les hauteurs du village voisin me voila à nouveau sous des trombes d’eau et ce pendant encore 20 bonnes minutes, juste le temps de terminer mon échauffement.

Pour cette sortie, je voulais revenir sur le parcours de vendredi dernier, armé de mon GPS, je souhaitais connaître la distance exacte, histoire d’évaluer plus précisément ma course. En fartlek, on fait un peu ce que l’on veut, mais j’avais quand même prévu un peu mes accélérations. Avec dans l’ordre de l’allure marathon, puis un peu d’allure semi pour finir par de l’allure 10Km. Le but étant surtout de réaliser des portions de plus en plus rapide.

Arrivé sur la ligne de départ qui se trouve donc a 2,74Km de chez moi, je déclanche mon GPS et continue mon échauffement dans la descente. Arrivé en bas de la cote, je me lance alors dans un 2000M allure marathon. La pluie se calme, mais je sens mes chaussures lourdes et le relief plutôt difficile m’aspire à avancer tranquille. Je boucle tout de même mes 2000M en 8’36 à une moyenne de 171 puls (88%). Bon c’est pas l’allure que j’avais a Lille, mais cela m’a plutôt rappelé les derniers Km de ce marathon particulier.

Cette petite fraction m’a emmené jusqu'à l’entré de Champ de Gain, petit village traversé par la course. J’en profite pour récupérer dans cette portion sinueuse entre les quelques habitations qui composent cette bourgade. Après quatre minutes de répit je repars pour 5 fois 1000M en accélération progressive. Le relief est plus clément, mais le vent de face freine un peu mes ardeurs. J’enchaîne en 4’01,3’45 et 3’48 les premières fractions en prenant soin de ne pas dépasser le seuil de 92% de FCM pour garder une allure proche du semi. Sur le troisième, le vent a été plus délicat à maîtriser.

Me voila déjà dans le dernier Km du circuit au moment d’attaquer le premier 1000M allure 10K. Je vais un peu rapidement, mais en franchissant la ligne d’arrivée, je constate bien que le parcours fait finalement 10,150 Km, donc un peu moins qu’annoncé. Je termine ce Km en 3’42, et enchaîne après 1’40 de récupération sur un dernier Km que je fais a fond en 3’32. Après la pluie, c’est le vent qui s’y ait mis et je préfère rentrer au plus vite.

Me voila fixé sur mon chrono de vendredi dernier, avec 39’07 pour 10,150 Km, cela me fait donc 38’31 au 10Km sur un parcours très sélectif, ce qui me satisfait amplement.

Cette après midi, le soleil a refais une timide apparition, mais le vent souffle encore très fort pour balayer les dernier nuages récalcitrants. Vivement l’été qu’on se plaigne un peu de la chaleur.

2007-06-11 11:38:33 : 10 Km de Saint Georges - 0 photo - 8 réactions

Comme prévu, j’ai passé un week end assez arrosé avec le mariage d’un amis d’enfance, mais avant cela, vendredi j’ai participé au 10 Km de Saint georges les baillargeaux, petite commune limitrophe a la mienne.

Et de l’eau, j’aurais bien aimé en avoir un peu sur le parcours, car si le matin avec un ciel couvert, j’étais assez confiant coté météo, dans l’après midi le soleil s’est montré laissant le thermomètre a 30 degrés moins d’une heure avant le départ.

Comme je l’avais annoncé dans mon post précédent, le parcours est assez sélectif, pratiquement aucune portion de plat. On commence par deux kilomètres de descente, pour enchaîner par presque cinq de montée puis a nouveau deux kilomètres de descente pour conclure par une petite mais longue cote avant l’arrivée.

Pour l’échauffement, je décide de partir a la reconnaissance du premier kilomètre. A allure lente, je me dis que cela devrait faire environ dix à douze minutes. Comme l’année précédente, mon cardio m’indique dès les premiers pas des pulsations élevées. Comme le début du parcours est en descente, j’arrive tout de même à rester dans des fréquences d’endurance. Au bout de presque six minutes de course, toujours pas de marque du premier Km. Je me dis qu’ils ne sont peu être pas marqués. Je fais donc demi tour pour remonter vers l’arrivée.

Je profite des quelques minutes qui restent pour m’asperger le visage et tremper ma casquette, puis je fais quelques courtes accélérations pour compléter ma préparation. L’heure du départ approchant, je me place dans les premiers rangs histoire de laisser devant moi les meilleurs sans pour autant être gêné dans les premiers mètres.

