La course à pied Les blogs courseapied.net : GGBI

Le blog de GGBI

Flux rss du blog, des réactions

Les derniers billets

Mes catégories

Mes liens


Le forum courseapied.net

Le chat courseapied.net

Les blogs courseapied.net

2008-03-26 11:03:09 : j’ai retrouvé mon flingue

Ceux qui parcourent régulièrement mes post savent que j’apprécie particulièrement les textes de renaud. Par mi mes liens favoris vous en trouverez un qui concerne le site des fans de ce chanteur.

D’ailleurs il y a quelques temps, j’avais déjà pris pour titre celui d’une de ses anciennes chansons (voir http://ggbi.courseapied.net/billet.php?idbillet=2677 ). Et il s’agit bien là encore d’un titre issus de son derniers album faisant référence de manière plus poétique a un ancien texte n’ayant rien a envier a ceux de nos rappeur ou slameurs d’aujourd’hui. Car si Renaud écrit encore, sa plume s’est largement assagie de nos jours.

Pourquoi je vous parle de lui, tout simplement parce que après avoir chaotiquement préparé et couru les trois heures de Chasseneuil, et avant d’entamer une courte préparation pour le marathon du mont saint Michel, j’ai décidé d’attaquer sur du court dès que j’aurais été déplâtré.

Normalement, on devrait enfin me retirer cet appareil de torture, le 14 avril. Soit dans un peu moins de trois semaines. C’est encore long, mais cela fait déjà 5 semaines aujourd’hui que je le porte. J’ai quand même fait le plus gros.

Si tout ce passe comme prévu, je participerai alors aux 15 km de Nieuil l’espoir le 20 avril, avec l’espoir justement de réaliser un temps de 57’30 a 58’30 (entre 3’50 et 3’55 au Km).
Et ensuite, je pense m’aligner sur les dix kilomètres de Buxerolles le 1er mai.

Pour se faire, j’ai décidé de renouveler ma paire de chaussure que j’utilise habituellement pour ce genre de distance. En effet, mes wave aéro affichent près de 1200 Km au compteur. Ce qui est déjà beaucoup pour ce modèle.

Comme je n’avais rien trouvé d’intéressant lors des soldes, je me suis tourné vers Internet et sa mondialisation. Ainsi j’ai troqué mes aéro contre des wave revolver. D’où le titre, ça y’est on y arrive.

D’autant plus que vu le cours du dollar, je n’ai pas hésité à les commander aux US. Même avec les frais de port, elles me reviennent largement moins cher qu’en europe. Ors dans son texte, Renaud fustige cet Amérique du grand capital dont il accuse entre autre chaque citoyen de posséder un flingue.

En tous cas, je suis assez satisfait du service, livrée en 5 jours pour la modique somme de 64 euros (environ 42 pour les chaussures et le reste en frais de port) avec la pointure commandée et qui correspond exactement a celle constatée en France au prix avoisinant les 100 euros.

Question poids, ce modèle de compétition est hyper légers. Avec 238 g, contre 245 g avec mes wave aéro, il n’y a pas grande différence, mais par contre avec mes wave précisions ou rider qui me servent pour les marathons, il y a 70 a 90g par chaussure et c’est vrais que lorsque j’utilise les modèle légers, je sens tout de même la différence.

Je n’ai pas encore eu l’occasion d’essayer mes nouvelles gommes, pour l’instant je suis encore en récupération de mon presque marathon, mais dès vendredi je pense reprendre les séances lactiques.
En attendant, j’ai repris la course a pieds tranquillement, jeudi dernier avec une heure d’endurance avec JF et son collègue. Puis vendredi je remettais ça, seul.

Dimanche derniers, avec quelques membres de l’association, on poussait a 1h10, puis 1h15 lundi et enfin hier reprise du fractionné avec deux fois 2,5 Km allure marathon.

Si j’avais encore les jambes lourdes en fin de semaine dernière, cette semaine j’ai déjà de bonnes sensations, même si j’ai un peu peiné hier lors de l’échauffement.

