La course à pied Les blogs courseapied.net : GGBI

Le blog de GGBI

Flux rss du blog, des réactions

Les derniers billets

Mes catégories

Mes liens


Le forum courseapied.net

Le chat courseapied.net

Les blogs courseapied.net

2008-04-21 11:32:10 : Nieuil l’espoir

Ce week end, c’était ma première compétition déplâtré, du moins c’est ainsi que je l’avais prévu.

Mais comme je l’ai déjà expliqué dans un post précédent, j’ai re-signé pour trois semaines supplémentaires.

Du coup, je n’ai pu me résigner a renoncer a une nouvelle, mais je l’espère ultime, course avec cet ustensile. Et bien m’en a pris.

La météo nous avait annoncé des pluies torrentielles pour cette matinée dominicale. Il n’en fut rien. Si la nuit avait été très humide, la matinée s’annonçait sous de meilleurs auspices.

Ce fut même le temps idéal pour courir. Couvert mais sans vent et une température d’environ 10/15 degrés.

La course se compose de deux épreuves, une de 7,5 Km et pour les plus courageux, dont je faisais partie, une seconde boucle pour pousser jusqu'à 15 Km.

Nous sommes près de 500 à nous aligner devant la ligne de départ. Dès le début, je me place parmi les premiers. Nous commençons par un tour de l’église avant de repasser la ligne de départ et de s’engouffrer sur un chemin faisant le tour d’un lac.

Ça part très vite, et rapidement je me retrouve au sein du peloton. Ce sont surtout les coureurs du 7,5 qui donnent le ton, car bien que prudent, je passe le premier Km en 3’30. Cette portion est légèrement descendante, mais je suis tout de même parti un peu rapidement.

Avec un objectif de 58’, je devrais plutôt tourner en 3’50/55. Pourtant je me sens bien dans l’allure et sans vraiment ralentir, je passe le second Km en 3’58. Il faut dire qu’a l’instar du premier, le second est plutôt plat au début et montant sur la fin. Avec d’ailleurs un petit raidillon juste après le passage d’un pont.

Dans le troisième Km, une légère difficulté que j’avais repérée lors de l’échauffement m’inquiète un peu. Il s’agit de franchir un passage constitué de grosses pierres. Avec mon plâtre, je crains énormément la chute. Et encore plus lors de ce premier passage où nous sommes encore assez groupés.

Tout ce passe bien et j’enchaîne les Km aux environs de 3’55 jusqu’au passage près de la ligne de départ où les coureurs du court s’arrêtent.

Je me retrouve alors absolument seul, et il en sera ainsi pendant pratiquement toute la seconde boucle. Je termine le 8ième Km en 4’18, soit 20 secondes trop. Je commence vraiment à m’inquiéter mais a ce moment, je pense surtout que le panneau à du être mal placé.

Toutefois, je suis sur le point d’être rattrapé par un coureur et surtout je vois derrière un groupe de 4/5 personnes qui je pense vont aussi me rejoindre.

D’autant que je continue mes kilomètres en plus de 4’. Avec 4’06 pour les kilomètres 9 a 11, non seulement je me rend compte que c’est raté pour les 58’, mais je suis même parti pour faire plus d’une heure.

J’ai une baisse de moral, d’autant plus que le coureur qui me suivait me rejoint et me dépose littéralement au passage du 10 Km que je boucle en 39’40.

Je n’aie plus que 20 secondes de marge et vu l’allure, je n’ai qu’un maigre espoir. Mais je continue à croire aux moins d’une heure. Je connais le parcours et je sais qu’à partir du 12ième, c’est plutôt en descente.

Je dois surtout faire attention, car nous empruntons un chemin rendu très boueux par la pluie de la nuit.

Je reprends vraiment espoir en constatant que je boucle ce 13ième en 3’33. Le kilomètre le plus rapide de la course qui me redonne 30 secondes d’avances sur les moins d’une heure. Cette fois ci j’y crois vraiment, bien que je sois persuadé qu’il doit lui aussi être mal placé.

