La course à pied Les blogs courseapied.net : GGBI

Le blog de GGBI

Flux rss du blog, des réactions

Les derniers billets

Mes catégories

Mes liens


Le forum courseapied.net

Le chat courseapied.net

Les blogs courseapied.net

2007-11-27 15:00:41 : marathon de la Rochelle 2007

Il y a un an, j’ouvrais mon blog au début de ma préparation pour le marathon de la Rochelle. Je vous faisait alors pars régulièrement de mes entraînements et de l’évolution de mes sentiments quand a atteindre l’objectif de l’époque de 3h10.

L’issue de cette préparation fut plus qu’heureuse, puisque je finissais en moins de 3h6 (http://ggbi.courseapied.net/billet.php?idbillet=2750 ), prêt à franchir un nouveau cap en 2007.

Cette année, si j’ai plutôt évité de parler de préparation, c’est que cela ne concernait pas la course a pieds. Un mois après Dublin, il n’était pas question de rempiler pour un nouveau marathon.

C’est donc en spectateur que j’ai participé a l’édition 2007 de la Rochelle. J’y suis allé pour accompagner deux amis.

Partis très tôt dans la nuit, il fait encore bien sombre à notre arrivée à La Rochelle. Le temps est couvert et la pluie se fait plus que menaçante. Sur les conseils de mon voisin, nous trouvons facilement à nous garer en face de la gare TGV a moins de 200 M de chacun des départs.

Comme il y a un V1 et un V2 dans la voiture, cela arrange un peu tout le monde. Quand a moi, j’ai prévu la tenue de course dans le coffre. J’ai l’intention d’accompagner un des coureurs sur une partie de la seconde boucle.

En attendant le départ, je m’arrête au café du Bassin pensant voire quelques figures du forum. Apparemment, le rendez vous avais changé. De toutes façon, à quelques minutes du départ, tous les coureurs sont sans doutes rentrés dans leurs sas.

La pluie commence à tomber assez fort. J’attends donc devant le bar, protégé par le store. Je suis placé au croisement du 15ième Km et du semi. D’ici je vois le départ féminin et V2,3,4 hommes. Ce sont d’ailleurs des hommes qui arrivent en tête de la cohorte de coureurs.

Il faudra bien 10 minutes pour voire défiler tous les coureurs, alors qu’il n’y en a pas la moitié sur ce départ. Les autres, les hommes de moins de 50 ans sont partis de l’autre coté du port.

Après environ trois quarts d’heure d’attente, arrive la tête de la course au 15ième. Auparavant, nous avons pu voire passer les leaders de la catégorie handisport. D’autres mettrons près de deux heures à arriver, noyés dans la foule.

Je n’avais jamais assisté à une telle course. L’allure de ces coureurs est impressionnante. Ce qui l’est encore plus, c’est le flot ininterrompu qui commence a s’abattre quai vallin, tandis que les leader passent de l’autre coté de la route et en terminent avec le semi.

Il y a tellement de monde, que je n’arrive pas a trouver les quelques connaissances que j’aurais voulu filmer. Finalement, ce sont eux qui me voient.

Pour la suite de la course, je me suis déplacé vers l’aquarium où Fred. et martine m’ont fait un petit coucou. Ils en finissaient avec la première moitié de course.
Je passe quelques instant du coté du 41ième Km a regarder les coureurs de 4 heures a 4 heures 30 en finir avec leur semi et a attendre l’arrivée des premiers. Curieuse image que celle d’une course séparée en deux par les motos accompagnatrices. D’un coté le futur vainqueur seul de l’autre le flot de coureurs en 4h30 qui n’ont toujours pas bouclé leur première moitié.

A quelques secondes un autre Kenyan suivi de Loic Letellier. Le français le devancera au sprint pour pulvériser son record de près de cinq minutes. Cela sera insuffisant pour gagner le marathon, mais il remporte sa catégorie, le premier étant vétéran.

Après avoir assisté au passage des champions et notamment d’un coureur de poitiers qui fini 14ième, je me positionne de l’autre coté du parking de l’aquarium, où l’on peut y voire les coureurs arrivants alors au 35ième.