Les réactions

Par mielou, le 2008-03-26 11:20:57
je viens de ranger mes marathoner, dommage, elles m'allaient bien...
par contre, le flingue, je vais pas me gêner !
rire
renaud, c'était mon petit univers quand j'avais 15 ans...

Par GGBI, le 2008-03-26 11:28:13
Moi aussi, mielou, j'ai découvert renaud ado avec marche a l'ombre.

Mais je suis resté accroc.

Par joke-man, le 2008-03-26 11:30:49
salut GG elles sont de quelle couleur tes shoes? j'ai du mal a voir sur mon ecran monochrome.@+ on se voit ce ouikend à l'apéro

Par Jean Renaud, le 2008-03-26 11:32:24
"... mais faites gaffe, j'ai mis la main sur mon flingue". Renaud Sechan 1978

Par USPS, le 2008-03-26 11:33:47
oui, nous les américains on ne lésine pas avec la boites géantes, même pour une paire 2 chaussureS

Par géo trouvetout, le 2008-03-26 11:37:39
ça y est je sais, tu te déguise en schtroumpf pour le médoc, j'ai gagné? :))

Par GGBI, le 2008-03-26 11:54:33
@USPS, c'est surement un effet de la photo, car cette boite était juste assez grande pour renfermer celle des chaussures.

@Geo, c'est vrai qu'elles ont la couleur de mon platre, mais j'espére qu'elles lui survivrons.

Pour le médoc, j'ai déjà trouvé. Ce sera plutot vert. Mais j'en parlerai dans un autre post.

Par Superleggero, le 2008-03-26 17:51:53
Très belle couleur bleue, ces chaussures !

Par , le 2008-03-26 18:38:13
En vert: xtra terrestre ou le géant vert ou HULK?

Par gavroche, le 2008-03-26 18:54:09
ah renaud un de mes chanteurs favoris,malgré que je le trouvais mieux dans ses anciennes chansons, j'aime toujours le personnage très sympa au demeurant et j'aime bien tes chaussures surtout la couleur, font pas trop ça pour les nanas dommage!

Par , le 2008-03-26 19:00:57
quel est l'adresse du site us sur lequel tu as fait ton achat?

Par frog86, le 2008-03-26 19:53:10
Extra-terrestre, géant vert, hulk ?
Et SHREK dans tout ça ?

Par GGBI, le 2008-03-26 21:08:52
pour le déguisement, je vous laisse cogiter.

Coté couleur, je les trouve aussi sympa. Mieux que le jaune du modéle idaten.

En revolver, pour femmes, ils avaient fait le rouge.

Mais maintenant, ce modéle est unisexe.

Pour le site US : http://www.secretsneakeronline.com/

Par , le 2008-03-27 12:39:44
tu auraîs du mettre les chaussures à coté d ela boite quon se rendre compte de la taille

Par frog86, le 2008-03-28 22:25:13
Des indices pour le déguisement ?

Par JC, le 2008-03-28 23:19:29
Renaud est vraiment un poète magnifique doublé d'un personnage sensible et attachant,ces textes sont d'une trés grande qualité littéraire, juste en dessous de Brassens certes mais pas loin!
D'ailleurs Renaud aime rappeler cette petite anecdote: il s'est retrouvé un jour avec le grand Georges dans un ascenseur,ce dernier lui aurait dit:"vos chansons sont bien construites",le jeune artiste fut tout heureux de cette déclaration!

Par JC, le 2008-03-28 23:28:17
Bien sur le chanteur ne saurait occulté l'écrivain journaliste engagé: la plupart de ses textes polémiques écrits dans "Charlie Hebdo" sont rassemblés dans un recueuil:"Renaud,envoyé spécial chez moi",trés drôle et engagé, à lire absolument!!!

Par frog86, le 2008-03-29 08:55:32
JC, je t'ai senti très poète toi aussi ce soir...

