La course à pied Les blogs courseapied.net : GGBI

Le blog de GGBI

Flux rss du blog, des réactions

Les derniers billets

Mes catégories

Mes liens


Le forum courseapied.net

Le chat courseapied.net

Les blogs courseapied.net

2008-11-06 17:19:09 : Qui connait son sas

Nous approchons du jour fatidique du départ pour le 18ième marathon de la Rochelle et je viens, ce matin de recevoir le bon de retrait du dossard. Ce sera le numéro 440 qui correspond au second sas du départ quai Maubec, le départ le plus dense. Il réunit les hommes de moins de 49 ans.

Dans le premiers sas, il y aura environ 200 coureurs, puis nous serons à peu près 900 dans le miens. Le reste, encore 4600 coureurs suivra dans deux autres sas.

Par rapport à ma précédente participation, j’ai gagné un sas et ce n’est pas anodin, car je me souviens avoir été énormément gêné par des changements de rythmes forcés durant les trois premiers Km.

A presque trois semaines de l’échéance marathon, j’en suis au plus gros de ma préparation. Comme je l’indiquais dans le post précédant, je suis maintenant dans la préparation spécifique pour la course.

Après avoir privilégié le seuil, place aux fractionnés long allure marathon. Cette allure, je la calle au cardio. Je suis habitué maintenant, il doit rester en permanence autour de 170. La semaine dernière, a peine le temps de se remettre du 15 Km de Saint Maurice la clouère, avec une sortie d’une heure tranquille que j’attaquais dès le mardi par un 3 fois 3000M allure marathon.

Au total donc 9 Km à environ 15 Km/heures. Mon objectif est de 2h52 soit du 4’04 au Km, mais après les quatre premières semaines, j’ai encore l’allure précédente dans les jambes et difficile de se freiner.

Le lendemain, c’est aux aurores que j’attaquais une petite sortie de récupération d’une heure aux Ulis, lieu que je fréquente deux jours par semaines ces derniers temps.

De retour à Chasseneuil, direction la piste pour un 8 fois 800M en 2’52. Même si je suis dans la partie spécifique marathon, il reste toujours une séance lactique par semaine.

J’ai ainsi enchainé cinq entrainements en cinq jours, et ceci juste après le 15 Km. Ce n’étais peut être pas la meilleures organisation, mais je n’avais pas le choix.

Comme tous les deux ans, pour la toussaint, nous recevons nos amis Irlandais dans le cadre du jumelage et avec un programme très chargé qui s’étend du Jeudi soir au Dimanche soir, difficile de caler des entrainements sur ces trois jours.

Finalement, comme nous comptons parmi nos Irlandais un joggeur régulier, je l’ai accompagné le dimanche matin à notre rendez vous hebdomadaire.

Le lundi, c’est très fatigué par ce week-end festif que je me suis élancé le soir pour seulement 45 minutes d’endurance.

Le mardi retour à l’allure marathon avec deux fois 5000M, soit en tout 10 Km à une allure cette fois ci proche de l’objectif. La fatigue m’a aidé à me modérer.

Les semaines se suivent et se ressemblent, puisque aujourd’hui c’étais à nouveau des 800M, mais cette fois ci avec deux de plus, la séance était plutôt corsée, mais je l’ai tenu assez régulièrement à une allure moyenne similaire à celle du jeudi précédent en moins de 2’51.

Ce week-end, direction Brétignolles pour assister au départ du vendée globe, et à venir la seconde séance longue du programme. La semaine suivante sera tout aussi corsée que celle-ci avant, à deux semaines de l’objectif de réduire les distances, mais pas les allures.

Les réactions

Par CPAM 86, le 2008-11-06 22:44:44
Vous avez bu quoi encore avec les Irlandais? Incorrigible!

Par LINDA, le 2008-11-07 09:44:14
comment pouvez-vous boire autant de bières??