Il est plutôt bien fait ce parcours, en forme de huit et en deux boucles, on peut y voire passer jusqu'à 5 fois une même personne. A condition bien sur de pouvoir la distinguer dans le flot incessant des marathoniens.

Incapable de trouver signe de mes amis, je renonce déjà a me mettre en tenue pour en accompagner un. De toute la course, je n’arriverai à voir JF, un des deux coureurs que j’ai véhiculé, qu’une seule fois a un kilomètre de l’arrivée. Le second tour lui a été fatal. Lui qui visait moins de quatre heures termine en 4h06.

Pas trop grave, je pense, avec sa trentaine de marathons terminés, il a eu de nombreuses fois la joie de finir sous cette barrière. Dans ses premiers, il avait même titillé les trois heures.

Pas revu non plus Fred. et Martine, je suis bien content pour eux d’apprendre que l’objectif est atteint. J’ai furtivement vu raztaboule, ou plutôt c’est lui qui m’a reconnu et balbutié quelques mots que je n’aie pas compris. Nous aurons plus le temps de nous parler en Mars pour les trois heures.

J’ai eu plus de chance avec Franck, mon voisin que j’ai réussi a filmer a trois reprises et qui fini enfin sous les 10 Km/heures en 4h11 après trois tentatives infructueuses.

Le soir, de retour a Chasseneuil, c’est a mon tour d’enfiler la combinaison de course a pieds. Trois petits quarts d’heures, les têtes pleines d’images d’une des courses les plus populaires de France.

Les réactions

Par FAN deMartine, le 2007-11-27 15:03:33
VU MARTINE pas de photos??? :-((

Par GGBI, le 2007-11-27 15:10:52
Désolé pour Martine, eux m'ont vu, moi trop tard et pas eu le temps de déclancher ma caméra.

Par FAN deMartine, le 2007-11-27 15:36:37
pff' tu crains gégé !
faut shooter au lieu de racionter ta vie

Par GGBI, le 2007-11-27 16:05:23
Change de passion, deviens fan de GGBI. Je pourrais t'envoyer plein de clichés dédicacés en plus.

Par grrrrr, le 2007-11-28 11:04:57
Nous on veut voir Martine !!!!!!

Par FAN DE GGBI, le 2007-11-28 12:08:14
Salut GGBI,

Je pense participer à la course de Jaunay clan en Janvier. Est ce que tu as le parcours en tete? Si oui pourrais tu me l'indiquer s'il te plait?
J'ai eu l'ocass de te voir courir plusieurs fois très tot le matin, tu es courageux!
Merci

Par GGBI, le 2007-11-28 14:05:38
Bonjour FAN,

Tu trouvera le parcours sur ce post que j'avais rédigé pour l'édition 2007 : http://ggbi.courseapied.net/billet.php?idbillet=2933

et sur ce post le CR de ma course : http://ggbi.courseapied.net/billet.php?idbillet=2983

En ce moment je suis plutot du midi, mais il m'arrive de courir très tot le matin l'été et quelques week end pour les sorties longues.

Tu es de Chasseneuil ?

Par FAN DE GGBI, le 2007-11-28 14:21:05
Merci pour la reponse rapide. Non je suis de Poitiers. Mais il m'arrive de passer par Jaunay clan le matin et de te voir dans la bosse à la sortie en allant vers Neuville. Je travaille à Loudun et je passe par là certain jours. Voilà.

Par Fred, le 2007-11-28 15:35:45
Salut GGBI, je ne savais pas que tu y assisterai, c'est en voyant et en entendant James que je t'ai aperçu. Bonnes futures courses !
Fred

Par , le 2007-11-30 15:44:56
ca doit etre terrible d ese faire doubler par la tete de la course!!!

Votre pseudo :

Votre commentaire


Combien fait un plus trois ? (en toute lettre)


Au Km 15 après seulement 44 minutes de course, le groupe de tête ne compte qu'un français, James Theuri qui finira 4ième.


Le français Letellier est alors laché. Il reviendra sur le groupe avant le passage au Km 15.


