La course à pied Les blogs courseapied.net : GGBI

Le blog de GGBI

Flux rss du blog, des réactions

Les derniers billets

Mes catégories

Mes liens


Le forum courseapied.net

Le chat courseapied.net

Les blogs courseapied.net

2007-09-04 14:34:47 : Sous le ciel Irlandais

Cette fois ci, c’est parti. Dans moins de huit semaines, si tout va bien, je serais au départ de l’édition 2007 du marathon de Dublin.

Pour ma préparation, j’ai choisi de reprendre le même plan que celui qui m’avait conduit à franchir pour la première fois la barrière symbolique des 3 heures a Lille en mai derniers.

En fait, pas tout a fait le même, car il s’agit d’un plan sur huit semaines tiré du magazine jogging international en 2006 et pour Lille, a cause du bricolage dans les locations, je n’avais eu que 6 semaines pour me préparer. J’avais alors fais un mixte des 3 premières semaines pour attaquer précisément le plan sur la semaine 4.

Bien sur, j’ai adapté les temps de fractionnés au chrono visé. J’ambitionne pour ce marathon un temps de 2h55. Je me contenterai largement d’un chrono inférieur a 3 heures, mais il faut toujours chercher a progresser et donc après mes 2h57 a Lille, je vais me préparer pour faire un peu mieux. Ensuite on verra le jour J, selon la météo et la forme du moment.

Hier, c’était donc la première séance du plan. Une entrée en matière dynamique avec une des rares séances de fractionnés court. Au programme, après seulement vingt minutes d’échauffement, deux séries de 5 fois 400M en 1’21 (initialement 1’23) soit 100% de VMA. En guise de récupération, un demi tour en environ 1’15 et 500M entre les deux séries, histoire de décaler les 400 de la seconde moitié.

Je ne pars pas serein, je me sens un peu fatigué et la séance de cotes de la semaines dernière doit m’avoir encore laisser des traces. Surtout, je pars le soir, un horaire plus qu’inhabituels ces derniers temps où j’avais plutôt mes habitudes le matin très tôt.

Pendant les vacances scolaires, je profite du sommeil de toute la famille pour aller m’entraîner le matin aux aurores. Ainsi je suis présent le reste de la journée. En période scolaire, comme je suis seul le midi, je profite de la pause pour aller flâner sur les routes.

Hier c’étais une journée charnière, les professeurs (dont ma femme) ont effectués leurs rentrée et aujourd’hui c’est au tour des enfants.

Il va donc falloir que je m’habitue a courir dans la journée et a partir d’aujourd’hui, le midi. Hier, en plus de l’horaire tardif, la météo n’est pas au beau, le climat et plutôt humide. Après un peu plus de 20 minutes dans les rues de Chasseneuil, c’est sur ma piste habituelle pièce des cards que je m’élance pour ma première série. L’allure est rapide, je dois passer tous les 100 M aux environs de 20 secondes. Moi qui suit habitué des fractionnés long avec des passages en 22 secondes, les premiers 400 sont un peu difficiles.

Mais je tiens largement mes temps sur la première série que je boucle entièrement en moins de 1’21. Après 500M de récupération, je repars vite, trop vite en 1’19 et les 4 derniers seront alors laborieux. Si je résiste dans les deux suivant en 1’21, l’avant dernier n’est bouclé qu’en 1’23 et je fini en 1’22.

Un peu déçus de ce final, je pense être parti un peu vite, ce qui est souvent mon défaut. Pendant que je réalisais cette seconde série, la pluie c’est invité et sur le retour, ce sont des trombes d’eau qui s’abattent sur moi.
Un tel climat pour un début de préparation, nous voici déjà en Irlande. Au moins, sur ce point là, je n’aurais pas trop de problèmes d’adaptation. Si le vent ne s’en mêle pas.

Aujourd’hui, petite sortie de récupération ce midi. Une heure et quart dans la campagne environnante, vers Martigny et retour par le futuroscope. Au final un peu plus de 14 kilomètres sous le soleil, mais avec le vent.