Par Odile Deré, le 2008-11-07 09:55:38
La Rochelle est désormais le seul marathon où l'on peut admirer les 2 tours jumelles

Par BVP, le 2008-11-07 09:57:22
Cher Monsieur B.I., il serait judicieux de flouter les marques sur vos sweat-shirts. Cordialement.
Le BVP (bureau de vérification des publicités)

Par joke-man, le 2008-11-07 10:42:39
bien joué GG
dimanche prochain on va se calmer sur l'apéro, si proche d'une grosse échéance. pour toi ça sera diabolo menthe ou vittel fraise. faudrait pas que tu nous refasse le coup de dimanche dernier à rouler sous la table. C* et robert ne savaient plus où se mettre. Cpam86, lui, te connait et y est habitué.
A dimanche

Par robert, le 2008-11-07 12:20:19
dimanche dernier louise et germaine sont rentrées avec un mal de tête terrible , elles veulent revenir !

Par joke-man, le 2008-11-07 14:06:09
tu m'étonnes qu'elles veulent revenir.
elles y ont pris gout et on ne les tenait plus toutes les 2, faut dire qu'elles avaient un peu trop forcé sur le panach', ça aide à passer un bon moment.

Par stephane86, le 2008-11-08 12:54:35
Salut GGBI, dossard 7453 pour mon premier Marathon...la pression monte !

Par stephane86, le 2008-11-08 13:18:02
Je tombe par hasard sur ce lien :
http://www.marathondelarochelle.com/index.php?option=com_content&task=view&id=229&Itemid=251

Je ne connais donc pas encore mon numéro définitif

Par GGBI, le 2008-11-09 19:31:24
Salut Stephane,

Que dis le lien ?
Impossible de le consulter sans authentification.

Par mieloup, le 2008-11-10 13:07:32
bonjour gérard
encore un marathon qui se profile avec ses espoirs et ses doutes
un nouveau défi en perspective
bonne fin de prépa à toi

Par stephane86, le 2008-11-11 10:28:57
Salut GGBI,

Authentification ?
Il faut aller sur le site du Marathon de La Rochelle, tout en haut, dans le cadre rouge.
Il y a eu un décallage au niveau des numéro de dossard. Les nouvelles cartes retrait seront envoyées prochainement
A+

Votre pseudo :

Votre commentaire


Combien fait un plus trois ? (en toute lettre)


Pendant la ballade Irlandaise, notre anglophone ne peux s'empêcher de faire le clown.


Après 15 Km dans les jambes, nous voici proche de l'arrivée.


Les 5 billets précédents

2008-10-29 08:16:11 : L’échapée belle - 0 photo - 29 réactions

Joli nom pour ce 15 km, dernier d’une série de trois épreuves regroupée autour d’un challenge.

Trois lieus géographiquement proches et trois clubs qui se sont associés afin de donner une motivation supplémentaire pour s’inscrire aux trois courses réparties tout au long de l’année.

Cela m’a permis en 2008 de me relancer sur une distance que j’avais délaissée depuis longtemps. J’y avais laissé un record d’un autre temps avec 1h06 lors de mon unique participation en 2004, à Vernon justement une des trois villes organisatrice du challenge Jean le Bon.

L’objectif au printemps, pour la première des trois épreuves à Nieuil l’espoir était de descendre sous l’heure. Contrat rempli, mais avec difficultés en 59’32. Il faut dire que j’étais, à l’époque encore plâtré.

Ce chrono me permettait déjà de monter sur le podium en finissant 3ième de ma catégorie. Me permettant donc de bien me positionner avant la seconde épreuve au début de l’été dernier.

A Vernon, le parcours est tout plat et profitant de mes progrès réalisés dans la saison, j’en terminais en 57’53, soit près de deux minutes de gagnées. Ce qui me permettait de me hisser à la seconde place du classement du jour et du challenge.

Dimanche, à Saint Maurice la clouère, fort des progrès encore réalisés en ce début d’automne, je m’alignais avec l’objectif ambitieux de titiller les 16 km/heures soit du 3’45 au Km.

Je ne connais pas le circuit, mais je le sais moins plat qu’a Vernon. D’autant plus que lors de l’échauffement, je me suis aventuré sur les derniers hectomètres. La fin est très dure.

Le départ est donné à 10 heures, soit, tenant compte du changement d’heure, en fin de matinée. Ce n’est pas plus mal, il fait froid, mais le soleil omniprésent à permis de réchauffer légèrement l’atmosphère.

Nous sommes plus de 600 à nous élancer pour une ou deux boucles de 7,5 Km. En fait le challenge compte deux épreuves et à chaque course, les 15 Km se font donc en deux boucles. J’aime bien ce principe, cela permet de bien connaitre le circuit lors du second passage.