C’est confirmé lorsqu’au suivant, mon chrono m’indique 4’35 alors que je n’ai vraiment pas le sentiment de faiblir. Au contraire, je me retrouve des forces dans ce final.

Encouragé par James, qui en a fini depuis longtemps de ses 7,5 Km bouclés en un peu plus de 27’ (Pas mal pour un V2), je relance dans l’ultime ascension qui nous ramène dans Nieuil.

Les yeux rivés sur le chrono officiel, je sprinte dans les derniers mètres pour finir en 59’31. J’ai tout de même réussi à finir en moins d’une heure. Le groupe derrière ne m’a finalement pas rattrapé. Il ont du souffrir eux aussi et le premier d’entre eux ne termine que près de 30 secondes après moi.

Du coup au classement général, je suis 11ième, mais surtout 3ième vétéran 1. Ce qui me permet a peine un mois après les trois heures de Chasseneuil de renouer avec le podium.

Lien vers le site de la course : http://viennebiathlon.free.fr/

Les réactions

Par joke man, le 2008-04-21 11:41:55
y sont trop bo tes glaçons, GG
tu me le réserve pour dimanche à l'apéro
@+ l'ami
je viendrai accompagné

Par Papy, le 2008-04-21 11:45:54
la matinée s’annonçait sous de meilleurs hospices.
Tu veux dire qu'elle s'annonçait sous de meilleurs maisons du 3° age ?

Par Capello, le 2008-04-21 12:09:58
Sous de meilleurs auspices, pas hospices!

Par Vincent, le 2008-04-21 12:17:27
Joli course Gérard, le parcours semble etre relativement piegeux..
J'ai entendu qu'il y a un 10km a Buxerolles le 1er Mai, y as-tu deja participé?

De mon coté, beaucoup de boulot et un entrainement pas très serieux ces dernières semaines ...c'est rageant..
vivement les beaux jours pour s'affuter un peu ..

A +

Par 20-100, le 2008-04-21 12:23:13
c'est trop lol ça, on a le meme pseudo

Par Lucy, le 2008-04-21 13:00:18
Hospice, auspice dans le contexte il s'agit plus volontiers d'Os Peace.

Par stephane, le 2008-04-21 13:21:22
Un temps pas top de mon coté, mais 2h30 de sommeil après avoir enterré ma vie de jeune garçon...ça me convient
Bravo GG !

Par james, le 2008-04-21 13:36:25
Ta cheminée va rapidement etre trop petite : BRAVO

Par rv86, le 2008-04-21 13:46:13
Bravo GG !!! un parcours assez agréable, une bonne organisation... quand à mon temps 1h17m57 pour ne pas dire 1h18, j'avais prévu 1h20 qui correspondait à ma vitesse marathon, je suis content car absolument pas fatigué malgré une nuit courte pour avoir accompagné Stéphane dans l'enterrement de sa vie de jeune garçon... Prochaine course le 19km de Tercé... Bravo encore GG

Par GGBI, le 2008-04-21 14:02:27
@Vincent, le 10 Km de buxerolles le 1er mai, je devrais y aller. C'est seulement la seconde édition (avant c'étais un 15) et je ne connais pas le parcours, mais il parrait qu'il y a une cote au milieu (deux boucles).


Par la strip -teaseuse, le 2008-04-21 14:07:00
ce stephane, quel bel homme! je m'en souviendrai longtemps :)

Par stephane, le 2008-04-21 16:04:44
Une strip-teaseuse...et j'ai oublié ?

Par , le 2008-04-21 16:26:17
Belle perf d'autant plus qu'à priori le parcours était plus proche des 15,5 kilos que des 15 !(http://alsm1.blogspot.com/2008/04/la-revanche-de-steve-les-foules-de.html)

Par GGBI, le 2008-04-21 17:16:54
Une autre personne équipée du polar avec accélérométre m'a aussi confirmé que le 7,5 Km faisait plus de 7,7.

La seconde boucle est légérement différente. On ne fait pas le tour de l'église, par contre a un moment on bifurque pour retrouver le premier tracé.

Quel appareil avez vous pour mesurer les distance ? accélérométre ou GPS ?

