La course à pied Les blogs courseapied.net : GGBI

Le blog de GGBI

Flux rss du blog, des réactions

Les derniers billets

Mes catégories

Mes liens


Le forum courseapied.net

Le chat courseapied.net

Les blogs courseapied.net

2008-03-17 12:41:22 : les trois heures de Chasseneuil

Comme je l’indiquait la semaine dernière, je n’aie pu me résigner a regarder les autre courir et comme la douleur s’estompe, en fin de semaine dernière, ma décision étais prise.

C’est donc avec un plâtre, mais une motivation intacte que je m’alignais samedi après midi sur ma piste d’entraînement.

Le matin, je m’étais déjà rendu sur les lieux pour aider à installer. Ça commençait mal, le nouveau parcours que nous avions mis en place pour le dixième anniversaire de l’épreuve a été légèrement modifié, car selon le mesureur, il manquait 20 mètres.

Pour l’avoir parcouru de nombreuses fois a l’entraînement, mon GPS m’avais toujours indiqué 1,99 Km. Ce n’est donc pas 20, mais 10 qu’il manquait. Du coup, pour récupérer la distance ils ont rajouté deux virages en S sur une partie de chemin assez large qui sert habituellement de terrain de pétanque.

Voila une difficulté qui en plus du demi tour que nous n’avions pas pu éviter va obliger a réaliser une deuxième relance sur un parcours de 2Km.

Cela ne m’annonce rien de bon. Déjà, ma préparation a été plutôt chaotique, avec d’abord trois semaine intenses et assez positives, j’ai arrêté brutalement l’entraînement suite a une fracture du scaphoïde sur les pistes de ski.

Une semaine complète d’arrêt, puis reprise progressive au moment où, dans mon plan je devais réaliser les entraînements les plus intenses. Mais la douleur au poignet m’aura empêché de les réaliser.

Puis à deux semaines du départ, la douleur s’estompe et la forme reviens petit a petit. Une semaine avant le départ, je retrouve de bonnes sensations.

Cette boucle supplémentaire dans le parcours, mais surtout les prévisions météo m’inquiètent tout de même. Si le matin seul un léger vent viens souffler sur la pièce des cards, météo France annonce des orages et surtout un vent violent pour l’après midi.

Et ils ne s’étaient pas trompés, dès le départ, le vent perturbe la course et si je pars dans l’allure que je m’étais fixé d’environ 4’10/4’15 au kilomètre, le cardio grimpe vite. Dés lors, je sais que je ne serais pas sur les bases de mon record sur le marathon de lille-lens qui était de 2h57.

Je garde quand même l’espoir de passer la distance mythique avant le coup de feu final, mais je sais que ce sera dur. Seul petite satisfaction, je suis troisième et je vais essayer de garder cette place.

Pour essayer de garder l’espoir, je reste sur les bases de 2h57 même si je sais que je suis trop haut et que je risque de piocher sur la fin. Je me fixe comme objectif de tenir les deux premières heures à ce rythme quitte a lâcher un peu sur la dernière heure.

En plus du vent très violent, la pluie fait très vite son apparition et même de plus en plus fort. Au bout de 59’ je franchi les 14 kilomètres, exactement dans les temps prévus. C’est à ce moment qu’un coureur individuel me dépasse. Il est même beaucoup plus rapide que moi, mais tout de même pas si vite pour me mettre déjà un tour. Je viens de perdre la troisième place synonyme de podium.

Le moral en prend un coup et la pluie redouble dans cette seconde heure. Ce sont des trombes d’eau qui s’abattent sur les coureurs. Pour la partie du circuit située sur le nouveau chemin, cela ne pose pas trop de problèmes, le sol absorbe l’eau, mais sur la partie goudronnée, ce sont des gigantesques flaques d’eau qui s’imposent aux coureurs et il devient impossible de les éviter. Les pieds sont alors trempés.