Les réactions

Par Belon, le 2007-09-04 14:49:56
Un oranger sur le sol irlandais,
On ne le verra jamais.
Un jour de neige embaumé de lilas,
Jamais on ne le verra.
Qu'est ce que ca peut faire ? (bis)
Tu dors auprès de moi,
Près de la rivière,
Où notre chaumière
Bat comme un coeur plein de joie.

Par Romain, le 2007-09-04 14:51:16
Salut GGBI ,
Bonne prépa ! je pensais que tu étais en club , j'essaierai une fois un plan de JI pour voir aussi ce que ça donne .
dis donc , laborieux des 400 en 1'23" au lieu de 1'21" , tu es exigeant dis donc ;))
avant j'étais habitué à courir en fin d'aprème , depuis deux mois presque je préfère le matin à l'aube , et je n'arriverai plus à courir le soir ...
boon courage à toi , tu as l'air de bien savoir gérer la vie personnelle avec ton sport , c'est très important , et qu'en plus tu réussis dans les performances , c'est encore plus méritant .
@+++
Romain

Par mielou, le 2007-09-04 14:55:45
bonjour GGBI
la pression monte...
mais j'ai confiance en tes possibilités
tiens, demain j'irai m'étalonner sur les 400 pour voir
une petite série de VMA courte comme on dit en club

Par GGBI, le 2007-09-04 14:58:06
Bonjour Belon,
Dans le même genre et plus prét de nous, il y avais renaud avec sa ballade nord Irlandaise.
"J'ai voulu planter un Oranger, là où la chansaon n'en verra jamais".

Pas de club pour moi Romain, toujours un entrainement personnel basé sur mes lectures de magazines entre autre et aussi sur des infos glannées sur ce forum.
Cela a un avantage, je cours comme je veux, et quand je veux. Il est possible qu'un entraineur m'aurait mieux guidé, a voir. Le pb est que les clubs ne sont pas si proche de chez moi.

Par GGBI, le 2007-09-04 14:59:40
Salut mielou,

Oui la pression monte et en même temps, je ne suis pas faché de rentrer dans un plan bien ficelé, ces derniers temps j'improvisais un peu et s'est comme ça que l'on en fait trop.

Tiens nous au courant pour tes 400.

Par k, le 2007-09-04 16:00:30
bon courage,bonne prepa
bon run

Par james, le 2007-09-04 17:10:08
Profites bien des paysages aussi : c'est magnifique
Combien restes tu de jours là bas ?

Par Sergent, le 2007-09-04 17:26:59
Confirmation des propos de james, l'Irlande, c'est magnifique.
Bonne préparation en tous cas.

Par GGBI, le 2007-09-04 17:42:51
Salut James,je reste dix jours.

Merci K et sergent pour vos encouragements.

Ce sera mon 4ième voyage en Irlande, mais la première fois a Dublin.
Jusqu'a présent j'étais resté a Cork et ses environs dans le cadre du jumelage.

Cette fois ci, je reste quatre jours a Dublin, un entre Dublin et Cork et je fini avec le jumelage a
Cork.



J'ai effectivement entendu beaucoup de bien de ce marathon en terme d'ambiance.

Par PARISI, le 2007-09-05 18:11:44
Bonne continuation de préparation GGBI , tu vas étre au top pour le jour J .
Enfin pour le jour D comme Dublin !!

Parisi

Votre pseudo :

Votre commentaire


Combien fait un plus trois ? (en toute lettre)

Les 5 billets précédents

2007-08-31 11:37:48 : Oh le vilain petit copieur - 2 photos - 8 réactions

Cette semaine était la dernière avant d’attaquer mon plan pour le marathon de Dublin. Eh oui lundi, il ne me restera plus que 8 semaines d’entraînements avant de prendre le départ de ma première course hors de France.