Par GGBI, le 2008-03-29 09:52:17
@JC, effectivement recueil très interessant. Parfois il fais référence a Val qui avait aussi un duo plutot engagé.

@frog86, un indice : il faut aller chercher le théme outre atlantique dans la région qui a accueilli mon dernier marathon.

Par , le 2008-03-29 18:48:40
J'ai trouvé tu veux figurer dans le Guinness..... des records bien entendu, GGBI l'Irlandais.

Par La Giclette, le 2008-04-04 16:00:40
ca fait longtemps que t'as pas posté GG?

Par GGBI, le 2008-04-04 18:38:54
Oui la Giclette,

J'ai été très occupé cette semaine.
J'essaye de faire un post demain.
J'ai beaucoup de choses a raconter.

Votre pseudo :

Votre commentaire


Combien fait un plus trois ? (en toute lettre)


Un revolver avec je l'espére une super détente.


pour vos envois en provenance des states faites confiance a USPS, la poste américaine. Moins cher et très fiable.


Les 5 billets précédents

2008-03-20 17:53:06 : Il ne faut pas être superstitieux - 4 photos - 12 réactions

Chaque année, depuis maintenant 3 ans, a Chasseneuil début septembre, se déroule le forum des associations. Avant c’était fin août et comme ma femme et moi-même sommes assez actifs au sein de diverses associations, nous n’en manquions pas une édition.

Depuis le changement de date, ce forum tombait le même week end que celui du marathon du médoc. En 2005, pris de cours nous étions quand même allé dans la région de pauillac. Mais depuis, j’avais du renoncer à ce marathon festif.

Pourtant cette épreuve me tiens particulièrement a cœur. L’aspect festif, avec ces déguisements correspond bien a ma vision de la course loisir. Et puis ce fut mon premier marathon.

Donc quelle ne fut pas ma joie de constater dès septembre dernier qu’en 2008, le forum des associations n’aurait lieu qu’une semaine après le médoc. Du coup j’avais très vite décidé d’inscrire a nouveau cette course a mon calendrier, entraînant dans mon sillage une bonne partie de notre association.

Ainsi, nous serons 35 Chasseneuillais à fouler les terres viticoles des plus grands crus du bordelais. En fait nous serons 7 marathoniens dont deux coureurs viendront ici s’essayer pour la première fois sur la distance mythique et le reste en accompagnateurs et marcheur. Car se marathon ce déroule un samedi et le dimanche, il y a une marche d’une dizaine de kilomètres a allure libre avec comme pour la course de la veille, des points de dégustation oenologiques.

En tant que responsable, on m’a chargé d’inscrire tout ce petit monde à la marche, ainsi que quatre des sept coureurs. Il faut dire que l’inscription se déroule en deux phases, dont la première uniquement sur internet.

Aujourd’hui, je viens de recevoir par mail les confirmations de nos inscriptions accompagnées des numéros de dossard. Je porterais le numéro 1313. Pour moi qui suit un tantinet superstitieux, cela est double signe de je ne sais quoi, car j’ai jamais su si le chiffre 13 étais un chiffre porte bonheur ou non.

Pas d’inquiétudes tout de même, ce marathon qui sera le second de l’année après celui du mont saint michel, je devrais en principe le courir tranquillement. En effet, notre objectif est de partir ensemble sur une allure qui devrait convenir a tous. Soit environ 8 à 10 km/heures, loin de mes 14 habituels.

L’objectif étant de terminer dans la joie et si possible en profitant de certains ravitaillements colorés, mais aussi des huîtres et de l’entrecôte.

De toutes façons, même si le parcours est agréable avec tous les châteaux et les chemins de vignes, il n’est vraiment pas propice a la performance.

2008-03-17 12:41:22 : les trois heures de Chasseneuil - 1 photo - 15 réactions

Comme je l’indiquait la semaine dernière, je n’aie pu me résigner a regarder les autre courir et comme la douleur s’estompe, en fin de semaine dernière, ma décision étais prise.