Mais le pire, c’est dans le fameux double virage rajouté le matin même pour compléter le circuit. Ces virages sérés et la nature du sol ont transformé cette portion en gadoue et a chaque passage je manque de trébucher, m’obligeant a sérieusement ralentir pour éviter la chute.

Dans cette seconde heure, je souffre, mais conforme a mon objectif, je maintient l’allure et franchi le semi en 1h28’45, exactement comme a Dublin. Là bas, j’avais fait l’erreur d’accélérer, cette fois ci je suis plus sage et me contente de conserver ma vitesse.

De toutes façons, je commence déjà à ressentir de la fatigue. J’ai les poings crispé et je sais que c’est plutôt mauvais, alors quand j’y pense j’essaye de me relâcher. Mais c’est difficile, car si je ne maintiens pas le plâtre, il a tendance a bouger et cela me gène.

Je passe les 28 Km en 1h58 soit toujours à la même allure. Mais dans le tour qui suit, je faiblis. Et c’est là qu’un événement va venir relancer ma course. Le coureur qui m’avait doublé au bout d’une heure n’est plus très loin. Il doit souffrir.

Je fais un peu le forcing pour le rattraper. Nous discutons un peu. Je lui dis que je cherche à atteindre le marathon. Il me confirme que c’était son objectif aussi, mais qu’il n’y croit plus.

Nous sommes toujours dans les temps, mais moi aussi je suis septique, mais je commence par contre à croire au podium.

Ce quinzième tour que nous bouclons ensemble se termine en 8’45, soit 20 secondes de plus que les autres. C’est le début du mur. La dernière heure va être terrible, mais je veux m’accrocher.

Le seizième tour se boucle en un peu plus de 9’ et nous sommes toujours ensemble. Désormais, je finirais sur cette allure. Un rapide calcul me permet de constater que je ne parviendrais pas à atteindre les 42 Km. Et l’autre coureur accélère. Je préfère le laisser partir.

C’étais pour lui une tentative vaine, moins d’un kilomètre plus loin, je le reprend et dans le tour qui suit, il n’arrive pas a rester avec moi.

Dans la dernière demi heure, je vais prendre 550 mètres d’avance pour finir à 41,74 Km a 400 mètres du second qui a du aussi souffrir et qui fini a 50 mètre de la distance mythique.

Même le vainqueur, qui avec 46 km a survolé l’épreuve est loin de ses 47 Km espérés.

Cette fois ci encore, je n’avais pas le marathon en moins de trois heures. Je suis loin du niveau que j’avais l’année dernière a lille, mais beaucoup de circonstances y on concouru. Avec un plâtre et une météo vraiment difficile, rien de m’y a aidé.

Prochain objectif, le marathon du mont saint Michel le 24 mai. J’espère cette fois ci retrouver les conditions idéales pour a nouveau titiller les moins de trois heures.

Les réactions

Par JFj, le 2008-03-17 13:17:09
je te dis encore une fois bravo.presque 42 km avec un platre,du vent et de la pluie......A jeudi

Par GGBI, le 2008-03-17 13:42:21
Merci JF,

ok a jeudi.

pour ceux qui souhaitent voir les classements : http://www.chasseneuil-loisirs.fr/3heures/index.html

Par fan club de GG, le 2008-03-17 14:15:00
bravo GG, t'es le meilleur-on t'aime. ps:la cotisation au club est de 5 euros par an.

Par 1er membre du fan club, le 2008-03-17 14:33:00
@fan club
ok envoie moi un formulaire steuplé !

GG c'est l'inspecteur labavure, tu lui mets des pièges à loup il continue d'avancer, tu lui fous une bastos dans le genou il rampe, tu lui balances une photo de Marcel Amont il s'arrache un oeil à la force de la langue (on dit qu'il chasse un'oeil==> chasseneuil).

Faut pas le chercher GG c'est un peu notre Rambo du Poitou

Par etienne59, le 2008-03-17 15:29:18
Felicitations Gerard !!!!Tres belle course malgré les conditions !!!!

