La course à pied Les blogs courseapied.net : GGBI

Le blog de GGBI

Flux rss du blog, des réactions

Les derniers billets

Mes catégories

Mes liens


Le forum courseapied.net

Le chat courseapied.net

Les blogs courseapied.net

2007-12-07 16:23:49 : Le mur du fractionné

J’avais déjà rencontré le mur sur deux de mes marathons. Quand l’allure chute inexorablement de kilomètres en kilomètres. J’en connaît la cause, a chaque fois, une accélération a mi parcours sous l’euphorie du semi.

Aujourd’hui je viens de rencontrer le mur sur une série de fractionnés. Il m’était déjà arrivé de finir certaines séances difficilement parce que j’étais parti trop rapidement, dans ces cas là, l’allure baisse sensiblement de série en série.

Cette fois ci je suis parti correctement par rapport a mes temps d’avant marathon. Une série de huit fois 400M autour de 1’21. Mes cinq premiers se font tous dans les temps à quelques dixièmes près.

Avant d’attaquer le 6ième, je bois une gorgée de ma boisson habituelle. Quelqu’un y avait il glissé une potion maléfique, ou encore un morceau de pomme venu de je ne sais quel dessin animé ?

A l’entraînement, je ne bois jamais l’eau pure, mais je la dilue avec un produit sucré acheté dans le commerce.

Arrivé au milieu de ce 6ième 400M, alors que je suis bien, d’un seul coup mes jambes se tétanisent. J’ai du mal à avancer. Je fini alors en 1’22. Je n’aie perdu même pas une seconde sur la seconde moitié, mais les mauvaises sensations sont là.

Comme je n’aime pas rester ainsi sur ma fin, alors que j’aurais du m’arrêter là, je me relance pour mes deux ultimes séries que je boucle péniblement en 1’24 et 1’25. Sur le dernier, d’ailleurs, je ne force même pas. Acceptant cette terrible défaillance.

Alors qu’en préparation marathon, j’en avais aligné 10 a vitesse constante, voila que je ne suis pas capable de tenir une série de 8.

Pourtant quelques signes positifs se dessinent, hier j’ai couru près d’une heure vingt en endurance a près de 11,5 Km heures de moyenne. La première moitié avec JF qui revient doucement de son marathon de la Rochelle et la suite seul autour de Chasseneuil.

Sur cet aspect, je retrouve mes sensation et d’ailleurs, lors de mon échauffement de 30 minutes avant ma série de 400M, là encore je tournais a la même allure pour un cardio autour de 140 (72% de FCM).

Les réactions

Par Sugarman, le 2007-12-07 16:28:19
moi non plus j'aime pas rester sur ma faim, c'est quoi ton produit??

Par mielou, le 2007-12-07 17:16:34
bonsoir GGBI
je ne pense pas que la boisson soit le facteur déclenchant
fais tu des coupures conséquentes dans ta saison ?
style une semaine sans courir ?

Par GGBI, le 2007-12-07 17:21:41
@Sugarman, c'est hydrixyr de overstim. Pas mauvais, il y a plusieurs parfums.

@mielou, c'est vrai que je devrais couper un peu plus souvent.
Après chacun de mes marathons, je stoppe une semaine et c'est tout.
Cette année, avec deux marathons et un 40 Km, j'ai stoppé trois semaines et encore après Lille, j'avais repris au bout de 5 jours.

C'est sur qu'en ce moment, je peine a revenir a mon niveau.
Mais aujourd'hui en plus la baisse fut très brutale.

Par mielou, le 2007-12-07 17:29:55
essaye une coupure sur 4 jours pleins
et retarde un peu tes séances fractionnés
ou alors fais les en intervalle training dans la verte.
si tu veux faire un peu de rythme, quelques cross te feront le plus grand bien
si tu peux varier ton entrainement, n'hésite pas
figé dans un entrainement, il m'arrivait de douter quand je n'arrivais plus à passer dans la seconde près...
les 200m, c'est pas mal aussi
une vingtaine avec cette sensation de vitesse, ça change et c'est bon aussi
amicalement

Par GGBI, le 2007-12-07 17:37:15
20*200M, c'est beaucoup.

Tu les coure a la même allure que les 400 alors ?

C'est vrai que je devrais aussi changer un peu de séances. Aujourd'hui j'avais prévu de faire une séance de cotes, mais pour des raison de parcours (je devais aller poster quelques lettres et passer a la banque) j'ai changé au dernier moment.