C’est donc avec un plâtre, mais une motivation intacte que je m’alignais samedi après midi sur ma piste d’entraînement.

Le matin, je m’étais déjà rendu sur les lieux pour aider à installer. Ça commençait mal, le nouveau parcours que nous avions mis en place pour le dixième anniversaire de l’épreuve a été légèrement modifié, car selon le mesureur, il manquait 20 mètres.

Pour l’avoir parcouru de nombreuses fois a l’entraînement, mon GPS m’avais toujours indiqué 1,99 Km. Ce n’est donc pas 20, mais 10 qu’il manquait. Du coup, pour récupérer la distance ils ont rajouté deux virages en S sur une partie de chemin assez large qui sert habituellement de terrain de pétanque.

Voila une difficulté qui en plus du demi tour que nous n’avions pas pu éviter va obliger a réaliser une deuxième relance sur un parcours de 2Km.

Cela ne m’annonce rien de bon. Déjà, ma préparation a été plutôt chaotique, avec d’abord trois semaine intenses et assez positives, j’ai arrêté brutalement l’entraînement suite a une fracture du scaphoïde sur les pistes de ski.

Une semaine complète d’arrêt, puis reprise progressive au moment où, dans mon plan je devais réaliser les entraînements les plus intenses. Mais la douleur au poignet m’aura empêché de les réaliser.

Puis à deux semaines du départ, la douleur s’estompe et la forme reviens petit a petit. Une semaine avant le départ, je retrouve de bonnes sensations.

Cette boucle supplémentaire dans le parcours, mais surtout les prévisions météo m’inquiètent tout de même. Si le matin seul un léger vent viens souffler sur la pièce des cards, météo France annonce des orages et surtout un vent violent pour l’après midi.

Et ils ne s’étaient pas trompés, dès le départ, le vent perturbe la course et si je pars dans l’allure que je m’étais fixé d’environ 4’10/4’15 au kilomètre, le cardio grimpe vite. Dés lors, je sais que je ne serais pas sur les bases de mon record sur le marathon de lille-lens qui était de 2h57.

Je garde quand même l’espoir de passer la distance mythique avant le coup de feu final, mais je sais que ce sera dur. Seul petite satisfaction, je suis troisième et je vais essayer de garder cette place.

Pour essayer de garder l’espoir, je reste sur les bases de 2h57 même si je sais que je suis trop haut et que je risque de piocher sur la fin. Je me fixe comme objectif de tenir les deux premières heures à ce rythme quitte a lâcher un peu sur la dernière heure.

En plus du vent très violent, la pluie fait très vite son apparition et même de plus en plus fort. Au bout de 59’ je franchi les 14 kilomètres, exactement dans les temps prévus. C’est à ce moment qu’un coureur individuel me dépasse. Il est même beaucoup plus rapide que moi, mais tout de même pas si vite pour me mettre déjà un tour. Je viens de perdre la troisième place synonyme de podium.

Le moral en prend un coup et la pluie redouble dans cette seconde heure. Ce sont des trombes d’eau qui s’abattent sur les coureurs. Pour la partie du circuit située sur le nouveau chemin, cela ne pose pas trop de problèmes, le sol absorbe l’eau, mais sur la partie goudronnée, ce sont des gigantesques flaques d’eau qui s’imposent aux coureurs et il devient impossible de les éviter. Les pieds sont alors trempés.

Mais le pire, c’est dans le fameux double virage rajouté le matin même pour compléter le circuit. Ces virages sérés et la nature du sol ont transformé cette portion en gadoue et a chaque passage je manque de trébucher, m’obligeant a sérieusement ralentir pour éviter la chute.

Dans cette seconde heure, je souffre, mais conforme a mon objectif, je maintient l’allure et franchi le semi en 1h28’45, exactement comme a Dublin. Là bas, j’avais fait l’erreur d’accélérer, cette fois ci je suis plus sage et me contente de conserver ma vitesse.