Par joke-man, le 2008-03-17 15:47:42
salut gégé, ça aurait pu etre pire il aurai pu pleuvoir. a+ on se voit dimanche à l'apéro

Par Jetto, le 2008-03-17 15:55:27
Je dirais même plus : Très belle course surtout vu les conditions.

Le billet bien que taper avec un bras dans le plâtre n'est pas mal non plus.

Bravo.

Par 1er membre du fan club, le 2008-03-17 16:14:25
jetto

Paraîtrait qu'il tape avec les dents de devant ?

Par raztab, le 2008-03-17 20:05:28
Des conditions difficiles pour une course ce we. Tu realises une bien belle perf je trouve.
J'essaierai d'y participer l'année prochaine à cette course, mais un samedi aprem c'etait un peu compliqué cette année.

Par mielou, le 2008-03-18 15:07:54
beau combat, gérard

Par GGBI, le 2008-03-18 15:21:53
pour la fan club, je n'ai toujours pas reçu les cotisations.

@Etienne, rendez vous fin mai en Bretagne. Ta prépa se passe bien ?

@jetto et mielou, merci.

@raztab, j'ai pensé a toi samedi, car effectivement tu m'avais dis que tu envisageais d'y participer.
tu sera le bienvenu en 2009.

Par rv86, le 2008-03-18 17:04:45
Bravo Gégé,tu es impressionnant!!! et merci pour tes encouragements lors de tes dépassements... mais c'était vraiment dur sous la pluie, j'espère qu'au Mt Saint Michel on n'aura pas ça !!! j'en profite pour saluer Etienne
...

Par etienne59, le 2008-03-20 15:17:56
salut GG et RV !! pas de course à pieds cette semaine , tres gros problemes de tendons aux epaules , j'espere que ca va s'arranger d'ici quelques jours (doc demain ) bonne continuation

Par GGBI, le 2008-03-21 09:02:27
Salut etienne,

Alors qu'a dis le doc ?
ça va aller ?

Par SkippyLeKangourou, le 2008-03-22 01:12:11
Bravo Gérard, sacré courage quand même! Ca donnait des frissons de vous voir dans ces conditions. Et bravo pour l'organisation, excellente idée le plateau repas.

Votre pseudo :

Votre commentaire


Combien fait un plus trois ? (en toute lettre)


Une coupe de plus pour mon premier podium scratch.


Les 5 billets précédents

2008-03-11 09:53:02 : Bienvenu chez les schtroumfs - 4 photos - 8 réactions

Depuis que je suis allé voir le dernier film de Dany Boon il y a bientôt deux semaines, je ne cesse de repenser a certaines scènes qui m’ont rappelé l’accueil ch’ti, ainsi que son climat qui fut a l’image de l’idée que l’on peut s’en faire.

C’était en mai dernier, et à ce jour le marathon lille-lens reste le seul que j’ai réussi à parcourir en moins de trois heures. Même la météo qui pourtant était assez rude la veille avait été clémente jusqu'à la fin, laissant même entrevoir quelques éclaircies sur la dernière heure.

Pourquoi les schtroumfs, parce que lorsque je me réveille le matin et que je vois mon bras tout bleu, je ne peu m’enpécher d’avoir cette frayeur de me transformer en petit lutin bleu.

Ces derniers jours, c’est vraiment une météo nordiste que nous avons eu sur Chasseneuil, avec même des vents violents atteignant parfois les 120 Km/heures hier.

Cela n’a pas atténué mon envie de courir. Malgré quelques mauvaises sensations dans le bras, je me suis entêté et ait quand même chaussé les runnings en fin de semaine.

D’abord avec JF jeudi, du moins au début, car comme il se sentais en méforme, j’ai continué avec Franck un autre compère de Chasseneuil loisirs croisé sur notre nouvelle piste. Une heure et quart en endurance plutôt active à 145 puls de moyenne (73% de FCM).

Me sentant plutôt en forme, le lendemain je décidais de récidiver avec en tête l’idée de faire de l’allure marathon voire semi sur le circuit des trois heures. J’ai toujours une petite gène sur le poignet et je me dis que je doit me résoudre de ne pas courir les trois heures de Chasseneuil.