Le début est plutôt favorable et bénéficiant du relief avantageux et de la traditionnelle euphorie du départ, je passe le premier Km en 3’20. Beaucoup trop rapide, mais déjà depuis quelque centaines de mètres j’avais ralenti mon allure.

Le peloton s’est vite étiré et je me retrouve dans un groupe de trois coureurs, deux du CA Pictave, le club de Poitiers regroupant la plupart des meilleurs coureurs locaux et moi même.

D’ailleurs dans ce groupe, se trouve mon adversaire direct, celui qui me précède au classement général de ma catégorie. A chaque fois, il a été le plus rapide et a terminé une minute devant moi.

Leur allure est intense, mais me convient bien. Nous enchainons ensemble les Km. Le parcours n’est qu’une succession de légères montées suivies de descentes. En fait la seule difficulté, ce sont les fameux 500 derniers mètres.
A l’approche de la fin de la première boucle, mes deux compagnons accélèrent légèrement le rythme. Je préfère les laisser filer afin de préserver mes chances de tenir mon objectif.

Dans la montée finale, deux coureurs me dépassent. Ils en finissent avec leur course de 7,5 K. Pour ma part j’ai encore un tour à faire. Je franchi seul le passage de la moitié en 28’, largement dans les temps. Mais là, j’ai un petit coup de mou à cause de cette cote casse pates.

Le moral reste tout de même bon. Même si je pers une minutes dans la seconde boucle, je finirais en moins de 57’. Et surtout, j’ai en ligne de mire un groupe de 5 coureurs. En fait mes deux compères de la première boucle ne sont pas partis loin et on déjà rejoint trois autres coureurs.

Durant le début de cette seconde partie, j’accélère légèrement afin de rattraper ce groupe.

Contrairement à ce que je craignais, je tiens bien le rythme et si je ne parviens pas à rejoindre tout le monde, je double quand même deux coureurs et je ne suis pas loin d’en rejoindre un autre à l’approche de l’arrivée.

La longue cote que je grimpe péniblement lui permettra de conserver quelques secondes d’avance.

Je fini en 56’37, soit très proche des 16 Km/heures que je savais inaccessibles. En trois courses, j’ai tout de même amélioré le chrono de 3 minutes. Je suis à nouveau second de ma catégorie, toujours derrière le même coureur qui, cette fois ci, ne met que 50 secondes de mieux.

Après un 20 Km à Vouneuil il y a deux semaines et ce 15 Km de dimanche dernier, place désormais à l’ultime phase de préparation au marathon de La Rochelle.

Ce derniers mois sera en grande partie consacrée à l’allure spécifique que j’ai délaissée ces derniers temps au profit d’un énorme travail au seuil.

Il me reste un peu plus de 2 semaines pour mener à bien cet objectif. Les deux dernières seront consacrées au repos post marathon.

2008-10-22 08:00:51 : flashé sur la N7 - 4 photos - 22 réactions

Nous avons profité d’un ensoleillement improbable en cette mi octobre pour venir passer le week-end dans la région parisienne. L’objectif était de profiter des entrées au parc Asterix obtenues par mon CE et qui arrivaient à expiration.

C’était vraiment le bon moment, le climat y était propice et dans les ultimes jours d’ouverture, il n’y a pas l’affluence des grand week-end estivaux. Cela nous a permis de faire le tour complet du parc et de profiter de la quasi-totalité des attractions.

Nous avons eu droit à quelques petites sensations avec le menhir express, une grande descente dans une embarcation sur rails avec une arrivée dans l’eau. Le grand splach, encore une attraction nautique. Un manège de balançoires aériennes ou encore, toujours dans le registre balançoire, le drakar qui vous transporte de la poupe à la proue en a peine une seconde.

Et puis il y a eu cette petite virée familiale a bord d’une voiture d’un autre siècle. Ma fille au volant et le radar qui se déclenche. Ça lui fera une photo souvenir de sa première leçon de conduite.

Après une telle journée, retour à l’hôtel à Montreuil. J’ai choisi cet endroit pour son accès facile en provenance de notre région et surtout en prévision du marathon de Paris.

Des hôtels pour accueillir une famille, il n’y en a pas beaucoup, et à deux pas de vincennes, nous serons idéalement situés pour que les accompagnants puissent se rendre a pieds au Km 10 avant l’entrée dans le bois et au semi à la sortie.