Derrière le groupe de tête, un Chasseneuillais Hervé Gillereau suivi de son frêre. Pierrick finira en 2h28 a la 14ième place, Hervé moins en forme devra se contenter d'un 2h40.


A un Km de l'arrivée, le vainqueur doit partager la route avec certains anonymes.


Le français Letellier fini fort et met plus de 8 secondes au troisième dans le dernier Km.


Les 5 billets précédents

2007-11-23 16:13:04 : on peu pas la refaire ? - 2 photos - 5 réactions

La course a pieds, apporte son flot de joies, mais aussi parfois de déceptions. De joies surtout, heureusement, lors de mes premiers footings, sans chronos, mais avec l’envie de voir disparaître ce ventre bedonnant, ce souffle difficile.

Il m’aura fallut deux ans de pratique pour voire disparaître totalement un asthme lié certainement à l’abus de cigarettes. Autant pour enlever vingt kilos superflus grignotés au fils des ans.

Après cette période initiatique, je décidais de me lancer sur marathon. Cette distance, ma préférée, reste actuellement la plus mythique. D’ailleurs c’est la frontière entre la course de fond et l’ultra. Un premier marathon en forme de réussite. Avec un objectif de 3h30, mais surtout d’accrocher la médaille souvenir de 42 longs kilomètres, j’avais fini en 3h32 en incluant un arrêt maquillage à un kilomètre de l’arrivée.

Depuis, coureur assidu, j’ai continué a progresser. Profitant des distances plus courtes pour peaufiner ma vitesse. On ne peut pas se permettre de courir trop de marathons, alors je me suis aligné sur des 10 ou 20 Km selon ce que le calendrier local me proposait.

Améliorant régulièrement mes chronomètres, j’ai réussi à atteindre un nouveau palier en franchissant les trois heures en mai derniers à Lille avec un temps de 2h57’44. Ce palier semble être le dernier au niveau horaire, je ne crois pas que je pourrais descendre sous les deux heures un jour.

Du coup, pour Dublin, j’avais un objectif un peu moins spectaculaire, descendre sous les 2h55. D’autant plus que ce marathon Irlandais, ne comptant que 26 unités de distance, contre les 42 officiels en France, semblait plus rapide.

S’étais mal connaître le court actuel du miles qui ramenait finalement la distance a celle étalonnée dans les autres pays. Foutus miles, je pense que j’en ait minimisé la portée et a 6 miles de l’arrivée, il me restait encore plus de 10 Km. Et j’étais cuit. Ah, ce mur du trentième qui fait sérieusement regretter l’accélération au passage du semi.

Pourtant à ce moment de la course j’étais bien. J’avais franchi le semi en 1h28’40. Loin de mon objectif initial, mais a y repenser plutôt bien pour approcher mon record de Lille. Si on pouvais revenir a cet instant, je changerai sûrement de tactique.

Du coup, même si je fini dans un temps honorable, je reste un peu déçus de ne pas avoir a nouveau franchi cette barrière des 3 heures.

Cette relative désillusion doit probablement contribuer a limiter encore plus ma reprise. Arrivé blessé, j’ai du stopper 8 jours tout entraînement. Habituellement, je reprend plus vite, trop vite, mais sur l’euphorie d’une course réussie.

Cette fois ci, j’ai bien attendu et repris doucement pour ne pas réveiller les contractures encore à l’affût. Je voyais bien mes performances limitées et d’ailleurs le 5 Km de l’ékiden me ramène deux ans en arrière. A cette époque, peu après le marathon de Paris, je réalisais 19’06 sur un 5 Km plutôt plat. Cette année avec 19’15 je suis même légèrement en deças.

Trois semaines après Dublin, je pense qu’il est maintenant temps de regarder vers d’autres objectifs. Mon prochain gros devrait être les trois heures de Chasseneuil en Mars, où je compte bien cette fois ci dépasser la distance reine.