Cette fois ci, je dispose de 8 semaines complètes et même plus, car après deux semaines de repos relatif suite au trail de Saint Cyr, où je n’avais fais que de l’endurance et un peu de seuil, je voulais reprendre dès cette semaine des entraînements un peu plus dynamiques.

Comme le plan prévois un 10Km en deuxième semaine et que je compte m’aligner au départ du bol d’air de Jaunay clan (10 Km) le 15 septembre, dès mardi, après une journée de repos, je prenais la direction de la piste pièce des cards pour un 6*1000M.

Mes sensations ne sont pas au beau fixe, le trail étais difficile et il laisse encore quelques traces. A peine deux semaines après la course de Biarritz, l’accumulation m’a un peu émoussé.

Je le ressens déjà dans mes footings, et cela va se confirmer sur la piste. Alors que je restait sur une séance de 6*1000M en 3’41 de moyenne il y a un mois, aujourd’hui après une demi heure d’échauffement, je m’élance laborieusement sur la piste.

Le marquage au sol me permet de vérifier mon allure tous les 100 M. J’essaye de rester autour de 22 secondes a chaque passage. Mais a chaque fois, les quelques dixièmes supplémentaires s’ajoutent et je ne réalise qu’une moyenne de 3’43 avec des pulsations supérieures de 3 a 4 par rapport a la même séance en Juillet.

Cela reste quand même des bons temps et mon objectif de septembre est toujours accessible. En fait je souhaiterai confirmer mes progressions de l’année sur un parcours déjà réalisé l’année dernière en 39’18. Si je suis autour de 38’, je serais satisfait.

J’ai donc un peu de marge, mais le circuit n’est pas tout plat contrairement à la piste.

Pour cette fin de semaine, il me restait encore trois séances. Les deux suivantes étaient prévues en endurance, la première car réalisée le lendemain de ce fractionné et la seconde car elle étais prévue avec JF comme tous les Jeudis.

J’avoue que je me tâtais un peu sur la dernière. Je voulais faire des fractionnés courts, durant les 8 semaines a venir il n’y en aura plus.

Faire du court, OK, mais combien 200 ? 300 ?. Et finalement c’est JF qui m’a aiguillé vers la séance du jour. Hier, il avait du mal à me suivre. Il m’avoue avoir fait une séance de cotes deux jours plus tôt et en avoir encore les séquelles.

C’est vrai que c’est bien d’en faire quelques unes de temps en temps. D’autant plus que le parcours de Jaunay clan n’est pas tout plat.

Ce matin, me voila donc en quête de cote. Ce n’est pas ce qui manque dans le coin, Chasseneuil étant situé dans une cuve, nous sommes entouré de cotes. Mais je suis exigeant, j’en veut une régulière, de préférence sur bitume d’au moins 200M avec peu de circulation.

Après moult hésitations, je trouve mon bonheur derrière Fontaine, un petit hameau proche de Chasseneuil. Une cote a 7% de moyenne, longue de 300M. Je n’en utiliserai que les 200 derniers qui eux sont réguliers pour une pente de 6%.

Comme je ne sais pas trop comment partir, je démarre tranquille une première série de 5 en 47, puis 46 secondes. Ensuite, après une récupération relativement longue de près de 8’, je reprends un peu plus rapidement autour de 45 secondes par montées pour une série de 10.

Au départ, je pensais n’en faire que 5, mais me sentant encore à l’aise, je continue pour arriver au total à 15 répétitions. La récupération se faisant dans la descente, elle est un peu longue (autour de 1’20). Il faut dire, que je ne pense pas toujours à faire demi tour de suite et en bas, je vais un peu plus loin pour ne pas repartir a l’arrêt.

Comme je n’aie aucun repère, je ne sais pas si ma séance a été bonne. Je n’aie pas l’impression d’avoir vraiment forcé. Mes pulsations moyennes sont plus faibles que sur 200M plat que je tourne en environ 37 secondes, mais avec une récupération beaucoup plus courte.