La semaine prochaine je me fait la séance de cotes.

Arréter 4 jours j'y pense, mais je n'aie pas vraiment prévu cela dans l'immédiat. Plutot après la course des pères noel (le 22).

Merci pour ta contribution mielou.

Par JC, le 2007-12-07 18:04:28
Tu peux essayer les pyramides en fractionné du type 400m-300m-200m-100m à répéter plusieurs fois,cela passe mieux à cause des distances qui vont en décroissant.
Amicalement

Par FILZY, le 2007-12-07 19:14:31
Je te suis depuis un moment et je pense que malheureusement tu ne te repose pas assez ... il est recommandé de faire une coupure de trois semaines après les marathons ... attention le surentrainement te guette
bon courage

Par astero, le 2007-12-07 19:17:45
Ce n'est evidemment pas le meme mur que lors de tes marathons. Fatigabilité musculaire, psychique, mauvais jour, melange de tout cela le plus probable
Break un peu et varie plus ton entrainement par la suite , fais du multisport en attendant (velo etc..)
Je le sens plus comme ca ton probleme
amicalement
astero

Par Fred, le 2007-12-07 20:13:14
Salut GGBI, quatre jours une coupure ? Une égratignure, à peine. Je pense qu'il n'y a aucun inconvénient à effectuer de véritables interruptions. Comme le dit Astero ce n'est évidemment pas comparable au mur du marathon.
Bonnes vacances alors !
Fred

Par GGBI, le 2007-12-08 18:54:46
Merci pour vos conseils qui vont tous un peu dans le même sens.
Changer d'entrainement, et réduire.
C'est vrai que de tout 2007, je n'aie pas vraiment fais de break.

Fin 2006, j'avais fortement ralenti en décembre suite au marathon de La Rochelle.

Je pense aussi que cette semaine j'ai trop chargé, avec un 7*1000, une endurances d'1h20, une autre avec de l'allure marathon et pour finir un 8*400.

Même en préparation marathon, je n'aligne pas deux séance de fractionnés aussi intenses en une semaine.

Et en prépa. 10 K, c'est plutot 5*1000 et 10*200, ou 3*1500 et 10*400M.

Cette semaine j'ai improvisé et avec le recul, je me rend compte qu'elle étais trop chargée.

Les deux semaines a venir, je vais alléger, puis après la course des pères noel, je ferais une pause.

Par Fred, le 2007-12-08 19:42:49
Peut-être as tu un entraînement trop codifié et trop monotone, d'où lassitude. Essaye de courir sans cardio pour voir.
Fred

Par james, le 2007-12-09 07:26:30
Complétement d'accord avec Fred : je pense que tu es bcp trop accroc à la CAP et n'oublies pas que ton corps n'en voulait déjà plus avant Dublin . tu vas finir par te blesser sérieusement .Dans la saison quand on ressent une grosse lassitude , mieux vaut s'arreter franchement (15 jours) pour reprendre avec l'envie dans un corps retapé !

Votre pseudo :

Votre commentaire


Combien fait un plus trois ? (en toute lettre)

Les 5 billets précédents

2007-12-04 16:59:30 : lassé - 2 photos - 11 réactions

Non, je ne vais pas vous faire la déprime post marathon ou, tel un mielou, post forum. Je ne me lasse pas de mes interventions bi hebdomadaires sur mon blog. C’est juste une allusion à ma nouvelle acquisition en terme d’équipement sportif.

Le fameux lacet révolutionnaire, celui que tous les djeuns vont adorer. Plus besoin de connaître le secret de la boucle de chaussure qui permet de maintenir correctement le pied dans sa pantoufle.

Encore moins besoin de ce double nœud que je m’impose sur certaines des mes paires afin de ne pas voire en pleine course ou bien au beau milieu d’un fractionné ce bout de ficelle pendant, prêt a vous faire trébucher au moindre faux pas.

Ce lacet que beaucoup de coureurs connaissent déjà est élastique. Grâce a un système astucieux de petites billes, il permet d’épouser parfaitement la forme des pieds et donc de les maintenir sans soucis.

Le réglage est assez fastidieux, mais une fois prêt, on est assuré de ne plus subir le sort réservé a ceux qui serrent trop fort. La boucle elle ne se dèfera pas, puisqu’il n’y en a plus.