Par mielou, le 2008-04-22 10:05:16
sourire
quelques mètres de plus ou de moins...
trophée à l'identique sur une petite course de banlieue
plutôt sympa comme glaçon
amicalement

Par , le 2008-04-22 10:22:04
laissez tombez les gps ou accèlèromètres pour les mesures des kms il faut utiliser une roue de géomètre ou un vélo avec compteur étallonné c'est mieux

Par GGBI, le 2008-04-22 10:31:13
Et puis ça fait classe de courir avec sa roue de géométre ou son vélo.

Sérieusement, le GPS ou accélérométre c'est quand même plus pratique.

Bien sur pour étaloner le parcours, l'organisateur utilise une roue de géométre ou un vélo.

Par , le 2008-04-22 12:48:50
Gros malin vas je parle pas de courir avec la roue de geomètre mais pour la mesure, forcément avec votre gps ou accelerometre vous aurez jamais la distance exacte!! alors pquoi dire que le parcours ne fait pas la bonne distance??

Par GGBI, le 2008-04-22 14:49:34
Tu as entiérement raison, je ne peux pas affirmer que la distance est incorrecte.

Je me suis mal exprimé, j'aurais du ecrire qu'une autre personne m'a aussi dis avoir trouvé plus de 7,7 Km avec un polar avec accélérométre plutot que confirmé.

Maintenant, j'ai un GPS et je peux te dire qu'il est très précis. C'est pour cela que je posais la question, car j'ai plus confiance au GPS et d'autre part, un forerunner permet en plus de télécharger le parcours ce qui m'aurait interessé.

Pour ce qui est de la course, je ne peux rien dire, vu que je ne le met pas en compétition.

Par james, le 2008-04-22 15:45:25
Je cours cette course depuis 10 ans et sur mes sensations je peux vous affirmer qu'il y avait exactement 7,617 KM ....

Par GGBI, le 2008-04-22 16:08:00
C'est pas sérieux James, ce n'étais que la 7ième édition de cette course.

Tu as du courir les 3 premiéres fois seul.

En tous cas, cette année, comme j'étais placé derriére toi, j'ai donc fait 15,235 Km (7,617*2+1 métre).

Je crois qu'il ne faut pas non plus trop se prendre la tête sur la distance exacte ça n'est pas trés grave.

Par james, le 2008-04-23 11:51:33
En 2003 j'étais en plus de 30mn .Me voila en 27 mn en 2008 à 51 ans : un bon entrainement constant et une bonne hygiéne de vie et ce n'est pas compliqué .
Pas bien grave en effet la distance sur une course sur route non classante mais sincèrement je pense qu'il y avait un peu plus sur le 7.5 et un tout petit peu moins sur le 15

Votre pseudo :

Votre commentaire


Combien fait un plus trois ? (en toute lettre)


Un trophé à mettre sur la cheminée.


Les 5 billets précédents

2008-04-14 12:49:28 : les couleurs de l’été - 4 photos - 20 réactions

Après ma semaine judiciaire, il me fallait bien une semaine de repos. Quand je dis repos, je parle surtout de vacances, car coté sport, il n’étais pas du tout question de se reposer.

J’ai même plutôt mis les bouchées doubles en prévision du 15 Km que je compte courir dimanche prochain.

Mais la semaine fut assez épique et il a fallut composer entre repas familiaux et petits ennuis de santé.

D’abord, avant de partir une petite séance longue. Il ne faut pas non plus perdre de vue une échéance marathon pour la fin mai. Ce quinze kilomètres n’est qu’une étape dans ma préparation.

Près d’une heure trente pour ce samedi matin avec deux fractions de 4000 mètres d’allure marathon en 4’11 de moyenne. Dix huit kilomètres plus tard, en voiture pour Brétignolles pour un début de semaine plutôt calme avec une heure dix d’endurance suivie le lendemain par un huit fois 400M en 1’22.

Le mercredi fut le jour tant attendu, a 9 heures, rendez vous a la clinique pour un déplâtrage. Après sept semaines complètes avec cet appareil, il étais plus que temps de le retirer, ne serait ce que pour l’odeur qu’il dégageait.