En même temps, en manque de compétitions j’envisage de participer au semi de Chatellerault qui aura lieu le lundi de paques. Je me dis qu’avec une semaine de repos en plus, la guérison devrait être bien entamé. Et puis courir un semi, c’est pour moi environ 1h25, loin des trois heures pour Chasseneuil.

Durant l’échauffement, je croise Vincent, un internaute récemment installé sur Chasseneuil et qui me connaissait via le blog. Après les présentations, nous décidons de poursuivre l’entraînement ensemble. Vincent a mon niveau, voir mieux, mais ces derniers temps il n’a pu courir et est donc sur le retour.

Cette séance d’allure marathon sera pour lui une série un peu plus costaude. Nous tournons sur le circuit de deux kilomètres à deux reprises en 8 minutes. Vincent qui avait commencé a courir avant moi, me laisse et je pousse un derniers tour toujours dans la même allure.

La forme est de retour, bien sur j’étais légèrement plus rapide que mon allure marathon, mais mes sensations étaient bonnes.

Dimanche, c’étais la sortie commune et l’arrivée du mauvais temps. Après des retrouvailles sur le parking de la piéce des cards, nous avons réalisé un tour du circuit des trois heures avant de partir dans la campagne affronter dans un premiers temps le vent de face avec la pluie battante. Bilan une heure et demi pour un peu plus de 15 kilomètres.

Hier, c’étais plutôt la tempête, mais comme je n’aime pas renoncer, a midi j’étais quand même dehors. Une heure sous la pluie, mais là encore de très bonnes sensations et surtout plus de douleurs.
Du coup, j’envisage a nouveau de me présenter sur la ligne de départ samedi. Si je pouvais être sur que courir ainsi n’aura pas trop d’incidence sur ma guérison.

2008-03-03 17:13:44 : un nouveau circuit - 7 photos - 12 réactions

Il y a maintenant deux semaines, les tractopelles de la voirie ont dessiné ce qui servira de nouveau circuit pour notre épreuve des trois heures.

L’ancien circuit étais un frein au développement de cette compétition, en effet réalisé sur un petit chemin en aller retour, il devenait difficile de doubler. Ors cette course regroupe des individuels a allure variant de 8 à 15 km/heures, mais aussi des équipes dont certains membres évoluaient a près de 20 km/heures.

Il s’en suivait alors parfois des bousculades préjudiciables à tout compétiteur recherchant une performance.

D’autre part, à trois endroits du parcours, il fallait faire demi tour, générant là encore une relance limitant le résultat.

Cette année, dixième anniversaire oblige, nous attendons plus de participants. Du coup, il nous fallait un nouveau circuit. Inauguré voilà maintenant une semaine, il fait le bonheur de nombreux joggeurs.

Pour ma part, je l’ai déjà foulé à plusieurs reprises. Jeudi d’abord pour une sortie toute en endurance avec Joel puis Hervé mon compagnon de voyage lors de mon dernier marathon a Dublin.

Vendredi ensuite pour une séance de seuil sur le nouveau parcours. La tendance se confirme, je ne suis vraiment pas en forme. Loin des 4’ au km, vitesse a laquelle je tournait pour ce genre de séance avant mon séjour au ski, j’ai tourné en 4’18. J’avais prévu 4 tours à cette allure, soit 8 Km, j’arrête au bout de 3, assez dépité.

Déjà avec un plâtre, je n’envisageais plus de participer aux trois heures de chasseneuil, maintenant mon manque de forme me conforte dans cette idée.

Dimanche, retour sur cette piste pour notre rendez vous dominical. Après s’être retrouvé, nous partons en campagne, puis au retour nous refaisons un tour de piste pour mesurer la grande boucle. Enfin je termine par quelques tours supplémentaires avec un des coureurs histoire de pousser ma sortie a 2h15.