En attendant le 5 avril prochain pour ma seconde participation à ce marathon parisien, j’ai profité du calme de l’aurore banlieusarde pour réaliser ma première sortie longue en prévision d'un autre marathon, celui de la Rochelle. Deux heures à travers les rues de Montreuil. Je connais bien cette banlieue pour y avoir travaillé trois années durant pendant ma période étudiante.

Auparavant, j’avais commencé la semaine plutôt calme afin de récupérer des 20 Km de Vouneuil. Deux sorties en endurance le lundi et le mardi. Une heure pour la première et une heure dix pour la seconde.

Jeudi, retour aux fractionnés sur la piste pièce des cards. Il s’agissait de se préparer a ma prochaine course à Saint Maurice la clouère. Le dernier 15 Km du chalenge jean le bon. Au programme, après une demi heure d’échauffement, 3*3000 M en 3’45/Km.

Le lendemain, j’ai enchainé sur une longue séance de VMA avec deux séries de 5 fois 600 M en 2’05. Enfin hier, a nouveau une série de 3*2000M a l’allure envisagée pour ce 15 Km.

Je prévois encore deux petites séances avec un 5*300M et un peu d’endurance pour clôturer cette semaine précompétitive.

2008-10-13 15:32:56 : Records aux 20 Km de Vouneuil sous Biard - 2 photos - 24 réactions

Hier, c’étais donc la trentième édition de la course la plus populaire de la vienne (sans compter bien sur le marathon du futuroscope qui lui à une ampleur plus nationale). Cette popularité n’a pas faillit à la règle, puisse que ce sont 1200 coureurs qui se sont élancés a l’assaut du parcours inchangé depuis de nombreuses années.

Le circuit est plutôt sélectif avec la présence de deux cotes d’environ 500 mètres à plus de 15%. Avec au programme un 10 et un 20 Km, les courageux dont je fais partis en sont quittes à gravir ces deux difficultés une seconde fois.

Avant d’en arriver là, le départ est donné en descente et s’est donc sur une allure assez rapide que je m’élance parmi les premiers du peloton afin d’éviter les bousculades inévitables dues à l’étroitesse de la chaussée sur les trois premiers Km.

L’allure est rapide, mais je ne force pas et franchi le premier Km en 3’25. Mon objectif est d’environ 3’55 au kilomètre, emporté par l’élan, je suis largement trop rapide, mais la descente est à l’image des ascensions qui nous attendent dans la seconde partie du parcours.

Après cet échauffement dans les rues de Vouneuil, nous empruntons un chemin le long de la boivre, le petit court d’eau local. Ce passage est assez agréable, cette portion toute plate est très ombragée et ce sera un plus, notamment au second passage où le soleil commence déjà se faire sentir.

Dans ce second kilomètre, je continue sur ma lancée et passe en 3’46. J’en profite pour rattraper un amis inscrit sur le 10Km et qui m’accompagnera jusqu’en haut de la première difficulté.

Le rythme est légèrement plus rapide que prévu, mais je sais que la seconde partie fera baisser ma moyenne et surtout je me sens à l’aise et mon cardio bloqué sur 176 puls me confirme ces sensations.

Arrivé au milieu du 5ième Km, nous entamons la première cote, elle est plutôt impressionnante vue d’en bas. Je grimpe tranquille et au milieu passe le Km 5 en 18’45. Je suis largement dans mes objectifs et même plutôt sur une fourchette haute, puisque je vise moins de 1h20, disons qu’un 1h18 et quelques me comblerai.

Pour l’heure je suis dans le dur du programme, car en haut de cette cote casse pates, nous enchainons sur une succession montées entrecoupées de passages assez plats. Il faut bien rattraper le dénivelé descendu lors du premier Km et aussi celui, tout aussi important, qui nous attend en fin de boucle.

Le ravitaillement situé peu après la première cote permet de prendre quelques forces pour partir à l’assaut de la seconde difficulté située moins de deux kilomètres plus loin.

Et pas de répits dans cette partie où l’on continue de grimper avec ça et là quelques petites descentes. Le chrono s’en ressent, déjà le kilomètre 6 comportant la plus grande partie de la cote s’est arrêté sur un 4’26. Le suivant n’est gère plus brillant avec 4’05 il faut dire que celui-ci se termine par la seconde ascension.