Mais d’ici là il y a deux petites courses que j’affectionne. D’abord celle des pères noèl, adepte des manifestation sportives plutôt festives, je devrais y participer pour la quatrième fois. Et chaque années le peloton s’élargie. L’année dernière nous étions plus de 600, ce qui est énorme pour notre département. Ensuite en Janvier, il y a la corrida de Jaunay clan, ville limitrophe, qui marque la période des galettes. D’ailleurs à la fin de la course nous en partageons une géante.

C’est donc tout logiquement que cette semaine, j’ai voulu relancer la machine. Ce n’est toujours pas la grande forme et après un cinq fois 1000M laborieux Mardi, j’ai enchaîné hier avec un 6*500M en 1’44. Si j’ai bien tenu les chronos sur les 4 premiers, les deux derniers ont étés plus difficiles. Des erreurs de manipulations ne m’ont pas permis de contrôler mes temps et ce n’est pas plus mal.

De toutes façons, je vois bien sur l’ensemble de la séance que je suis loin du niveau d’avant Dublin. A cette vitesse, je pouvais enchaîner 6 fois 600M sans faiblir.

Il en fut de même pour aujourd’hui, où j’avais prévu deux fois 2,5 Km a allure marathon. Si ce fut légèrement mieux que la semaine dernière, j’ai tout de même bénéficié d’un relief plutôt favorable. D’ailleurs là encore, sur la globalité de la séance, je suis loin de mes allures actuelles.

Dans mes souvenirs, seul le marathon de Paris m’avait laissé près d’un mois et demi dans une méforme latente. Bizarrement, pour les six autres marathons je n’aie pas eu ce souci.

C’est une période assez difficile, et j’attends avec impatiente un retour de la forme.

2007-11-20 12:46:43 : exorcisme - 0 photo - 4 réactions

Ça y’est, je l’ai fait, avec un peu d’appréhensions, je suis retourné sur la piste pièce des cards. Celle là même qui m’avait vu repartir boitillant lors de mon ultime séance de VMA mi octobre.

Trois semaines après le marathon, cela me démangeait les jambes. Depuis la semaine dernière, je ne ressens plus de douleurs. J’ai toujours une allure d’escargot, mais je voulais revoir un peu mes capacités du moment.

Mis a pars le fait que tout c’est bien déroulé, coté muscles. J’ai trop vite craqué coté vitesse. Au programme un cinq fois mille allure 10 Km et plus si affinités. Il y a un peu plus d’un mois, sur cette même piste, j’en avais enchaîné huit en 3’41 de moyenne.

Cette fois ci, le premier se fait en 3’42. Je résiste sur les deux suivants, mais je m’écroule sur les derniers que je ne fais qu’en 3’47.

Difficile de bien récupérer tout en restant actif. Habituellement je récupère plus vite de mes marathons, mais celui-ci, j’ai vraiment du trop donner. D’ailleurs, dans l’après midi mes cuisses douloureuses me rappelaient qu’il y a à peine 21 jours je leurs imposais plus de 42 Km d’effort.

Aujourd’hui une heure d’endurance. Toujours une allure d’escargot et des pulsassions légèrement plus élevées qu’a l’accoutumée.

Je commence doucement un petit programme d’entraînement en vue de la corrida de Noël qui aura lieu comme chaque année a Saint Benoit le 22 décembre.

http://ggbi.courseapied.net/billet.php?idbillet=2830

Un 7,5 Km assez sélectif avec une très longue montée plutôt raide. L’année dernière, dans l’euphorie de mon marathon de la Rochelle, je l’avais tournée pour la première fois en moins de 30 minutes.

J’aimerai bien rééditer ce temps, voire mieux cette année.

2007-11-16 15:15:43 : Habillé pour l’été - 8 photos - 5 réactions

L’hiver arrive à grand pas, et si le calendrier nous somme d’attendre encore plus d’un mois, la météo, elle s’est déjà mise au diapason.

Avec des températures avoisinant les moins cinq au réveil, on en oublierais que il y a moins d’une semaine je réalisais encore mes footings en short et tee shirts.