Que c’est dur les premiers instants sans résine, j’avais mal dans le poignet, mais aussi au pouce, a l’endroit de la fracture. Une autre chose qui m’inquiète, c’est que mon poignet est toujours enflé.

Après la radio et un bref entretiennent avec le médecin, il faut se rendre à l’évidence. Direction la salle de plâtrage. En fait c’est la même que celle de déplâtrage sauf que l’on y rentre a reculons.

La fracture a bien commencé à se consolider, mais ce n’est pas tout a fait fini. Me voilà reparti pour deux semaines qui après prise de nouveau rendez vous et calendrier surchargé des médecins vont se transformer en trois.

J’en profite pour changer de couleur, passer du bleu, couleur du ciel hivernal sur les pistes enneigées au jaune du soleil de bord de mer. J’ai gagné aussi en longueur, il fait bien 10 cm de moins que l’ancien.

Dès le lendemain, je l’étrenne sur les sentiers de Brétignolles avec une grosse séance de seuil pour un 4000/3000/3000 en 3’53 de moyenne, chrono que j’envisage pour le quinze de dimanche. Au total, près de 18 kilomètres parcourus avec l’échauffement, les récupérations (1 Km entre chaque) et le retour au calme.

Le lendemain, grosse séance d’allure marathon, avec deux fois 5000M en 4’11. Là encore 18 kilomètres avec un échauffement plus long que la veille.

La fatigue commence à se faire sentir à l’issue de cette étape. Je n’ai pas eu un sommeil correct durant la semaine. Ajouté au mauvais temps de ces vacances de printemps et l’angine me guette.

J’ai la gorge irritée et légèrement mal de tête. Hier soir en rentrant de vacances, j’ai quand même réalisé une petite sortie d’une heure. J’y ait d’ailleurs croisé vincent, intervenant occasionnel sur ce forum.

Cette nuit encore fut difficile et ce matin j’ai toujours une sensation fébrile et la gorge en feu. Après l’achat d’un collutoire chez le pharmacien, j’espère que tout va rentrer dans l’ordre d’ici la fin de semaine.

2008-04-05 08:39:31 : Faites entrer l’accusé - 0 photo - 10 réactions

Durant toute la semaine, j’ai vécu à un rythme complètement bouleversé. Moi qui travaille a domicile et profite de chaque pause de la mi journée pour aller gambader dans la campagne, c’est une toute autre organisation qu’il m’a fallut mettre en place pour conserver un entraînement cohérent a moins de trois semaines de ma prochaine course.

En effet désigné par le sors pour siéger en tant que juré d’assises, il m’a fallut me rendre chaque matin au tribunal pour y passer la journée jusque vers 20 heures.

Pourtant ce n’est pas banal, et heureusement, de se retrouver dans une telle situation. En effet, après un premier tirage dans les listes électorales de chaque commune, il faut encore ressortir de deux nouveaux tirages réalisés au niveau du département avant de se retrouver avec 39 autres personnes devant la porte du tribunal.

De là on ne conserve que douze jurés suite a un ultime tirage effectué sous nos yeux et ceux des parties civiles et de la défense pouvant chacun a leur guise révoquer selon leur propres critères et sans avoir a s’en justifier.

Je suppose que leur choix se fait selon la profession ou encore la situation familiale, voire le sexe ou l’age selon les affaires.

Toujours est il que tiré et non révoqué, je me suis retrouvé face a un accusé, à essayer de cerner et surtout à participer a une décision importante pour lui concernant ses prochaines années.

De l’affaire et du verdict, je n’en parlerai pas, certains sûrement arriveront à faire le rapprochement. Je dirais juste que c’était une affaire très importante, j’en veux pour preuve un procès qui a duré tout de même cinq jours pleins, avec l’audition de plus de 70 témoins.

Coté entraînement, je vous avais laissé il y a plus de 10 jours avec l’acquisition de nouvelles chaussures américaines destinés a me faire retrouver une dynamique de vitesse. Comme convenu, je les aie essayés le vendredi avec une séance inédite pour moi, un quatre fois 2000 sur la piste pièce des cards.