Je connaissait cet accessoire, mais, septique, n’avais jamais osé en acquérir un jeux. C’est en fait en recevant le colis contenant les deux cents portes dossards destinés aux futurs participants de notre épreuve des trois heures de Chasseneuil, que j’ai eu la chance de constater qu’il contenait aussi une paire de ces lacets innovateurs que le fournisseur commercialise en même temps que ses portes dossards.

Bien sur, toujours sensible a tout ce qui pourrait améliorer mon confort, je me suis empressé de les installer sur une de mes paires de mizuno. Comme j’en possède trois, le choix a été assez difficile.

Dans un premiers temps, je me suis tourné vers la plus ancienne, celle qui me sert pour les sorties de récupération de moins d’une heure. Je ne voulais pas non plus prendre le risque de voire une sortie longue, ou un fractionné, avorter pour cause de rupture de lacet, mauvais réglage, ou je ne sais quel autre désagrément.

Hasard de la vie, étant légèrement enrhumé ces derniers temps, j’avais réduit mon entraînement a de l’endurance. C’est donc cette paire qui est le plus sortie du placard.

Après quatre sorties et quelques petites mises au point, je suis vraiment satisfait. On enfile sa chaussure avec une telle facilité. Là où il me fallait défaire le laçage, pour ensuite resserrer une fois le pied inséré, en une fraction de seconde, je suis désormais chaussé et prêt à faire fondre le bitume.

Hier enfin légèrement remis, j’ai repris l’entraînement vers des allures plus toniques avec une petite sortie d’une heure incluant dix minutes d’allure marathon. Au cardio, a 172 puls en moyenne (soit 87% de FCM), j’ai tourné en 4’07 sur une portion d’abord descendante puis assez plate. Je n’aie pas encore la vitesse d’avant Dublin, mais la forme reviens doucement.

Du coup aujourd’hui retour sur la piste pour une séance de sept fois mille mètres allure 10 Km. La semaine dernière j’étais resté sur une série de six en 3’43 de moyenne. Cette fois ci, j’ai tenu a peu près la même allure. J’ai toujours deux secondes de trop par rapport a octobre, mais j’ai tenu la série très régulièrement. Mon meilleur 1000 s’est couru en 3’43 et le moins rapide en 3’44.

Maintenant que ce foutu rhume est parti, reste plus qu’à retrouver ma vitesse. Sans grand objectif d’ici l’année prochaine, ce n’es pas non plus toujours facile de trouver la motivation pour se dépasser.

Un petit lien vers le site des lacets : http://www.xtenex.fr/FR/index_FR.html

2007-11-29 10:21:36 : ça donne envie de se mettre au tennis - 1 photo - 21 réactions

Le parc des expositions de Poitiers a accueilli hier le chanteur yannick Noah. Je faisais parti du public venu nombreux pour partager les rythmes variés de son répertoire.

Cela faisait longtemps que notre ville n’avait pas accueilli de chanteur d’une telle renommée. Nous avions bien eu Bruel, Pagny, Souchon, Voulzy, Bigard et surtout Renaud a plusieurs reprises, mais ces derniers temps tous ces artistes nous avaient délaissé. Pas de Bruel pour la tournée de son derniers album, pas plus de Pagny ni de Renaud.

Cette fois ci, c’était donc au tour de Yannick Noah de nous faire découvrir un autre voyage, titre de sa tournée.

Quel punch il a, on vibre sur donne moi une vie, on s’évade sur si tu savais mon frère, bien sur on saute en l’air sur saga africa et enfin pour clore le spectacle, on commencerais presque a creuser sur aux arbres citoyens. Près de deux heures de spectacle envoûtant.

Cet artiste a beaucoup d’atouts, il chante bien, a le rythme dans la peau, il est presque beau. Du moins c’est ce qu’en disent certaines ados myopes et boutonneuses. Bref, il a tout pour lui.

Tout ? Presque, il me reste une chose, je coure le marathon plus vite que lui. Mais ne le lui dites pas, avec un peu d’entraînement, que serait il capable de me dépasser.

Coté course a pieds, justement il y a un peu de mieux. Lundi, je suis reparti pour une séance d’endurance un peu plus longue que la veille. Une heure et quart Vers saint georges et Jaunay clan. Pas loin de 14 Km et des sensations nettement meilleures que la semaine passée.