De toutes façons, je commence déjà à ressentir de la fatigue. J’ai les poings crispé et je sais que c’est plutôt mauvais, alors quand j’y pense j’essaye de me relâcher. Mais c’est difficile, car si je ne maintiens pas le plâtre, il a tendance a bouger et cela me gène.

Je passe les 28 Km en 1h58 soit toujours à la même allure. Mais dans le tour qui suit, je faiblis. Et c’est là qu’un événement va venir relancer ma course. Le coureur qui m’avait doublé au bout d’une heure n’est plus très loin. Il doit souffrir.

Je fais un peu le forcing pour le rattraper. Nous discutons un peu. Je lui dis que je cherche à atteindre le marathon. Il me confirme que c’était son objectif aussi, mais qu’il n’y croit plus.

Nous sommes toujours dans les temps, mais moi aussi je suis septique, mais je commence par contre à croire au podium.

Ce quinzième tour que nous bouclons ensemble se termine en 8’45, soit 20 secondes de plus que les autres. C’est le début du mur. La dernière heure va être terrible, mais je veux m’accrocher.

Le seizième tour se boucle en un peu plus de 9’ et nous sommes toujours ensemble. Désormais, je finirais sur cette allure. Un rapide calcul me permet de constater que je ne parviendrais pas à atteindre les 42 Km. Et l’autre coureur accélère. Je préfère le laisser partir.

C’étais pour lui une tentative vaine, moins d’un kilomètre plus loin, je le reprend et dans le tour qui suit, il n’arrive pas a rester avec moi.

Dans la dernière demi heure, je vais prendre 550 mètres d’avance pour finir à 41,74 Km a 400 mètres du second qui a du aussi souffrir et qui fini a 50 mètre de la distance mythique.

Même le vainqueur, qui avec 46 km a survolé l’épreuve est loin de ses 47 Km espérés.

Cette fois ci encore, je n’avais pas le marathon en moins de trois heures. Je suis loin du niveau que j’avais l’année dernière a lille, mais beaucoup de circonstances y on concouru. Avec un plâtre et une météo vraiment difficile, rien de m’y a aidé.

Prochain objectif, le marathon du mont saint Michel le 24 mai. J’espère cette fois ci retrouver les conditions idéales pour a nouveau titiller les moins de trois heures.

2008-03-11 09:53:02 : Bienvenu chez les schtroumfs - 4 photos - 8 réactions

Depuis que je suis allé voir le dernier film de Dany Boon il y a bientôt deux semaines, je ne cesse de repenser a certaines scènes qui m’ont rappelé l’accueil ch’ti, ainsi que son climat qui fut a l’image de l’idée que l’on peut s’en faire.

C’était en mai dernier, et à ce jour le marathon lille-lens reste le seul que j’ai réussi à parcourir en moins de trois heures. Même la météo qui pourtant était assez rude la veille avait été clémente jusqu'à la fin, laissant même entrevoir quelques éclaircies sur la dernière heure.

Pourquoi les schtroumfs, parce que lorsque je me réveille le matin et que je vois mon bras tout bleu, je ne peu m’enpécher d’avoir cette frayeur de me transformer en petit lutin bleu.

Ces derniers jours, c’est vraiment une météo nordiste que nous avons eu sur Chasseneuil, avec même des vents violents atteignant parfois les 120 Km/heures hier.

Cela n’a pas atténué mon envie de courir. Malgré quelques mauvaises sensations dans le bras, je me suis entêté et ait quand même chaussé les runnings en fin de semaine.

D’abord avec JF jeudi, du moins au début, car comme il se sentais en méforme, j’ai continué avec Franck un autre compère de Chasseneuil loisirs croisé sur notre nouvelle piste. Une heure et quart en endurance plutôt active à 145 puls de moyenne (73% de FCM).

Me sentant plutôt en forme, le lendemain je décidais de récidiver avec en tête l’idée de faire de l’allure marathon voire semi sur le circuit des trois heures. J’ai toujours une petite gène sur le poignet et je me dis que je doit me résoudre de ne pas courir les trois heures de Chasseneuil.