Me voilà contraint de remettre mes tenues techniques que j’avais laissées au fond de mon armoire depuis mars dernier. Dommage, car question tee shirts, je suis plutôt équipé. Je n’ai même pas eu le temps d’essayer celui glané lors de ma dernière compétition à l’ekiden de Chasseneuil.

J’ai bien aussi des tee shirts techniques lorsque le climat est plus clément, d’ailleurs tout le monde a pu voire mon super adistar avec électrodes intégrés, mais je ne les utilise que pour les compétitions et les fractionnés rapides.

Pour toutes les autres séances, j’aime utiliser les vêtements donnés en souvenir au fils de mes courses. Cela me remémore chacune d’elles et me permet d’arborer fièrement la preuve de ma présence à tel marathon, semi ou tout autre distance.

Avec plus de 50 compétitions a mon actif, je commence a en avoir de ces souvenirs textiles plus ou moins raffinés. Il y a ceux qui vous transforment en homme sandwich, avec la liste de tous les sponsors, ceux qui, plus sobres vous rappellent la date de votre participation ou bien encore les réutilisables, avec uniquement le nom de la compétition.

J’aime porter celui de ma première compétition, un 20 Km a Vouneuil, ceux du médoc avec le slogan plus long marathon du monde dans le dos ou encore celui de Paris qui me rappelle le frisson qui m’a parcouru a quelques minutes du départ quand près de 35000 coureurs ont envahis la plus belle avenue du monde. C’étais en 2006 pour le 30ième anniversaire, la seule édition à ce jour a avoir vu plus de 30 000 coureurs franchir victorieusement la ligne d’arrivée.

A travers ce flot de souvenirs, certaines courses se distinguent de l’éternel tee shirt. Il y en a qui ne vous laissent que le souvenir d’avoir couru, mais a prix raisonnable, certains où tu repars avec une part de galette, d’autres avec un sweat shirt, comme ce fut le cas au marathon de Dublin ou bien encore aux 3 heures de Chasseneuil.

Par mis la liste de cadeaux originaux, hormis mes vingtaine de tee shirts, j’ai noté deux tours de cou, un sac a chaussures, un vide poches, trois mugs, deux serviettes de toilette, une paire de gants de course, sept sacs a dos, six bouteilles de vin, un coupe vents à la Rochelle, un gilet sans manches au médoc, quatre sweats, deux marcels, quatre KWay.

Et puis lors de mes nombreux podiums (3 au total), j’ai eu droit a une pile d’assiette, un repas dans un bon restaurant, un sac de voyage.

Enfin, sur certaines courses, on tire au sort des numéros de dossards pour avoir des lots donnés par les sponsors, j’ai ainsi gagné des lunettes de soleils pour femme, une paire de mizuno encore pour femme, une boite de chocolats et le must, une grande bouteille de liquide vaisselle. C’est ma femme qui était heureuse, du moins pour les trois premiers lots.
J’ai rangé mes tees shirts, mais pas mes chaussures. Cette semaine c’est la rémission de mes ennuis musculaires.

Lundi, j’ai couru une demi heure, avec une vive douleur au genou et une allure d’escargot. Le lendemain, un peu plus rapide et plus de douleurs.

Mon ultime séance chez le kiné a fini de me remettre d’aplomb. Du coup hier et aujourd’hui j’ai vraiment pris plaisir a recourir enfin sans douleurs et relativement longtemps.
Plus d’une heure dix pour 13,5 Km tout en endurance hier et 14,5 Km aujourd’hui avec deux fractions a allure marathon (88% de FCM).

Pour l’allure marathon, c’est vraiment pas ça, j’ai tourné en 4’15 et une sensation de fatigue m’a poussé a raccourcir ma seconde série. Le physique va mieux et c’est bien là l’essentiel.

Pour la forme, il semble qu’elle ne soit pas encore totalement au rendez vous. Trois semaines après un marathon, rien d’alarmant. Bien que d’habitude je récupère plus vite.

2007-11-12 11:30:47 : Mobilisation générale pour le 11 Novembre - 1 photo - 6 réactions

En ce jour de célébration de la signature de l’armistice, on aurait sans doute pu parler de démobilisation. Mais en marge de la commémoration de cet événement, les rues de Chasseneuil avaient décidé de montrer un tout autre visage. Et c’est la course a pieds qui était hier a l’honneur au cœur de notre ville.