Mardi, retour sur la piste pour six fois 1000 M allure 10 Km. La semaine dernière, j’avais fini péniblement une série de cinq, cette fois ci, je retrouve presque mon niveau d’avant marathon et fini même ma série plus rapidement que je ne l’avais commencée.

Mais décidément, ce mois de novembre restera tristounet, depuis hier je suis enrhumé. Aujourd’hui, je pense quand même faire une petite séance d’endurance et j’espère que tout rentrera dans l’ordre rapidement.

2007-11-27 15:00:41 : marathon de la Rochelle 2007 - 5 photos - 10 réactions

Il y a un an, j’ouvrais mon blog au début de ma préparation pour le marathon de la Rochelle. Je vous faisait alors pars régulièrement de mes entraînements et de l’évolution de mes sentiments quand a atteindre l’objectif de l’époque de 3h10.

L’issue de cette préparation fut plus qu’heureuse, puisque je finissais en moins de 3h6 (http://ggbi.courseapied.net/billet.php?idbillet=2750 ), prêt à franchir un nouveau cap en 2007.

Cette année, si j’ai plutôt évité de parler de préparation, c’est que cela ne concernait pas la course a pieds. Un mois après Dublin, il n’était pas question de rempiler pour un nouveau marathon.

C’est donc en spectateur que j’ai participé a l’édition 2007 de la Rochelle. J’y suis allé pour accompagner deux amis.

Partis très tôt dans la nuit, il fait encore bien sombre à notre arrivée à La Rochelle. Le temps est couvert et la pluie se fait plus que menaçante. Sur les conseils de mon voisin, nous trouvons facilement à nous garer en face de la gare TGV a moins de 200 M de chacun des départs.

Comme il y a un V1 et un V2 dans la voiture, cela arrange un peu tout le monde. Quand a moi, j’ai prévu la tenue de course dans le coffre. J’ai l’intention d’accompagner un des coureurs sur une partie de la seconde boucle.

En attendant le départ, je m’arrête au café du Bassin pensant voire quelques figures du forum. Apparemment, le rendez vous avais changé. De toutes façon, à quelques minutes du départ, tous les coureurs sont sans doutes rentrés dans leurs sas.

La pluie commence à tomber assez fort. J’attends donc devant le bar, protégé par le store. Je suis placé au croisement du 15ième Km et du semi. D’ici je vois le départ féminin et V2,3,4 hommes. Ce sont d’ailleurs des hommes qui arrivent en tête de la cohorte de coureurs.

Il faudra bien 10 minutes pour voire défiler tous les coureurs, alors qu’il n’y en a pas la moitié sur ce départ. Les autres, les hommes de moins de 50 ans sont partis de l’autre coté du port.

Après environ trois quarts d’heure d’attente, arrive la tête de la course au 15ième. Auparavant, nous avons pu voire passer les leaders de la catégorie handisport. D’autres mettrons près de deux heures à arriver, noyés dans la foule.

Je n’avais jamais assisté à une telle course. L’allure de ces coureurs est impressionnante. Ce qui l’est encore plus, c’est le flot ininterrompu qui commence a s’abattre quai vallin, tandis que les leader passent de l’autre coté de la route et en terminent avec le semi.

Il y a tellement de monde, que je n’arrive pas a trouver les quelques connaissances que j’aurais voulu filmer. Finalement, ce sont eux qui me voient.

Pour la suite de la course, je me suis déplacé vers l’aquarium où Fred. et martine m’ont fait un petit coucou. Ils en finissaient avec la première moitié de course.
Je passe quelques instant du coté du 41ième Km a regarder les coureurs de 4 heures a 4 heures 30 en finir avec leur semi et a attendre l’arrivée des premiers. Curieuse image que celle d’une course séparée en deux par les motos accompagnatrices. D’un coté le futur vainqueur seul de l’autre le flot de coureurs en 4h30 qui n’ont toujours pas bouclé leur première moitié.

A quelques secondes un autre Kenyan suivi de Loic Letellier. Le français le devancera au sprint pour pulvériser son record de près de cinq minutes. Cela sera insuffisant pour gagner le marathon, mais il remporte sa catégorie, le premier étant vétéran.

Après avoir assisté au passage des champions et notamment d’un coureur de poitiers qui fini 14ième, je me positionne de l’autre coté du parking de l’aquarium, où l’on peut y voire les coureurs arrivants alors au 35ième.