Dimanche, normalement je devrais faire la première sortie de l’année avec le groupe de l’association Chassenneuil loisirs. J’espère que nous seront plus nombreux que l’année dernière. Départ prévu a 9h30 pièce des cards. Si des Chasseneuillais me lisent, ils seront les bienvenus.

2007-08-27 12:41:44 : Tout doit disparaître - 0 photo - 3 réactions

Encore un week end loin des sentiers, J’ai quand même trouvé le moyen de courir vendredi comme prévu 56 minutes en endurance pour 10,4 Km. Une petite sortie calme le lendemain d’un apéro assez long chez des voisins futurs mariés qui souhaitaient nous présenter leurs témoins.
Autant dire que le cardio avais des sautes d’humeurs en mémoire aux quelques whiskies ingurgités la veille.

Et puisque l’on est dans les mariages, et bien restons y. Samedi nous étions conviés à la cérémonie puis au vin d’honneur du mariage de la fille d’un ami. Auparavant, le matin, j’avais prévu une petite sortie matinale me sachant surbooké pour ce week end.

J’ai finalement annulé cette sortie et cédé aux appels de la couette. Je me suis bien levé, mais ne me sentant pas suffisamment reposé, j’ai préféré me recoucher. Je savais que reporter cette séance était difficile, car je devais consacrer ma matinée à mes enfants et la journée de Dimanche aussi.

Au programme, préparation a la Brocante annuelle de Chasseneuil du poitou. Cet événement d’importance pour notre ville se déroule toujours le derniers week end d’août et pour montrer son importance, le feu d’artifice du 14 Juillet y est tiré, depuis quelques années, ce soir là en clôture de la manifestation.

Nous avons passé la matinée à trier les jouets, choisir le prix et étiqueter le tout et le soir après quelques bulles gentiment offertes par les mariés, j’ai passé une bonne partie de la soirée à charger la voiture. Me rappelant un texte original parlant de gros cailloux, je charge en premiers les objets les plus volumineux. Deux vélos, une balançoire, les voitures action man, un tracteur avec sa remorque, un bureau, une maison pour enfants, etc... Incroyable ce que l’on peut loger dans une voiture.

Vu le temps passé à charger, c’est clair que le lendemain tout doit disparaître, quitte à brader. D’ailleurs c’est le but de la manifestation.

Le dimanche matin, je ne veux pas rester sur ma déconvenue de la veille. Comme je dois partir tôt pour installer le stand, je me lève très tôt pour aller courir. C’est a 5h30 que je chausse les runnings pour, une fois n’est pas coutume, une sortie a jeu. J’ai une heure pour réaliser cette sortie, car ensuite il faudra se préparer pour être vers 8 heures au parc des Ecluzelles, lieu de la brocante.

J’en profite d’ailleurs pour partir en direction du parc. Il fait encore nuit et je n’aie pas penser a remettre des piles dans ma lampe. Du coup je recherche des routes éclairées. Au passage je prends conscience de l’ampleur de la manifestation. C’est vrai qu’il y aura plus de 200 exposants et apprentis vendeurs d’un jour.

Il y a déjà une longue file de véhicules qui attendent leur tour pour pénétrer dans les allées du parc afin de commencer a installer. Il en sera ainsi jusque vers 9 heures, heure d’ouverture officielle. Un petit salut aux organisateurs qui sont déjà a pieds d’œuvre pour renseigner les gens.

Je me dirige ensuite en direction du centre bourg, puis au retour, j’emprunte une route qui n’est pas toujours éclairée. Je me retrouve ainsi dans le noir, n’allumant ma lumière que pour marquer ma présence à l’approche d’automobilistes. La batterie se fait faible, mais je porte aussi un gilet réfléchissant et je peux constater à l’écart réalisé par les conducteurs que je suis bien vu.