Pas moins de 61 équipes s’étaient données rendez vous pour la seconde édition de l’ékiden du poitou. Avec une telle participation, cette épreuve devient déjà en deux ans incontournable dans le calendrier des courses hors stade de la vienne.

L’année dernière, je faisais déjà parti du flot de coureurs partis à la poursuite d’un bout de marathon. En pleine préparation pour le marathon de la Rochelle, j’avais avec cinq de mes voisins constitué une équipe composée pour moitié de marathoniens et pour le reste de coureurs occasionnels (http://ggbi.courseapied.net/billet.php?idbillet=2694 ).

Cette année, c’est l’inverse, je ne suis plus en préparation, mais en récupération d’un marathon qui fut pour moi le plus éprouvant de tous ceux que j’ai couru jusqu'alors. Eprouvant musculairement, puisque j’étais parti avec une contracture a la cuisse gauche et que je suis revenu avec la même au mollet. Eprouvent physiquement, car pour palier a cette faiblesse musculaire, j’ai du puiser dans mes ressources.

Mes premiers footings d’après marathons me l’avaient confirmé, je suis en grande méforme et j’accuse toujours quelques douleurs aux cuisses et à ce mollet gauche. Du coup j’avais pris la sage décision d’échanger mon relais de 10 Km que j’avais réalisé l’année dernière par le troisième relais qui n’en faisait plus que 5.

L’équipe n’étais pas tout a fait la même que pour l’édition précédente. Une des participantes, dans l’attente d’un heureux événement familial, n’a pas pour l’instant la capacité de courir. Et surtout nous avons fait des émules au sein de notre lotissement. A tel point que nous avons du inscrire trois équipes.

Avec seize coureurs directement issus de mon entourage proche et deux autres logeant dans la rue voisine, venus compléter la liste, notre quartier avait revêtu la tenue de joggeur.
Du coup nous avons essayé de répartir tout le monde de manière à peu prés homogènes. Mêlant coureurs régulier avec novice de la compétition sur route.

Le premier relais composé de femmes a d’emblé généré un écart entre la première équipe et les deux autres. La première arrivant en 26’ et les deux autres en 32’. Ainsi le premier coureur de 10 Km comptait déjà 6’ d’avance sur les deux autres.

Mais la personne qui m’avais remplacée a réussi a en rattraper deux, laissant la troisième équipe loin derrière. Cette dernière ne reviendra jamais et finira à un quart d’heure des deux autres.

Quand a moi, avec près de 4 minutes de retard sur la première équipe, j’avais un chalenge assez difficile a relever. Mais je savais que le coureur qui me précédait n’était pas habitué à ce sport, pratiquant plus couramment le vélo. Le défi était certes difficile, mais jouable.

De toutes façons, n’ayant pas les temps de passage de l’autre équipe, l’important pour moi était de donner au mieux pour réduire encore l’écart. Sur un bon jour j’aurais pu approcher les 18’45, voire moins. Du moins c’est je pense, le niveau auquel je dois pouvoir prétendre.

Mais la forme n’est pas là et je suis déjà bien comptent d’avoir couru ces 5 Km sans douleurs, dans un temps honorable de 19’15. Soit la vitesse que j’avais développée lors de mon 10 Km de Jaunay clan en septembre derniers.

Je fini le dernier Km en 3’50 pas du tout grillé et c’est plutôt encourageant. Mon adversaire du jour termine juste 8 secondes devant moi. Le paris est donc quasiment atteint et a mi distance, la course est alors relancée. D’autant plus que notre relayeur suivant gratte plus d’une minute trente supplémentaire. Au départ du cinquième relayeur nous nous retrouvons donc en tête de cette petite compétition engagée entre voisins.

Malheureusement notre cinquième coureur subit une grosse défaillance physique. Son genou douloureux l’a forcé à ralentir. Il perd plus de trois minutes sur son homologue. Le retard ne sera pas comblé par le dernier coureur qui fini exactement dans le même temps que son concurrent.