Aujourd’hui, j’ai suivi les conseils de quelques intervenants, je n’ai pas focalisé mon attention sur le cardio dont j’avais caché l’écran sous la manche de mon coupe vent.
Ainsi je n’aie peu être pas toujours respecté les plages conseillées, mais au moins j’ai pris du plaisir à courir, ce que j’avais sûrement oublié ces derniers temps en quête de performance.

Au final, une sortie sans chrono ni cardio d’une heure neuf pour 12,9 Km a 145 puls de moyenne (73% de FCM), comme quoi je pourrait me passer de cet appareil pour mes sorties en endurance.

2008-02-26 15:05:27 : les jambes de bois - 0 photo - 18 réactions

Depuis mercredi, que je suis plâtré, j’ai un peu laissé tomber la course a pieds et même le sport en général. Il faut dire que en plus de la douleur occasionnée par la blessure, j’étais aussi très pris.

Invité de ci, de là, étant aussi partie prenante a l’organisation d’un bal communal, je n’aie pas eu trop de le temps de penser au sport. Par contre, je me suis lâché coté diététique. Il faut dire que les occasions ne manquaient pas.

Je me suis aussi lâché coté alcool. Je sais c’est pas la meilleures des solutions, mais cela m’a permis de dormir sans trop de difficultés. Car ce n’est pas facile de dormir avec un bras plâtré et avec une douleur lancinante.

Du coup, la balance m’affiche une prise de poids de plus de 2 Kg et ce n’est pas la résine qui en est responsable.

En ce début de semaine, j’ai donc décidé de reprendre les choses en main. D’abord je commence à m’habituer à réaliser tous les mouvements nécessaires pour manger, me laver et m’habiller. Ainsi je suis autonome.

Coté sport, je fais un peu de vélo d’appartements, mais la course a pieds me manquait et comme le médecin m’a permis de faire quelques sorties, hier j’ai ré enfilé les running. Celles qui ont des lacets élastiques.

Dès le départ, mon cardio s’affole, la fatigue liée à mes abus s’ajoutant sûrement aussi a celle générée par la fracture. Et puis au bout d’environ 40 ‘ de course, je commence a avoir mal au pouce. Du coup je rentre après a peine une heure au final.

Ayant un doute, j’ai fait quelques recherches Internet sur la fracture du scaphoïde. Je n’aurais pas du, la plupart des témoignages sont plutôt négatifs, avec des durées de plâtrages autour de 3 mois, voire une opération a l’issus car cet os est très long a se reformer. Gros coup de déprime, pour moi il n’est prévu « que » 50 jours et j'espére vraiment ne pas en avoir plus.

Hier soir, j’ai préféré prendre l’avis d’un médecin du sport pour savoir si je pouvais continuer ma pratique sportive. D’après lui, il n’y a pas de soucis. La seule chose est de ne surtout pas tomber sur le poignet.

Aujourd’hui j’ai donc décidé de rechausser les running. Malgré un temps pourri, je voulais faire une séance de VMA. Cela fait plus de deux semaines que je n’ai rien fait d’autre que de l’endurance.

Ce fut la cata. Déjà comme la veille, je pars avec des puls au repos de plus de 70 contre 50 habituellement et je prévoyait 8 séries de 800M en 2’55.

Sur la piste fraîchement refaite, il n’y a plus de marquage au sol. Pour des 800M, ce n’est pas très compliqué, il suffit de faire 2 tours complets. Mais je n’aie plus de temps intermédiaires tous les 100M comme avant.

Aucune importance, je sens bien dès le début que je n’aie pas de jambes. Je tiens bien les temps sur les deux premiers, mais la suite est de pire en pire. J’arrête au bout du 6ième vraiment déçus.

Il me reste tout de même une grande satisfaction, cette fois ci, je n’aie ressenti aucune douleur au bras. Le nouveau revêtement de la piste y est peu être pour quelque chose. C’est tout de même moins traumatisant que le bitume de veille.