Ça bouscule quand même dans les premiers hectomètres, il y a toujours des coureurs qui partent trop vite que je suis donc obligé de laisser passer pour les reprendre un peu plus loin.
Je suis un peu perplexe sur ce départ, en descente, j’ai peur de partir trop vite et j’ai du mal a régler mon allure. Me retrouvant au même niveau qu’un coureur que je sais très bon, je ralenti pensant être un peu trop rapide.

Je passe le marquage du premier kilomètre en 3’56. Voila déjà une grosse frayeur, moi qui pensais le passer en 3’30 j’ai énormément de retard. En plus mon cardio m’annonce déjà des pulsassions trop élevées. J’accélère tout de même un peu le rythme car je me dis que je ne peu pas rester sur une allure aussi lente. Du coup je rejoins à nouveau Hervé le fameux très bon coureur. Avec un niveau de deux heures trente au marathon, nous ne courons pas sur la même planète. Je comprends alors qu’il accompagne vraisemblablement un ami et c’est tant mieux, je vais profiter de son sillage pour essayer de ne pas courir seul.

Le passage au second kilomètre en 3’18 me rassure et me fait réaliser ce que je soupçonnais déjà un peu, la première marque est fausse, car même si j’ai accéléré pour rejoindre le petit groupe de devant, je ne me vois pas réaliser un Km aussi rapide surtout après être passé proche des 4’ celui d’avant. Cela m’aura permis au moins de recoller a un groupe intéressant. Par contre, j’y ait laissé sûrement un peu de force et je suis déjà a plus de 95% de FCM sur ce second kilomètre aussi en descente et que j’avais prévu de parcourir tranquille.

Tant pis, les courses se suivent mais ne se ressemble pas du tout coté cardiaque car lors de mon précédent 10 Km, je n’avais atteint cette Fc que lors des ultimes minutes.

Je décide de m’accrocher a ce petit groupe qui s’est formé, même si je me sens en surrégime, car je sais que dès que je me retrouverai seul je baisserai sérieusement d’allure. Je veux tenir au moins toute la montée, après dans la descente on avisera. Et bien que ce soit dur, je m’accroche à la foulée de Hervé et les Km défilent oscillant entre 3’30 et 4’ selon l’importance du relief.

Le petit groupe qui étais composé d’une dizaine d’éléments en bas de la cote n’en compte plus que quatre a l’approche du Km 7 marquant la fin des hostilités avec la longue ascension. Ce passage sera pour moi une charnière dans la course. Ayant résisté malgré la sensation d’être toujours dans le rouge, je prend un gel coup de fouet a l’approche du ravitaillement et ralenti pour attraper un verre d’eau dont j’arrive difficilement a absorber deux gorgées.

Le duo Hervé et son compagnon n’ont eux pas ralenti et un trou de quelques dizaines de mètres s’est formé. Je ne me sens pas la force de recoller d’autant plus que le quatrième coureur du groupe lâche aussi prise. Pas d’inquiétudes, laisser le groupe filer, c’est ce que j’avais envisagé dès le début de la montée.

Je fais alors la descente en restant a distance du coureur qui me précède, pendant que les deux autres s’envolent devant. Ils finiront 30 secondes devant moi. Heureusement que la fin est en descente, car malgré cet avantage, mon allure n’est plus que de 15 Km/heures.

Les derniers 500 M en montée seront pour moi très dur et je laisse filer encore deux coureurs. Je ne consulte plus mon chrono depuis déjà deux kilomètre et s’est donc avec joie que je constate que mon temps final est de 39’07 soit au-delà de mes prévisions.

Comme j’ai raté le panneau Km 10, je ne sais pas quel est mon temps sur 10Km, mais j’ai forcément amélioré mon précédent record qui étais de 38’40. Quelle distance fait réellement la course, je ne suis pas sur. L’année dernière ils avaient annoncé 10,3 Km, mais sur cartopro j’obtiens 10,2 Km. Avec cette seconde hypothèse, cela me fait un nouveau record de 38’18.

Samedi matin, petit footing de 50’ histoire de partir au mariage dans de bonnes conditions. Ce début de semaine sera consacré à la récupération avec une reprise de la course mercredi ou jeudi.

Tous les billets

www.courseapied.net - info@courseapied.net