Pour le premier, j’ai voulu commencer par une allure seuil en 7’50, pour ensuite accélérer et atteindre la vitesse que j’envisage pour le 15 Km de nieuil, soit du 7’38. Pour la course, je souhaite tourner en 3’50 au kilomètre, je suis donc dans le tempo.

Les deux derniers ont aussi été réalisés en progression 7’32 pour le suivant puis 7’26 pour le dernier, soit mon allure 10 Km.

J’ai trouvé ce genre de séance vraiment intéressant et beaucoup moins dur qu’une séance a allure constante. J’étais vraiment à l’aise même sur le dernier 2000M.

Le dimanche, certains coureurs de l’association participaient à une course sur Migné, ville voisine de la notre. Pour ma part, j’avais préféré y renoncer. Je ne souhaite pas cumuler trop de compétitions et, d’autre part, j’ai décidé de ne plus en faire tant que je serais plâtré.

C’est donc a deux qu’a démarré notre sortie dominicale, mais très vite nous sommes rejoint par le groupe de femme venu nous rendre visite pour la sortie mensuelle commune.

Du coup, ce fut une sortie longue de deux heures que nous avons réalisé à travers la campagne Chasseneuillaise.

Le lundi pour mon premier jour d’audience, j’ai zappé toute sorties. Je n’avais pas imaginé être mobilisé et pensais donc rentrer rapidement chez moi.

Je me suis rattrapé le lendemain matin. Lever a 5h30, pour un départ vers 5h45 et encore une séance inédite complètement improvisée. D’abord 10 premières minutes a 70% de FCM, puis les 10 suivantes a 75% pour terminer la phase d’échauffement par 10’ a 80%. J’ai ensuite enchaîné sans phase de récupération une augmentation régulière de l’allure toutes les 10 minutes. D’abord marathon, puis seuil pour finir a l’allure envisagée pour mon 15Km.

Encore 10 minutes de retour au calme et s’est parti pour une seconde journée judiciaire.

Le lendemain matin, rebelote, lever 5h30, mais cette fois ci 1h10 toute en endurance. Le jeudi repos, enfin je veux dire lever plus normal a 7 heure et pas de course.

Hier, jour du verdict, a nouveau lever a 5h30 pour une séance de seuil en deux phases de quinze minutes chacune. Comme pour les précédentes, avec le changement d’heures, tout se passe dans le noir, à la frontale. Je me cale juste sur le cardio que je regarde de temps en temps, ce n’est qu’a postérieuri que je consulte mes allures. Et elles sont plutôt bonnes, puisque j’ai tourné en 3’52 au kilomètre.

La dernière journée fut encore particulière, puisque nous avons enchaîné les plaidoiries du parquet et de la défense avant de nous enfermer plus de trois heures pour délibérer. Le tout bien sur sans pause ni alimentation.

Au final, je sors exténué de cette semaine, il faut dire que j’ai eu vraiment le sommeil difficile. Désormais, j’ai une semaine de vacances pour récupérer. Le hasard du calendrier fait bien les choses. En effet c’est aujourd’hui que débutent pour notre zone, les vacances de paques.

Comme d’habitude à cette période, nous nous rendons en bord de mer avec, j’espère le beau temps, j’ai devant moi de beaux footings en perspective.

2008-03-26 11:03:09 : j’ai retrouvé mon flingue - 2 photos - 22 réactions

Ceux qui parcourent régulièrement mes post savent que j’apprécie particulièrement les textes de renaud. Par mi mes liens favoris vous en trouverez un qui concerne le site des fans de ce chanteur.

D’ailleurs il y a quelques temps, j’avais déjà pris pour titre celui d’une de ses anciennes chansons (voir http://ggbi.courseapied.net/billet.php?idbillet=2677 ). Et il s’agit bien là encore d’un titre issus de son derniers album faisant référence de manière plus poétique a un ancien texte n’ayant rien a envier a ceux de nos rappeur ou slameurs d’aujourd’hui. Car si Renaud écrit encore, sa plume s’est largement assagie de nos jours.