Nous terminons donc a environ 1’40 de la première équipe du lotissement. Au classement général, nous sommes d’ailleurs juste l’un derrière l’autre en 42 et 43ième position.

Voilà une épreuve sympathique qui permet ainsi, dans une ambiance conviviale de regrouper une partie du voisinage. L’année prochaine nous ferons une équipe de plus. Du moins je l’espère.

Les résultats : http://www.ekidendechasseneuil.fr/resultats%20ekiden

2007-11-09 15:39:27 : la team marathon - 5 photos - 10 réactions

Après un titre 100% anglophone pour un marathon outre manche, retour progressif au français pour un nouveau marathon. Cette fois ci plus question de prendre l’avion, ni tout autre moyen de transport motorisé. Ce marathon a lieu a Chasseneuil du poitou et le départ est situé a approximativement un kilomètre de chez moi.

Pas question donc de ne pas participer. La sagesse voudrait pourtant que je m’abstienne. Je ne suis pas encore totalement remis de mes problèmes musculaires et ma forme est au plus bas.

Il faut dire que ce marathon de Dublin reste dans ma mémoire comme le plus éprouvant que je n’ai jamais vécu. Pour compenser mes ennuis musculaires, j’ai du puiser dans des réserves jusqu’alors inexplorées.

Ma récupération fut des plus douteuses. Si je n’ai pas repris les routes durant la semaine qui suivi la compétition, mon alimentation fut, pour cause de jumelage, inhabituelle et surtout beaucoup trop riche. C’est avec trois kilos de plus que j’ai repris l’avion.

Pour positiver, je dirais que j’ai largement peaufiné mon entraînement pour le marathon du médoc.

Bon, ce marathon va se faire en équipe, puisqu’il s’agit d’un ekiden. Nous présentons trois équipes, toutes issues de notre lotissement. Elles sont composées pour moitiés de néophytes de la course a pieds. Ils ne m’en voudront pas de réaliser une piètre performance.

Il n’empêche que j’angoisse un peu à l’approche de cette compétition. Mon état s’améliore et j’ai peur de me blesser plus durablement pour aller chercher un chrono qui de toute façon sera à mes yeux modeste.

Qu’elle distance vais-je courir. On n’avait au choix 5 ou 10 en passant pas les 7,195 du dernier relayeur. Sur de moi au moment de composer les équipes, j’avais opté pour un 10. C’était avant de connaître mon actuelle condition physique. Si c’est possible, je changerai avec un relayeur du 5.

Cette semaine, j’ai repris l’entraînement. Enfin entraînement est un bien grand mot, disons que j’ai trottiné trois fois. La première mardi, n’ayant plus de douleur a la marche, je voulais voir, a la veille d’un rendez vous chez le kiné, ce que cela donnait en courant.

Ce fut une catastrophe, des douleurs partout, un rythme de course de 20 secondes supérieur à mon endurance habituelle pour des pulsations plutôt moyenne. Rien d’alarmant au retour d’un marathon.

Hier, re-jogging avec JF comme tous les jeudis. Ce fut pire. Enfin pas tout a fait, le chrono et le cardio étaient a peu près au même point que mardi, mais une nouvelle douleur est venue s’ajouter aux autres. En bas du mollet gauche, comme un tiraillement. Cette douleur est restée tout l’après midi puis s’est estompée dans la matinée.

Aujourd’hui, rebelote question vitesse mais les douleurs se font moins présentes. J’accuse tout de même le coup, comme je note toujours mes sensations d’après course, je peux constater que cela m’arrive souvent d’être ainsi en méforme après un marathon. D’ailleurs cela n’a rien d’anormal.

Coté vitesse, je n’aie rien voulu tenter, Dimanche ce sera un peu la surprise. Je pense réaliser un long échauffement, histoire de ne pas partir avec des muscles froids. L’année dernière, en guise d’échauffement, j’avais suivi notre première relayeuse, cela m’avais aussi permis de repérer le parcours.

Tous les billets

www.courseapied.net - info@courseapied.net