Que du bonheur pour cette fin de parcours, avec d’abord un passage assez plat dans lequel je peux enfin relancer et passer en 3’42. Un second ravitaillement pour à nouveau prendre des forces, puis un chemin qui nous mène droit vers la longue descente du dernier Km.

A l’issue de ce dernier Km, je perds une bonne partie des coureurs qui m’entouraient. Ils en finissent avec leur 10 Km. Pour ma part je passe la mi parcours en 38’40, largement dans les temps.

C’est reparti pour un tour, avec encore de la descente. J’en profite pour rejoindre un coureur qui me devançait légèrement. Nous nous relayons dans le chemin et rattrapons ainsi un autre coureur.

Toujours très a l’aise je relance dans cette portion assez plate, mes deux compagnons ne peuvent suivre et me voilà à nouveau seul. Dans la montée du 15ième Km, je rejoins deux autres coureurs en perditions. Parmi eux se trouve le vainqueur de la 25ième édition, la première de toutes les courses auxquelles j’ai participé. Il n’a peut être pas la même aisance qu’il y à 5 ans, mais pour un V2 il se défend bien. D’ailleurs il finira second de sa catégorie.

Ces deux coureurs sont pour l’heure en difficulté et à la faveur de cette cote assez raide, je les passe très rapidement pour me retrouver immédiatement seul. Dès lors je ne rejoindrais plus d’autres coureurs, mis à part quelques retardataires de la petite boucle.

En haut de ce quinzième kilomètre, je sais que le plus dur est fait et le chrono de 57’46 signe de record sur cette distance est vraiment encourageant à deux semaine de la dernière étape du challenge Jean le Bon à Saint maurice la clouère.

Il est très encourageant aussi pour l’issus de ce 20 kilomètre qui en fait n’en compte que 19,6. Le départ n’étant pas exactement situé au même endroit que l’arrivée, la seconde boucle se trouve ainsi amputée de 400 mètre. Je le sais et je me sens alors des ailes après le ravitaillement.

A moins de 4,5 Km de l’arrivée, je n’ai plus qu’une dernière difficulté avant de plonger vers l’arrivée. Ils sont quand même durs ces hectomètres qui séparent les deux ascensions.

Une fois en haut, je n’aie plus qu’à dérouler. Derrière moi plus personne, devant non plus.

Si pendant longtemps j’ai pu apercevoir le groupe qui me précédais, s’en et fini et pour cause, ils ont plus d’une minute d’avance.

Qu’importe, j’en termine en 1h16 et 10 secondes, bien au dessus de mon objectif initial qui étais de moins de 1h20. En deux ans, j’ai progressé de 6 minutes sur ce même parcours. Relaché dans l’ultime Km, je me dis que j’aurais même pu descendre sous les 1h16.

Me voilà déjà un objectif pour la 31ième édition de cette course qui semble définitivement être devenue la course préférée de tous les pictaviens.

2008-10-10 08:32:49 : Les fondus fêtent leurs 30 ans. - 0 photo - 13 réactions

Dimanche si vous souhaitez voir le premier coureur franchir la ligne du trentième 20 Km populaire, ce n’est pas du coté de Paris qu’il faudra regarder.

En effet, avec un départ à 9h30, il y a fort à parier que malgré l’absence de Kenyans dans les rues de Vouneuil sous biard les meilleurs coureurs arriveront à garder quelques minutes d’avance sur leurs homologues parisiens qui fêterons eux aussi la trentième édition du 20 Km.

Pour cet anniversaire, le club local des fondus s’active déjà depuis quelques temps. La visite la veille de l’ultra fondeur Serge Girard permet de mesurer l’importance qu’à prise cette épreuve durant les dernières années.

Déjà il y a cinq ans, pour la 25ième édition, ils avaient du refuser les dernières demande de participation. J’y étais pour ma première compétition. Cela reste un grand souvenir, alors que je pratiquais seul ce sport depuis près d’un an, je me retrouvais au cœur d’un peloton dépassant pour la première fois les milles unités.

Il fallait oser, s’inscrire sur une distance de 20 Km dès la première course. Je m’étais inscrit quelques jours plus tôt sur l’impulsion de mon collègue adepte lui aussi, à l’époque, du jogging. La sagesse aurais du m’inciter à m’aligner sur l’épreuve du 10 Km qui pars en même temps. Mais déjà à cette époque, j’étais attiré par les longues distances.