Pourquoi je vous parle de lui, tout simplement parce que après avoir chaotiquement préparé et couru les trois heures de Chasseneuil, et avant d’entamer une courte préparation pour le marathon du mont saint Michel, j’ai décidé d’attaquer sur du court dès que j’aurais été déplâtré.

Normalement, on devrait enfin me retirer cet appareil de torture, le 14 avril. Soit dans un peu moins de trois semaines. C’est encore long, mais cela fait déjà 5 semaines aujourd’hui que je le porte. J’ai quand même fait le plus gros.

Si tout ce passe comme prévu, je participerai alors aux 15 km de Nieuil l’espoir le 20 avril, avec l’espoir justement de réaliser un temps de 57’30 a 58’30 (entre 3’50 et 3’55 au Km).
Et ensuite, je pense m’aligner sur les dix kilomètres de Buxerolles le 1er mai.

Pour se faire, j’ai décidé de renouveler ma paire de chaussure que j’utilise habituellement pour ce genre de distance. En effet, mes wave aéro affichent près de 1200 Km au compteur. Ce qui est déjà beaucoup pour ce modèle.

Comme je n’avais rien trouvé d’intéressant lors des soldes, je me suis tourné vers Internet et sa mondialisation. Ainsi j’ai troqué mes aéro contre des wave revolver. D’où le titre, ça y’est on y arrive.

D’autant plus que vu le cours du dollar, je n’ai pas hésité à les commander aux US. Même avec les frais de port, elles me reviennent largement moins cher qu’en europe. Ors dans son texte, Renaud fustige cet Amérique du grand capital dont il accuse entre autre chaque citoyen de posséder un flingue.

En tous cas, je suis assez satisfait du service, livrée en 5 jours pour la modique somme de 64 euros (environ 42 pour les chaussures et le reste en frais de port) avec la pointure commandée et qui correspond exactement a celle constatée en France au prix avoisinant les 100 euros.

Question poids, ce modèle de compétition est hyper légers. Avec 238 g, contre 245 g avec mes wave aéro, il n’y a pas grande différence, mais par contre avec mes wave précisions ou rider qui me servent pour les marathons, il y a 70 a 90g par chaussure et c’est vrais que lorsque j’utilise les modèle légers, je sens tout de même la différence.

Je n’ai pas encore eu l’occasion d’essayer mes nouvelles gommes, pour l’instant je suis encore en récupération de mon presque marathon, mais dès vendredi je pense reprendre les séances lactiques.
En attendant, j’ai repris la course a pieds tranquillement, jeudi dernier avec une heure d’endurance avec JF et son collègue. Puis vendredi je remettais ça, seul.

Dimanche derniers, avec quelques membres de l’association, on poussait a 1h10, puis 1h15 lundi et enfin hier reprise du fractionné avec deux fois 2,5 Km allure marathon.

Si j’avais encore les jambes lourdes en fin de semaine dernière, cette semaine j’ai déjà de bonnes sensations, même si j’ai un peu peiné hier lors de l’échauffement.

2008-03-20 17:53:06 : Il ne faut pas être superstitieux - 4 photos - 12 réactions

Chaque année, depuis maintenant 3 ans, a Chasseneuil début septembre, se déroule le forum des associations. Avant c’était fin août et comme ma femme et moi-même sommes assez actifs au sein de diverses associations, nous n’en manquions pas une édition.

Depuis le changement de date, ce forum tombait le même week end que celui du marathon du médoc. En 2005, pris de cours nous étions quand même allé dans la région de pauillac. Mais depuis, j’avais du renoncer à ce marathon festif.

Pourtant cette épreuve me tiens particulièrement a cœur. L’aspect festif, avec ces déguisements correspond bien a ma vision de la course loisir. Et puis ce fut mon premier marathon.

Donc quelle ne fut pas ma joie de constater dès septembre dernier qu’en 2008, le forum des associations n’aurait lieu qu’une semaine après le médoc. Du coup j’avais très vite décidé d’inscrire a nouveau cette course a mon calendrier, entraînant dans mon sillage une bonne partie de notre association.