2008-02-21 14:46:58 : Cassé - 5 photos - 33 réactions

De retour après une semaine superbe au ski, me revoilà au travail. Cette année, j’ai innové, après 5 ans de ski, j’ai repris le surf que j’avais abandonné. Le matériel a évolué, mais la technique reste la même.

Avec mon ancien surf, j’utilisais des chaussures de ski traditionnelles. C’est désormais chaussé de boots que je dévale les pentes. Et j’en ai bien profité, la neige étais au rendez vous et le soleil aussi.

A super besse, la station affichait 100% de remontées ouvertes et avec une liaison vers le Mont-dore, j’ai eu droit a un super domaine skiable.

Du coup, j’ai skié tous les jours, matin et après midi. Le lundi j’ai tout de même ajouté une sortie a jeun d’environ 50 minutes et le mercredi j’ai fait une longue sortie qui m’a menée de Picherande, petit village situé en contrebat de la station, à Super Besse, aller et retour. En tout 22 Km avec l’ascension d’un petit col.

Etait ce la fatigue, ou le fait que le surf soit tout de même moins stable que des skis. Toujours est il que j’ai eu droit a trois grosses chutes qui ont eu des conséquences assez importantes.

La première le mardi, j’ai chuté assez lourdement sur lune plaque de glace et ma fesse gauche s’en rappelle encore. Le soir je ne pouvais même pas m’asseoir correctement. Le jeudi, j’ai enchaîné une chute en avant qui m’a occasionné de vives douleurs au poignet et au genou. D’ailleurs, je suis resté allongé un moment avoir de trouver la force de me relever et reprendre la glisse.

Dans la foulée, en descendant des télécabines, je me suis étiré la cuisse droite. Le soir j’avais mal partout et je ne pouvais même pas monter un escalier tellement ma cuisse étais douloureuse.

Si bien que j’ai trouvé cette allusion a Brice de Nice, ce surfeur du sud que je pouvais prendre a mon compte en tant que surfeur de super Besse, j’étais cassé.

Et je ne croyait pas si bien dire, car la douleur au poignet ne m’a jamais quittée et hier je me suis résigné à aller voir mon médecin qui m’a envoyé chez le radiologue qui a son tour m’a envoyé aux urgences pour me faire plâtrer le bras.

Fracture du scaphoïde et comme c’est un tout petit os situé a la base du pouce, j’ai droit à un mois et demi de plâtre.

Du coup, cela remet complètement en cause mon programme de courses a pieds. Exit les trois heures de chasseneuil et mon rêve de dépasser enfin les 42 Km. Je ne serais déplâtré que le 14 avril car en plus, pour cause de vacances programmées la semaine précédente, je « gagne » une semaine de plâtre supplémentaire.

Pourtant, même si la nuit qui a suivi ma chute fut difficile, le lendemain j’avais skié. Délaissant le surf pour éviter de nouvelles chutes, j’avais opté pour le ski alpin sans bâton gauche.

Dimanche, comme à mon habitude, j’avais fait une sortie de 2 heures. Lundi et mardi, j’avais aussi rechaussé les chaussures.

Pour l’instant je suis totalement au repos, je compte tout de même garder une activité physique durant ce mois et demi qui va venir. J’ai un vélo d’appartement qu’il faut juste que je récupère car il est chez un ami.

Je pense aussi faire un peu de course a pieds en endurance, le plâtre n’est pas trop lourd.

Moi qui prenais a la légère cette semaine de vacances. C’est sur, sur le plan cardiaque, le ski n’est pas trop éprouvant, mais l’accumulation m’a sûrement trop fatigué.

2008-02-08 16:10:51 : changement de piste - 0 photo - 1 réaction

Une fois n’est pas coutume, chaque année je profite des vacances d’hiver pour mettre entre parenthèses la course a pieds au profit d’un sport plus dynamique mais nettement moins fatiguant, le ski de descente.

Moins fatiguant, parce que comme son nom l’indique, on ne fait que des descentes et encore on se laisse glisser. Il s’agit juste de négocier quelques virages à l’aide de flexions pour limiter la vitesse et rester maître de son parcours.