En même temps, en manque de compétitions j’envisage de participer au semi de Chatellerault qui aura lieu le lundi de paques. Je me dis qu’avec une semaine de repos en plus, la guérison devrait être bien entamé. Et puis courir un semi, c’est pour moi environ 1h25, loin des trois heures pour Chasseneuil.

Durant l’échauffement, je croise Vincent, un internaute récemment installé sur Chasseneuil et qui me connaissait via le blog. Après les présentations, nous décidons de poursuivre l’entraînement ensemble. Vincent a mon niveau, voir mieux, mais ces derniers temps il n’a pu courir et est donc sur le retour.

Cette séance d’allure marathon sera pour lui une série un peu plus costaude. Nous tournons sur le circuit de deux kilomètres à deux reprises en 8 minutes. Vincent qui avait commencé a courir avant moi, me laisse et je pousse un derniers tour toujours dans la même allure.

La forme est de retour, bien sur j’étais légèrement plus rapide que mon allure marathon, mais mes sensations étaient bonnes.

Dimanche, c’étais la sortie commune et l’arrivée du mauvais temps. Après des retrouvailles sur le parking de la piéce des cards, nous avons réalisé un tour du circuit des trois heures avant de partir dans la campagne affronter dans un premiers temps le vent de face avec la pluie battante. Bilan une heure et demi pour un peu plus de 15 kilomètres.

Hier, c’étais plutôt la tempête, mais comme je n’aime pas renoncer, a midi j’étais quand même dehors. Une heure sous la pluie, mais là encore de très bonnes sensations et surtout plus de douleurs.
Du coup, j’envisage a nouveau de me présenter sur la ligne de départ samedi. Si je pouvais être sur que courir ainsi n’aura pas trop d’incidence sur ma guérison.

2008-03-03 17:13:44 : un nouveau circuit - 7 photos - 12 réactions

Il y a maintenant deux semaines, les tractopelles de la voirie ont dessiné ce qui servira de nouveau circuit pour notre épreuve des trois heures.

L’ancien circuit étais un frein au développement de cette compétition, en effet réalisé sur un petit chemin en aller retour, il devenait difficile de doubler. Ors cette course regroupe des individuels a allure variant de 8 à 15 km/heures, mais aussi des équipes dont certains membres évoluaient a près de 20 km/heures.

Il s’en suivait alors parfois des bousculades préjudiciables à tout compétiteur recherchant une performance.

D’autre part, à trois endroits du parcours, il fallait faire demi tour, générant là encore une relance limitant le résultat.

Cette année, dixième anniversaire oblige, nous attendons plus de participants. Du coup, il nous fallait un nouveau circuit. Inauguré voilà maintenant une semaine, il fait le bonheur de nombreux joggeurs.

Pour ma part, je l’ai déjà foulé à plusieurs reprises. Jeudi d’abord pour une sortie toute en endurance avec Joel puis Hervé mon compagnon de voyage lors de mon dernier marathon a Dublin.

Vendredi ensuite pour une séance de seuil sur le nouveau parcours. La tendance se confirme, je ne suis vraiment pas en forme. Loin des 4’ au km, vitesse a laquelle je tournait pour ce genre de séance avant mon séjour au ski, j’ai tourné en 4’18. J’avais prévu 4 tours à cette allure, soit 8 Km, j’arrête au bout de 3, assez dépité.

Déjà avec un plâtre, je n’envisageais plus de participer aux trois heures de chasseneuil, maintenant mon manque de forme me conforte dans cette idée.

Dimanche, retour sur cette piste pour notre rendez vous dominical. Après s’être retrouvé, nous partons en campagne, puis au retour nous refaisons un tour de piste pour mesurer la grande boucle. Enfin je termine par quelques tours supplémentaires avec un des coureurs histoire de pousser ma sortie a 2h15.