Je ne m’en étais pas trop mal sorti pour un novice, puisque pour cette compétition j’avais frôlé la barrière des 1h30.

Du coup j’ai pris plaisir à pratiquer ce sport, je me suis pas mal intéressé aux technique d’entrainement qui permettent, non seulement d’améliorer ses performances, mais aussi d’augmenter la durée et l’intensité des entrainements sans générer trop de fatigue.

Depuis j’ai accumulé les courses, j'en suis à presque 70, dont trois autres éditions de cette épreuve des fondus. Je n’ai en fait raté que l’édition 2007 pour cause de mariage.

Dimanche, je serais aussi de la fête. Leur anniversaire c’est aussi le miens puisque ce sera donc mes cinq ans de compétitions et j’espère, pour l’occasion arriver avant les premiers Keynians de paris. En fait j’espère même descendre sous les 1h20.

J’ai donc accès mes derniers entrainements sur cette échéance. La semaine dernière s’est achevée par deux fractionnés long dans les rues des Ulis avec, le jeudi un 4 Km suivi de 2 fois 3 Km a l’allure de course envisagée pour dimanche, soit 10 Km cumulés en un peu plus de 38 minutes.
Le lendemain, deux fois 4000M allure marathon pour finir ma semaine banlieusarde.

Dimanche près d’une heure quarante d’allure tranquille en compagnie de mes collègues de Chasseneuil loisirs.

Un petit week-end sur mes terres, pour repartir à nouveau en déplacement dans ma banlieue préférée.

Cette semaine, mes entrainements ont été moins intenses, lundi une heure quinze d’endurance pour un peu plus de 15 Km.

Le lendemain trois fois 2000M d’allure semi, suffisamment pour mémoriser l’allure, mais pas trop pour ne pas accumuler de fatigue. Mercredi, une heure d’endurance et enfin hier une petite séance de fractionnés toniques avec 5 fois 300M en 55 secondes de moyenne.

Maintenant, deux jours de repos avant de s’élancer pour deux boucles dans les rues de Vouneuil.

2008-10-01 08:06:10 : La course du temps - 1 photo - 13 réactions

Je ne suis pas sur que cela soit une bonne nouvelle, mais tous les ans, en ce premier jour d’octobre j’incrémente le compteur de mon âge.

Le chiffre n’est pas encore si imposant, parfois j’aimerai quand même qu’il reste figé. Car une chose est sure, son avancée est irréversible. Avec 41 bougies, il va tout de même me falloir un sacré gâteau.

Pour l’heure, la fête est remise, car je suis en déplacement professionnel. J’en profite pour travailler un peu ma vitesse avec des séances VMA.

La semaine dernière c’est terminée par un fractionné court. Dix fois 200M en 36/37 secondes. Cette séance a pour objectif de travailler la vitesse. Avec un cumul d’à peine plus de six minutes, on retrouve le temps de soutient de cette fameuse allure. Mais elle est courue à 106%.

Après une séance de seuil le lendemain, c’est à Bretignolles que j’ai terminé la semaine. Un week end en bord de mer très ensoleillé. J’en ai profité pour faire une séance d’une heure trente en endurance le long de la mer.

Retour sur les fractionnés courts ce lundi, mais on double la distance avec dix fois 400 M en 1’18. On double la distance, mais le temps aussi. Avec une allure plus proche de la VMA, il s’agit cette fois ci d’augmenter le temps de soutien.

Hier petite séance d’endurance, une heure a 12 km/heures dans les rues désertes de la zone artisanale des Ulis.

Maintenant, je vais vraiment allonger les distances afin d’être prêt pour la prochaine course le 11 octobre à Vouneuil sous Biard. Encore un anniversaire, puisqu’il s’agit de la trentième édition d’une des courses les plus populaire de la Vienne. Chaque année, la course des fondus accueille un bon millier de coureurs sur les distances de 10 ou de 20 Km (http://www.lesfondus.fr/ ).

Pour ma part, j’envisage le 20 Km histoire justement, après plusieurs courses courtes entre 10 et 15 Km cet été, de renouer avec des distances plus importantes.

Tous les billets

www.courseapied.net - info@courseapied.net