Ainsi, nous serons 35 Chasseneuillais à fouler les terres viticoles des plus grands crus du bordelais. En fait nous serons 7 marathoniens dont deux coureurs viendront ici s’essayer pour la première fois sur la distance mythique et le reste en accompagnateurs et marcheur. Car se marathon ce déroule un samedi et le dimanche, il y a une marche d’une dizaine de kilomètres a allure libre avec comme pour la course de la veille, des points de dégustation oenologiques.

En tant que responsable, on m’a chargé d’inscrire tout ce petit monde à la marche, ainsi que quatre des sept coureurs. Il faut dire que l’inscription se déroule en deux phases, dont la première uniquement sur internet.

Aujourd’hui, je viens de recevoir par mail les confirmations de nos inscriptions accompagnées des numéros de dossard. Je porterais le numéro 1313. Pour moi qui suit un tantinet superstitieux, cela est double signe de je ne sais quoi, car j’ai jamais su si le chiffre 13 étais un chiffre porte bonheur ou non.

Pas d’inquiétudes tout de même, ce marathon qui sera le second de l’année après celui du mont saint michel, je devrais en principe le courir tranquillement. En effet, notre objectif est de partir ensemble sur une allure qui devrait convenir a tous. Soit environ 8 à 10 km/heures, loin de mes 14 habituels.

L’objectif étant de terminer dans la joie et si possible en profitant de certains ravitaillements colorés, mais aussi des huîtres et de l’entrecôte.

De toutes façons, même si le parcours est agréable avec tous les châteaux et les chemins de vignes, il n’est vraiment pas propice a la performance.

2008-03-17 12:41:22 : les trois heures de Chasseneuil - 1 photo - 15 réactions

Comme je l’indiquait la semaine dernière, je n’aie pu me résigner a regarder les autre courir et comme la douleur s’estompe, en fin de semaine dernière, ma décision étais prise.

C’est donc avec un plâtre, mais une motivation intacte que je m’alignais samedi après midi sur ma piste d’entraînement.

Le matin, je m’étais déjà rendu sur les lieux pour aider à installer. Ça commençait mal, le nouveau parcours que nous avions mis en place pour le dixième anniversaire de l’épreuve a été légèrement modifié, car selon le mesureur, il manquait 20 mètres.

Pour l’avoir parcouru de nombreuses fois a l’entraînement, mon GPS m’avais toujours indiqué 1,99 Km. Ce n’est donc pas 20, mais 10 qu’il manquait. Du coup, pour récupérer la distance ils ont rajouté deux virages en S sur une partie de chemin assez large qui sert habituellement de terrain de pétanque.

Voila une difficulté qui en plus du demi tour que nous n’avions pas pu éviter va obliger a réaliser une deuxième relance sur un parcours de 2Km.

Cela ne m’annonce rien de bon. Déjà, ma préparation a été plutôt chaotique, avec d’abord trois semaine intenses et assez positives, j’ai arrêté brutalement l’entraînement suite a une fracture du scaphoïde sur les pistes de ski.

Une semaine complète d’arrêt, puis reprise progressive au moment où, dans mon plan je devais réaliser les entraînements les plus intenses. Mais la douleur au poignet m’aura empêché de les réaliser.

Puis à deux semaines du départ, la douleur s’estompe et la forme reviens petit a petit. Une semaine avant le départ, je retrouve de bonnes sensations.

Cette boucle supplémentaire dans le parcours, mais surtout les prévisions météo m’inquiètent tout de même. Si le matin seul un léger vent viens souffler sur la pièce des cards, météo France annonce des orages et surtout un vent violent pour l’après midi.

Et ils ne s’étaient pas trompés, dès le départ, le vent perturbe la course et si je pars dans l’allure que je m’étais fixé d’environ 4’10/4’15 au kilomètre, le cardio grimpe vite. Dés lors, je sais que je ne serais pas sur les bases de mon record sur le marathon de lille-lens qui était de 2h57.

Je garde quand même l’espoir de passer la distance mythique avant le coup de feu final, mais je sais que ce sera dur. Seul petite satisfaction, je suis troisième et je vais essayer de garder cette place.