Lors de mes passages nocturnes, j’ai une pensée pour les courageux coureurs de l’UTMB. Si ceux de la petite boucle sont déjà tous arrivés, beaucoup d’inscrits sur le tour complet sont encore en course. Comment cela se passe t’il pour eux, en pleine nuit. Cela doit être difficile, surtout pour ceux qui se retrouvent esseulés, si toutefois cela arrive.

Ma sortie se termine et la pénombre commence à faire place au jour. Je peux alors consulter mon GPS et mon cardio qui me confirment que j’avais bien l’allure habituelle et mes pulsations sont bien restées autour de 140 soit 72 % de FCM pour un peu plus de 11 Km.

Après une bonne collation, direction la brocante qui a l’issus d’une longue journée a permis a mes enfants de devenir riches et me voila rassuré, en quelques secondes je peux charger la voiture des rares objets que nous n’avons pas vendus.

Après un superbe feux d’artifice et une courte nuit, aujourd’hui c’est repos coté course a pieds. Bien que je sois tenté par une petite ballade ce soir.

Demain retour sur les fractionnés rapides, avec un 7*1000M allure 10 Km. Ça devient sérieux.

2007-08-24 11:10:40 : La tête dans le guidon - 1 photo - 2 réactions

Comme annoncé dans mon dernier post, mercredi je suis allé reconnaître le parcours des 10 Km de Jaunay clan mon prochain objectif.

Il me faut a peine trois kilomètres pour me retrouver sur les traces de ce circuit qui m’a vu l’année dernière franchir pour la première fois la barre symbolique des 40’. Aujourd’hui mes ambitions sont encore plus importantes, depuis mon record n’a cessé de croître, franchissant même les 38’ à Dissay, puis les 16 Km/heures à Biarritz. Sur ces deux courses, un léger doute subsiste sur la distance exacte. Ici j’aurais en point de mire mon chrono de 39’18 en 2006.

Pour la sortie du jour, je ne parcourrais pas le premier kilomètre qui consiste a faire une boucle autour de la zone de départ et de se retrouver après quelques minutes de course a franchir une seconde fois la ligne de départ. Je me contenterai des neuf kilomètres nous menant a travers la campagne environnante.

Ajouté au trois kilomètres retour, cela me fait déjà une sortie conséquente de 15 kilomètre. Un peu long pour une sortie d’endurance, en semaine je n’aie pas le temps de faire une sortie longue, je décide d’intégrer à la séance deux fractions de 10 minutes d’allure marathon. Mon allure marathon me permet de parcourir environ 2,5 Kilomètres en environ 10 minutes. Il m’en reste donc 10 qui me servirons d’échauffement, de récupération inter fraction et de retour au calme.

Cette sortie me permet, une semaine tout juste après le trail de faire un retour en douceur sur les fractionnés.

Je connais le parcours par cœur, durant l’année qui s’est écoulée, je l’ai fait une multitude de fois. Sauf que la dernière fois justement, je m’étais trompé. J’avais tourné a droite trop tôt, ou trop tard, je sais plus.

Les premiers kilomètres ne sont pas un soucis, je me dirige tranquillement vers Jaunay clan, puis comme le prévois le parcours, en directions de Chincé. D’abord une demi heure d’échauffement et 5,5 kilomètres laborieux. Le second kilomètre du parcours est fortement en montée. Ce n’est pas la cote des gardes, mais 1,3 Km de grimpette, ça permet de faire chauffer le cardio.

Ce n’est qu’en haut que je m’élance alors pour ma première fraction. Après cette montée, c’est une succession de plat, de descente et de petites montées. J’avais déjà pendant l’échauffement remarqué un balisage au sol que je suis alors studieusement. Ce balisage que je confond avec celui de la course m’emmène tout droit a Chincé. Sans le savoir, j’ai déjà été trop loin.

Les inscriptions TPC qui précédent les indications finissent pas me mettre sur la voie. Le tour du Poitou Charente qui aura lieu la semaine prochaine fera étape à Jaunay Clan. C’est sur un petit circuit que se déroulera en contre la montre l’avant dernière étape de cette épreuve cycliste de haut niveau.