Il est plutôt bien fait ce parcours, en forme de huit et en deux boucles, on peut y voire passer jusqu'à 5 fois une même personne. A condition bien sur de pouvoir la distinguer dans le flot incessant des marathoniens.

Incapable de trouver signe de mes amis, je renonce déjà a me mettre en tenue pour en accompagner un. De toute la course, je n’arriverai à voir JF, un des deux coureurs que j’ai véhiculé, qu’une seule fois a un kilomètre de l’arrivée. Le second tour lui a été fatal. Lui qui visait moins de quatre heures termine en 4h06.

Pas trop grave, je pense, avec sa trentaine de marathons terminés, il a eu de nombreuses fois la joie de finir sous cette barrière. Dans ses premiers, il avait même titillé les trois heures.

Pas revu non plus Fred. et Martine, je suis bien content pour eux d’apprendre que l’objectif est atteint. J’ai furtivement vu raztaboule, ou plutôt c’est lui qui m’a reconnu et balbutié quelques mots que je n’aie pas compris. Nous aurons plus le temps de nous parler en Mars pour les trois heures.

J’ai eu plus de chance avec Franck, mon voisin que j’ai réussi a filmer a trois reprises et qui fini enfin sous les 10 Km/heures en 4h11 après trois tentatives infructueuses.

Le soir, de retour a Chasseneuil, c’est a mon tour d’enfiler la combinaison de course a pieds. Trois petits quarts d’heures, les têtes pleines d’images d’une des courses les plus populaires de France.

2007-11-23 16:13:04 : on peu pas la refaire ? - 2 photos - 5 réactions

La course a pieds, apporte son flot de joies, mais aussi parfois de déceptions. De joies surtout, heureusement, lors de mes premiers footings, sans chronos, mais avec l’envie de voir disparaître ce ventre bedonnant, ce souffle difficile.

Il m’aura fallut deux ans de pratique pour voire disparaître totalement un asthme lié certainement à l’abus de cigarettes. Autant pour enlever vingt kilos superflus grignotés au fils des ans.

Après cette période initiatique, je décidais de me lancer sur marathon. Cette distance, ma préférée, reste actuellement la plus mythique. D’ailleurs c’est la frontière entre la course de fond et l’ultra. Un premier marathon en forme de réussite. Avec un objectif de 3h30, mais surtout d’accrocher la médaille souvenir de 42 longs kilomètres, j’avais fini en 3h32 en incluant un arrêt maquillage à un kilomètre de l’arrivée.

Depuis, coureur assidu, j’ai continué a progresser. Profitant des distances plus courtes pour peaufiner ma vitesse. On ne peut pas se permettre de courir trop de marathons, alors je me suis aligné sur des 10 ou 20 Km selon ce que le calendrier local me proposait.

Améliorant régulièrement mes chronomètres, j’ai réussi à atteindre un nouveau palier en franchissant les trois heures en mai derniers à Lille avec un temps de 2h57’44. Ce palier semble être le dernier au niveau horaire, je ne crois pas que je pourrais descendre sous les deux heures un jour.

Du coup, pour Dublin, j’avais un objectif un peu moins spectaculaire, descendre sous les 2h55. D’autant plus que ce marathon Irlandais, ne comptant que 26 unités de distance, contre les 42 officiels en France, semblait plus rapide.

S’étais mal connaître le court actuel du miles qui ramenait finalement la distance a celle étalonnée dans les autres pays. Foutus miles, je pense que j’en ait minimisé la portée et a 6 miles de l’arrivée, il me restait encore plus de 10 Km. Et j’étais cuit. Ah, ce mur du trentième qui fait sérieusement regretter l’accélération au passage du semi.

Pourtant à ce moment de la course j’étais bien. J’avais franchi le semi en 1h28’40. Loin de mon objectif initial, mais a y repenser plutôt bien pour approcher mon record de Lille. Si on pouvais revenir a cet instant, je changerai sûrement de tactique.

Du coup, même si je fini dans un temps honorable, je reste un peu déçus de ne pas avoir a nouveau franchi cette barrière des 3 heures.

Cette relative désillusion doit probablement contribuer a limiter encore plus ma reprise. Arrivé blessé, j’ai du stopper 8 jours tout entraînement. Habituellement, je reprend plus vite, trop vite, mais sur l’euphorie d’une course réussie.