Pour essayer de garder l’espoir, je reste sur les bases de 2h57 même si je sais que je suis trop haut et que je risque de piocher sur la fin. Je me fixe comme objectif de tenir les deux premières heures à ce rythme quitte a lâcher un peu sur la dernière heure.

En plus du vent très violent, la pluie fait très vite son apparition et même de plus en plus fort. Au bout de 59’ je franchi les 14 kilomètres, exactement dans les temps prévus. C’est à ce moment qu’un coureur individuel me dépasse. Il est même beaucoup plus rapide que moi, mais tout de même pas si vite pour me mettre déjà un tour. Je viens de perdre la troisième place synonyme de podium.

Le moral en prend un coup et la pluie redouble dans cette seconde heure. Ce sont des trombes d’eau qui s’abattent sur les coureurs. Pour la partie du circuit située sur le nouveau chemin, cela ne pose pas trop de problèmes, le sol absorbe l’eau, mais sur la partie goudronnée, ce sont des gigantesques flaques d’eau qui s’imposent aux coureurs et il devient impossible de les éviter. Les pieds sont alors trempés.

Mais le pire, c’est dans le fameux double virage rajouté le matin même pour compléter le circuit. Ces virages sérés et la nature du sol ont transformé cette portion en gadoue et a chaque passage je manque de trébucher, m’obligeant a sérieusement ralentir pour éviter la chute.

Dans cette seconde heure, je souffre, mais conforme a mon objectif, je maintient l’allure et franchi le semi en 1h28’45, exactement comme a Dublin. Là bas, j’avais fait l’erreur d’accélérer, cette fois ci je suis plus sage et me contente de conserver ma vitesse.

De toutes façons, je commence déjà à ressentir de la fatigue. J’ai les poings crispé et je sais que c’est plutôt mauvais, alors quand j’y pense j’essaye de me relâcher. Mais c’est difficile, car si je ne maintiens pas le plâtre, il a tendance a bouger et cela me gène.

Je passe les 28 Km en 1h58 soit toujours à la même allure. Mais dans le tour qui suit, je faiblis. Et c’est là qu’un événement va venir relancer ma course. Le coureur qui m’avait doublé au bout d’une heure n’est plus très loin. Il doit souffrir.

Je fais un peu le forcing pour le rattraper. Nous discutons un peu. Je lui dis que je cherche à atteindre le marathon. Il me confirme que c’était son objectif aussi, mais qu’il n’y croit plus.

Nous sommes toujours dans les temps, mais moi aussi je suis septique, mais je commence par contre à croire au podium.

Ce quinzième tour que nous bouclons ensemble se termine en 8’45, soit 20 secondes de plus que les autres. C’est le début du mur. La dernière heure va être terrible, mais je veux m’accrocher.

Le seizième tour se boucle en un peu plus de 9’ et nous sommes toujours ensemble. Désormais, je finirais sur cette allure. Un rapide calcul me permet de constater que je ne parviendrais pas à atteindre les 42 Km. Et l’autre coureur accélère. Je préfère le laisser partir.

C’étais pour lui une tentative vaine, moins d’un kilomètre plus loin, je le reprend et dans le tour qui suit, il n’arrive pas a rester avec moi.

Dans la dernière demi heure, je vais prendre 550 mètres d’avance pour finir à 41,74 Km a 400 mètres du second qui a du aussi souffrir et qui fini a 50 mètre de la distance mythique.

Même le vainqueur, qui avec 46 km a survolé l’épreuve est loin de ses 47 Km espérés.

Cette fois ci encore, je n’avais pas le marathon en moins de trois heures. Je suis loin du niveau que j’avais l’année dernière a lille, mais beaucoup de circonstances y on concouru. Avec un plâtre et une météo vraiment difficile, rien de m’y a aidé.

Prochain objectif, le marathon du mont saint Michel le 24 mai. J’espère cette fois ci retrouver les conditions idéales pour a nouveau titiller les moins de trois heures.

Tous les billets

www.courseapied.net - info@courseapied.net