Et me voilà a nouveau perdu, je viens de comprendre que j’aurais du tourner beaucoup plus tôt. Le pire, je ne sais pas exactement ce qu’il me reste à parcourir pour me retrouver sur le bon parcours. Après en avoir terminé de ma première série en bouclant mes 2,5 kilomètres en 10 minutes 17. La période de récupération va me servir de réflexion sur la suite de la séance. Après un kilomètre tranquille, je retrouve le bon parcours. Je sais qu’il me reste alors encore beaucoup trop de distance pour rester sur la séance initialement prévue. Si je ne fais que 2,5 kilomètres supplémentaires au seuil, il m’en restera beaucoup trop en endurance pour rentrer a temps avant le boulot.

Du coup je rajoute une fraction de 2,5 Km et me voilà arrivé en moins d’1h25 au bout de 17,350 Km d’effort. Moi qui voulais une reprise en douceur, me voila servis.

Hier, sortie le midi avec JF, comme souvent le Jeudi. 59’ tranquille vers Saint Georges et 11,18 Km de plus pour une séance d’endurance a 142 puls de moyenne (72% de FCM).

Cette fin de semaine sera tout aussi calme avec deux nouvelles sorties là encore en endurance. Je reprendrai la semaine prochaine des séances un peu plus lactiques, histoire de bien repartir vers jaunay clan, sur le bon parcours cette fois ci.

2007-08-21 12:13:50 : Un nouveau tracé pour nos 3 heures. - 2 photos - 10 réactions

Grâce a de récentes acquisitions par la municipalité de terrains environnant la pièce des cards, nous allons pouvoir concevoir un nouveau tracé pour notre manifestation annuelle de course a pieds a Chasseneuil, les 3 heures.

Nous avons pour objectif de limiter voire annuler deux soucis majeur du parcours actuel. Car si le circuit est entièrement sur chemin plat dans un décors plutôt agréable, réalisé le long d’un chemin pas très large, il nous obligeait a faire, sur deux kilomètres, pas moins de trois fois demi tour et de se croiser sur près de 1,5 kilomètres.

Les demi tours cassent le rythme et imposent des relances qui peuvent paraître pénible à la longue et sont donc handicapantes pour un objectif de performance. Le fait de se croiser sur un chemin, impose que par endroit il ne soit pas possible de passer a plus de deux de front. Ce qui peu parfois gêner lorsque deux coureurs réalisent l’épreuve ensemble et qu’ils sont rattrapés par un troisième.

D’autre part, parallèlement à la course en solitaire, il y a aussi la possibilité de courir en relais par équipe de trois. Du coup l’allure est souvent très différente pour ces coureurs en équipe qui peuvent aller jusqu'à deux fois plus vite que la plupart des coureurs en solitaire. Il est alors difficile parfois pour eux de boucler leur tour sereinement.

Il est probable que cette course unique dans notre département soit bridée par les difficultés de ce circuit. Alors puisque la municipalité nous propose grâce à ces nouveaux terrains de réaliser de nouveau chemins, autant en profiter.

Du coup Jeudi dernier, avec Bernadette l’organisatrice en chef et JF, nous avons étudié les différentes possibilités de modification. Le but, supprimer un maximum de demi tour et éviter tous les croisements possibles tout en gardant un parcours de deux kilomètres qui permettent a tous les coureurs, grâce a un marquage tous les 20 mètres, d’apprécier facilement leur vitesse et de calculer la distance.

Au final, nous devrions avoir prochainement un nouveau parcours, sur lequel on ne se croisera plus que sur une portion très large et il ne restera plus qu’un seul demi tour.

Samedi matin je me suis empressé avec mon GPS de vérifier la distance. En empiétant un peu sur une piste cyclable récement réalisée, on retrouve un parcours de deux kilomètres. Cerise sur le gâteau, les supporters pourront de la piste, voir les coureurs sur la quasi intégralité du circuit.