Aujourd’hui, j’ai suivi les conseils de quelques intervenants, je n’ai pas focalisé mon attention sur le cardio dont j’avais caché l’écran sous la manche de mon coupe vent.
Ainsi je n’aie peu être pas toujours respecté les plages conseillées, mais au moins j’ai pris du plaisir à courir, ce que j’avais sûrement oublié ces derniers temps en quête de performance.

Au final, une sortie sans chrono ni cardio d’une heure neuf pour 12,9 Km a 145 puls de moyenne (73% de FCM), comme quoi je pourrait me passer de cet appareil pour mes sorties en endurance.

2008-02-26 15:05:27 : les jambes de bois - 0 photo - 18 réactions

Depuis mercredi, que je suis plâtré, j’ai un peu laissé tomber la course a pieds et même le sport en général. Il faut dire que en plus de la douleur occasionnée par la blessure, j’étais aussi très pris.

Invité de ci, de là, étant aussi partie prenante a l’organisation d’un bal communal, je n’aie pas eu trop de le temps de penser au sport. Par contre, je me suis lâché coté diététique. Il faut dire que les occasions ne manquaient pas.

Je me suis aussi lâché coté alcool. Je sais c’est pas la meilleures des solutions, mais cela m’a permis de dormir sans trop de difficultés. Car ce n’est pas facile de dormir avec un bras plâtré et avec une douleur lancinante.

Du coup, la balance m’affiche une prise de poids de plus de 2 Kg et ce n’est pas la résine qui en est responsable.

En ce début de semaine, j’ai donc décidé de reprendre les choses en main. D’abord je commence à m’habituer à réaliser tous les mouvements nécessaires pour manger, me laver et m’habiller. Ainsi je suis autonome.

Coté sport, je fais un peu de vélo d’appartements, mais la course a pieds me manquait et comme le médecin m’a permis de faire quelques sorties, hier j’ai ré enfilé les running. Celles qui ont des lacets élastiques.

Dès le départ, mon cardio s’affole, la fatigue liée à mes abus s’ajoutant sûrement aussi a celle générée par la fracture. Et puis au bout d’environ 40 ‘ de course, je commence a avoir mal au pouce. Du coup je rentre après a peine une heure au final.

Ayant un doute, j’ai fait quelques recherches Internet sur la fracture du scaphoïde. Je n’aurais pas du, la plupart des témoignages sont plutôt négatifs, avec des durées de plâtrages autour de 3 mois, voire une opération a l’issus car cet os est très long a se reformer. Gros coup de déprime, pour moi il n’est prévu « que » 50 jours et j'espére vraiment ne pas en avoir plus.

Hier soir, j’ai préféré prendre l’avis d’un médecin du sport pour savoir si je pouvais continuer ma pratique sportive. D’après lui, il n’y a pas de soucis. La seule chose est de ne surtout pas tomber sur le poignet.

Aujourd’hui j’ai donc décidé de rechausser les running. Malgré un temps pourri, je voulais faire une séance de VMA. Cela fait plus de deux semaines que je n’ai rien fait d’autre que de l’endurance.

Ce fut la cata. Déjà comme la veille, je pars avec des puls au repos de plus de 70 contre 50 habituellement et je prévoyait 8 séries de 800M en 2’55.

Sur la piste fraîchement refaite, il n’y a plus de marquage au sol. Pour des 800M, ce n’est pas très compliqué, il suffit de faire 2 tours complets. Mais je n’aie plus de temps intermédiaires tous les 100M comme avant.

Aucune importance, je sens bien dès le début que je n’aie pas de jambes. Je tiens bien les temps sur les deux premiers, mais la suite est de pire en pire. J’arrête au bout du 6ième vraiment déçus.

Il me reste tout de même une grande satisfaction, cette fois ci, je n’aie ressenti aucune douleur au bras. Le nouveau revêtement de la piste y est peu être pour quelque chose. C’est tout de même moins traumatisant que le bitume de veille.

Tous les billets

www.courseapied.net - info@courseapied.net