Cette fois ci, j’ai bien attendu et repris doucement pour ne pas réveiller les contractures encore à l’affût. Je voyais bien mes performances limitées et d’ailleurs le 5 Km de l’ékiden me ramène deux ans en arrière. A cette époque, peu après le marathon de Paris, je réalisais 19’06 sur un 5 Km plutôt plat. Cette année avec 19’15 je suis même légèrement en deças.

Trois semaines après Dublin, je pense qu’il est maintenant temps de regarder vers d’autres objectifs. Mon prochain gros devrait être les trois heures de Chasseneuil en Mars, où je compte bien cette fois ci dépasser la distance reine.

Mais d’ici là il y a deux petites courses que j’affectionne. D’abord celle des pères noèl, adepte des manifestation sportives plutôt festives, je devrais y participer pour la quatrième fois. Et chaque années le peloton s’élargie. L’année dernière nous étions plus de 600, ce qui est énorme pour notre département. Ensuite en Janvier, il y a la corrida de Jaunay clan, ville limitrophe, qui marque la période des galettes. D’ailleurs à la fin de la course nous en partageons une géante.

C’est donc tout logiquement que cette semaine, j’ai voulu relancer la machine. Ce n’est toujours pas la grande forme et après un cinq fois 1000M laborieux Mardi, j’ai enchaîné hier avec un 6*500M en 1’44. Si j’ai bien tenu les chronos sur les 4 premiers, les deux derniers ont étés plus difficiles. Des erreurs de manipulations ne m’ont pas permis de contrôler mes temps et ce n’est pas plus mal.

De toutes façons, je vois bien sur l’ensemble de la séance que je suis loin du niveau d’avant Dublin. A cette vitesse, je pouvais enchaîner 6 fois 600M sans faiblir.

Il en fut de même pour aujourd’hui, où j’avais prévu deux fois 2,5 Km a allure marathon. Si ce fut légèrement mieux que la semaine dernière, j’ai tout de même bénéficié d’un relief plutôt favorable. D’ailleurs là encore, sur la globalité de la séance, je suis loin de mes allures actuelles.

Dans mes souvenirs, seul le marathon de Paris m’avait laissé près d’un mois et demi dans une méforme latente. Bizarrement, pour les six autres marathons je n’aie pas eu ce souci.

C’est une période assez difficile, et j’attends avec impatiente un retour de la forme.

2007-11-20 12:46:43 : exorcisme - 0 photo - 4 réactions

Ça y’est, je l’ai fait, avec un peu d’appréhensions, je suis retourné sur la piste pièce des cards. Celle là même qui m’avait vu repartir boitillant lors de mon ultime séance de VMA mi octobre.

Trois semaines après le marathon, cela me démangeait les jambes. Depuis la semaine dernière, je ne ressens plus de douleurs. J’ai toujours une allure d’escargot, mais je voulais revoir un peu mes capacités du moment.

Mis a pars le fait que tout c’est bien déroulé, coté muscles. J’ai trop vite craqué coté vitesse. Au programme un cinq fois mille allure 10 Km et plus si affinités. Il y a un peu plus d’un mois, sur cette même piste, j’en avais enchaîné huit en 3’41 de moyenne.

Cette fois ci, le premier se fait en 3’42. Je résiste sur les deux suivants, mais je m’écroule sur les derniers que je ne fais qu’en 3’47.

Difficile de bien récupérer tout en restant actif. Habituellement je récupère plus vite de mes marathons, mais celui-ci, j’ai vraiment du trop donner. D’ailleurs, dans l’après midi mes cuisses douloureuses me rappelaient qu’il y a à peine 21 jours je leurs imposais plus de 42 Km d’effort.

Aujourd’hui une heure d’endurance. Toujours une allure d’escargot et des pulsassions légèrement plus élevées qu’a l’accoutumée.

Je commence doucement un petit programme d’entraînement en vue de la corrida de Noël qui aura lieu comme chaque année a Saint Benoit le 22 décembre.

http://ggbi.courseapied.net/billet.php?idbillet=2830

Un 7,5 Km assez sélectif avec une très longue montée plutôt raide. L’année dernière, dans l’euphorie de mon marathon de la Rochelle, je l’avais tournée pour la première fois en moins de 30 minutes.

J’aimerai bien rééditer ce temps, voire mieux cette année.

Tous les billets

www.courseapied.net - info@courseapied.net