Moi qui avait prévu un peu de repos, a la faveur de cette vérification, je suis parti ce samedi pour une heure tranquille et 11,38 Km. Ce week end, après un passage a Bretignolles où j’ai laissé de coté les running, j’ai repris encore ce matin pour un peu plus d’une heure et 12,3 Km dans Jaunay clan.

J’ai déjà un œil sur ma prochaine course a Jaunay clan le 15 septembre et je voulais m’approcher un peu du parcours de ce 10 Km. Demain je pense réaliser une séance incluant l’intégralité du circuit.

2007-08-16 12:42:49 : Le trail de Saint Cyr - 0 photo - 14 réactions

Une fois n’est pas coutume, j’avais décidé hier de participer à un trail. Moi qui suis plutôt adepte des courses sur routes, où l’allure est généralement assez régulière.

J’avais déjà par le passé participé à un trail, a l’époque, le parcours étais bien sur chemins, mais de beaux chemins, bien plats et malgré quelques cotes, pas vraiment de grandes difficultés. J’avais tout de même trouvé le moyen de me tromper de parcours, avant d’être vite rappelé par les organisateurs qui m’avaient alors remis dans le bon chemin.

Hier, j’appréhendai donc cette éventuelle sortie de route. De ce coté, je ne risquait finalement rien, avec de la rubalise placée régulièrement pour se rassurer, des panneaux indicateurs a pratiquement toutes les intersections, voire même parfois des signaleurs pour les passages délicats.

Les difficultés, étaient plutôt sur le parcours, avec d’énormes changements de relief, une diversité des sols et des obstacles a franchir, le parcours n’avait rien a voir avec ma première expérience sur cette discipline.

Au programme de cette journée, il y avait le matin des courses réservées au féminines, puis en point d’orgue, l’après midi un 15 et un 30 Km. Après moult hésitations, j’opte pour le 15 Km, en novice de ce genre de course, je préfère ne pas prendre trop de risque. D’autant plus que je n’aie pas pris le temps de bien récupérer deux semaines après la course de Biarritz.
Non seulement, je n’ai pas pris de repos coté course a pieds, enchaînant les sorties matinales sur les chemins de Saint Jean de Luz, mais j’ai en plus pratiqué beaucoup de natation pour occuper mes après midi et pour couronner le tout, mon week end de châtelain, m’a tout de même fait faire un crochet de plus de 1000 Km de voiture.

Me voilà donc plein d’excuses pour une modeste performance et pour prendre la sage décision de m’aligner sur la plus courte des distances. Et le débriefing organisé par les organisateurs quelques minutes avant le départ me conforte dans mon choix. A l’écouter, la plupart des difficultés se trouvaient sur la portion spécifique au 30 Km. En fait il en restait quand même sur la partie commune aux deux courses.

Le départ est donné 15 minutes après celui du trail long. Le début du circuit est relativement facile. On commence par un premier kilomètre plat, voire même assez descendant. Je le franchi en 3’40 dans un groupe qui s’est rapidement formé.

Je sais que je suis parti un peu vite, mais je m’accroche, car derrière, le trou est déjà fait et je ne veux pas me retrouver seul. Le second kilomètre est parcouru en 3’45. Mais déjà je sens que cela va être dur, je suis parti trop rapidement et je sais que les difficultés sont nombreuses. Alors je lève le pieds dans se troisième kilomètre qui nous emmène de l’autre coté du lac. Du coup je prends mes distances avec le groupe qui de toute façon a explosé. Me voilà seul et je resterai ainsi jusqu’au bout.

A la sortie du lac, nous prenons la direction de la foret de moulière. Pour l’atteindre il faut gravir une cote très raide. En épingle a cheveux, la montée se fait de plus en plus raide. J’hésite même a marcher sur les derniers mètres. En haut on m’annonce que je suis 10ième. Une position bien honorable, mais je sais que cela sera de courte durée. Nous sommes dans le 4iéme kilomètre et déjà je suis dans le rouge. Un coureur me passe, puis deux. En moins d’un kilomètre, je suis propulsé à la 21ième place.