Les montées, assis dans des paniers ou encore tiré par des remontes pentes, permettent de récupérer de l’effort intense réalisé. Une journée, je m’étais amusé a prendre mon polar pour mesurer l’activité cardiaque développée par ce sport.

Le cardio pouvait monter autour des 80/85% de FCM selon les descentes qui durent environ deux à trois minutes et redescend allégrement autour des 38% (environ 70/80 pulsations) pendant la montée d’une durée de 5/10 minutes de la même piste.

Pas vraiment fort, mais comme j’en fait toute la journée, ce n’est tout de même pas de tout repos. D’autant plus que cette année je compte me remettre au surf. J’avais arrêté et revendu mon ancien il y a 5/6 ans car à l’époque avec des enfants en bas ages j’avais une pratique vraiment sporadique.

L’année dernière, j’ai voulu m’y remettre en en louant un pour la dernière journée. Du coup, dès mon retour je faisait l’acquisition d’un neuf, profitant des rabais de fin de saison.

En attendant, et en prévision de ces vacances, j’ai chargé cette semaine en course a pieds. Chargée naturellement, car c’est la troisième semaine de mon plan de préparation et que c’est, avec les semaines 5 et 6, une des plus chargée, mais aussi car je l’ai réalisée en 5 jours pour ne pas rechausser les running avant lundi.

Du coup, pas de jour de repos. Mercredi après mes séances de début de semaine en fractionnés court et endurance, retour a l’allure marathon. Au programme deux fois 3,5 Km entrecoupée de 5 minutes de récupération.

Contrairement au reste de la semaine, j’ai effectué cette séance le soir. Avec un départ a 18 heures, il fait encore jour, mais je sais que ce ne sera pas le cas tout le long. J’ai donc mis sur la tête la frontale achetée récemment.

Après une demi heures d’échauffement dans Jaunay clan, je fais ma première fraction sur la piste cyclable qui mène jusqu'à Avanton. Frontale allumée, je me sens plus en sécurité sur cette piste que sur la route. Me voilà alors durant ces 3,5 Km à l’envers de l’ancien final du marathon du futuroscope.

Cette portion a depuis été changé, car en pleine campagne, elle manquait de public. C’est d’ailleurs toujours le cas. Arrivé à Avanton, je constate que j’ai plutôt bien tourné. Une moyenne de 4’06 pour 86% de FCM. C’est plutôt pas mal.

Après une récupération dans les rues du village, me voilà a nouveau à vive allure en direction de Martigny. Cette fois ci je suis sur la nouvelle portion du marathon et l’allure légèrement plus rapide de 4’05 laisse même penser qu’elle est plus roulante.

Hier petite sortie d’une heure et quart en endurance. A une vitesse plutôt mesurée dans un premiers temps. Avec JF et son collègue qui reprend juste. Puis je fini seul dans la dernière demi heure, j’en profite pour légèrement accélérer et finir avec 14,5 Km au compteur.

Ce midi, ultime sortie avant le départ. Depuis hier, c’est le grand beau temps et je sors la tenu d’été, ou presque. En short et sweat, je pars pour deux fois 4 Km allure marathon. Les conditions sont idéales, sans vent et une température d’environ 12 degrés.

Par contre ma condition n’est pas au mieux et j’avais décidé de faire ces deux fois 4000 sur le circuit des trois heures, histoire de faire une répétition grandeur nature. La boucle faisant deux kilomètre, il s’agit de la parcourir deux fois à chaque fraction.

Bilan, une moyenne de 4’11, largement moins bien que ces derniers jours. Ce circuit n’est pas facile, avec ces demis tours et je suis vraisemblablement émoussé par l’accumulation d’entraînement depuis Dimanche.

Semaine prochaine, ski donc et tout de même un peu de course a pieds. Je prévois trois sorties, une petite le lundi matin, une autre plus longue le mercredi et enfin une dernière le vendredi.

Tous les billets

www.courseapied.net - info@courseapied.net