Alors que je pensais les difficultés derrière moi, avec cette terrible cote, a peine 300 M plus loin, une autre d’intensité identique se dresse devant moi. Je subit un peu ce parcours accidenté, mais prend sur moi. J’enrage d’être parti trop vite. Dans cette cote je rejoins déjà les derniers coureurs du 30 partis un quart d’heure plus tôt. Je les plains, il leur reste plus de 25 kilomètres et à ce rythme, ils ne sont pas arrivés.

Au ravitaillement du 5ième, j’avais prévu un premier gel. Ayant été surpris, je n’ai pas le temps de le prendre. Qu’importe, je bois d’abord et l’englouti après. Le parcours devient plus plat et cette portion est plus facile. Je reprends un peu de rythme et désormais, je ne me ferais plus doubler. Les kilomètres défilent ainsi jusqu’au 10ième, avec tout de même beaucoup de relance et d’alternance de terrain. On se faufile entre les arbres, puis une petite cote, puis un raidillon, parfois on tourne brutalement dans un champ, avec un passage abrupt ou bien encore, il faut franchir un tronc d’arbre.

La fin de cette seconde partie est tout de même assez difficile. Outre le relief qui redevient vallonné, le chemin est truffé de trous et d’obstacles. Je ne regarde plus mon chrono. J’avais pour l’occasion pris mon GPS et je sais que j’ai une allure d’escargot. D’ailleurs je passe aux 10 Km en plus de 43’.

C’est après le ravitaillement du 10ième que nos chemins se séparent de ceux qui font le 30 Km. Nous bifurquons à la rencontre des 4 derniers Km de leur parcours. Cette partie, bien que plus en descente et assez technique. On change encore de décors, après le lac, puis la foret, nous voila à travers champs avant de nous retrouver dans la grande ascension du début. Depuis ce ravitaillement, j’ai trouvé un rythme qui me convient. J’ai en ligne de mire la seconde féminine qui m’avait doublé au 6ième. Je me dis que je dois faire comme a Biarritz, la rattraper dans les ultimes hectomètres.

Je me rapproche de plus en plus d’elle, mais sans jamais l’atteindre. Au passage je double un concurrent intercalé, ce qui me conforte dans l’idée que je suis bien dans la course. Au hasard du parcours, j’aperçoit la féminine, puis elle disparaît dans la forêt. En haut de la descente qui nous ramène au lac, mon GPS m’affiche 14,8 Km. Je pense donc que l’arrivée est juste en bas et que c’est fini, je ne rejoindrais pas de coureur supplémentaire. Je descends tranquillement, car le chemin est bien raide et je ne suis pas équipé de chaussure de trail. Il ne faudrait pas que je chute si près de l’arrivée.

Une chose m’intrigue tout de même, le départ avait été donné à l’autre bout du lac. Mes inquiétudes se confirment, l’arrivée est aussi a l’autre bout. Du coup ce n’est pas 15 Km mais 16,3 que compte ce circuit. Ce qui sera d’ailleurs confirmé par le speaker a l’arrivée.

Au final un temps plus que moyen de 1h12’54 pour une telle distance. Effectivement, en trail on ne peu pas espérer de bon chrono. Le vainqueur met lui près de 1h03, alors que beaucoup de coureurs auraient parcouru la distance en moins d’une heure sur route. Mon classement est d’ailleurs conforme à mes habitudes (20ième sur 180).

Je reste quand même sur un regret, celui d’être parti trop vite et de ne pas avoir profité pleinement de la course en étant HS pendant environ 3 Km. Même sur la portion plate, mes temps de passages sont moins bons qu’a Biarritz.

Désormais, c’est un peu de repos, avant d’attaquer la partie automnale avec un 10 Km dans un mois, le 15 septembre en ouverture de ma préparation au marathon de Dublin.

Tous les billets

www.courseapied.net - info@courseapied.net