La course à pied Les blogs courseapied.net : GGBI

Le blog de GGBI

Flux rss du blog, des réactions

Les derniers billets

Mes catégories

Mes liens


Le forum courseapied.net

Le chat courseapied.net

Les blogs courseapied.net

2008-11-18 11:36:29 : Dernière ligne droite

Nous sommes entrés dans l’ultime phase de préparation pour l’un des marathons automnaux les plus prisés de France. Désormais à moins de deux semaines du départ, le plus gros de l’entrainement est fini.

J’en ai même fini depuis samedi, et la dernière sortie de la semaine. Sur mon dernier post, je vous avais laissé sur un 8 fois 1000M pas très convainquant. La semaine s’est terminée sur le même sentiment.

Après deux compétitions, l’une de 20 Km, l’autre de 15, plutôt réussies, j’ai enchainé sans repos, par trois semaines de préparation intense. Avec chaque semaine un fractionné VMA, huit fois 800M la première semaine, dix fois cette distance la suivante et enfin le fameux huit fois mille mètres.

Après une séance d’endurance d’une heure à une heure trente, un second fractionné à allure marathon, cette fois ci. Trois fois 3000M, puis deux fois 5000M la semaine suivante. La semaine dernière, j’ai accomplis l’ultime grosse séance à cette allure avec directement 10000M, réalisés en 40’09, soit une allure légèrement plus rapide que l’objectif, mais avec aussi des pulsations un peu au dessus pour une moyenne de 174. Alors que je pense partir plutôt autour de 170.

Vendredi dernier, lendemain de cette séance qui m’a vu parcourir en tout 20 Km, la dernière sortie longue de deux heures trente toute en endurance.

Je ne suis pas de ceux qui incluent de l’allure marathon dans ces séances. J’en avais déjà assez fait la veille.
Mine de rien, à 12 Km/heures de moyenne, j’ai parcouru tout de même 30 kilomètres à travers la campagne, Saint-George, Dissay, Jaunay Clan, Parigny, Chincé, Louneuil, puis retour sur Chasseneuil par Jaunay clan à nouveau.

Ceux qui connaissent la région auront surement reconnu quelques noms, d’autant plus que certain de ces villages sont traversés par l’ancien parcours du marathon du futuroscope.

Dernière séance Samedi avec 1 heure quarante en partie avec mes voisins.

Nous sommes sept de notre lotissement à nous être engagés pour ce marathon. Nous étions quatre de ceux là à courir ensemble samedi à allure assez calme. Juste ce qu’il me fallait après les 50 Km cumulés les deux jours précédents.

Je boucle ainsi mes trois semaines intensives avec un kilométrage inédit pour moi. D’abord 74 Km, puis 91 Km et enfin 98 Km la semaine dernière.

L’essentiel de la préparation est terminée, et c’est tant mieux, car je commence tout de même à être sérieusement émoussé et je ressens quelques douleurs musculaires.

Cette semaine on réduit tout, hier la séance VMA est passé à 6*600M, loin des 8 Km de fractionnés cumulés les semaines précédentes. Demain, la séance d’allure marathon ne devrait comporter que deux fractions de 2,5 Km et mes deux séances d’endurance vont se limiter à 1 heure aujourd’hui et 45 minutes vendredi.

La semaine prochaine sera encore plus pauvre en entrainements, puisque je n’ai pas prévu de séance supérieure à 40 minutes. Hormis, bien sur le marathon le 30 Novembre.

Les réactions

Par CPAM, le 2008-11-18 11:40:35
Et molo sur les apéros GG svp!

Par joke-man, le 2008-11-18 11:41:30
bien joué GG, belle prépa, comme souvent.
RDV pris pour dimanche 30 au café leffe sur le vieux port (je l'ai fait ouvrir pour l'occasion). tu seras là vers quelle heure pour l'apéro ?

Par james, le 2008-11-18 12:19:21
Ancien parcours du Futuroscope GGBI (tu as raison) car depuis ce matin on peut visualiser sur le site, le nouveau tracé www.marathon-poitiers-futuroscope.com
Bonne chance à La Rochelle : on t'encouragera !

Par CPAM (la vraie), le 2008-11-18 13:33:35
GG je vois que tu es passé à Louneil (sous préfecture du dûché de vouneuil), as tu par le plus grand des hasards croisé Thérèse la directrice du club de tir à l'arc. Elle a fait une demande de prise en charge de test de grossesse et j'ai eu l'accord de la direction.
si tu peux faire suivre

je te bise et on se voit avec joke-man le vrai à l'apéro, j'amène du chorizo au sanglier

Par GGBI, le 2008-11-18 14:00:19
Salut James, avec un départ de Poitiers, le nouveau parcours est vraiment plus roulant.

ça me fait encore plus rager de le rater, car il passe devant chez moi.

lien vers le futur parcours : http://www.marathon-futuroscope.com/parcours.php

Par joke-man, le 2008-11-18 14:01:07
@Cpam
tu es trop bon(ne)
mais pas trop relevé le chorizo, car j'ai du mal, en ce moment, à manger épicé (surtout en même temps)
merçi d'avançe

Par Cpam, le 2008-11-18 14:27:19
he joke, tu pourrais pas inviter Jcc, il a plus son riri pour le couver!

Par joke-man, le 2008-11-18 14:44:17
tu crois Cpam ?

Par viennois, le 2008-11-18 14:48:13
il ya un marathon a Poitiers?

Par GGBI, le 2008-11-18 14:49:50
Bonjour Viennois,
Il s'agit du marathon du futuroscope qui en 2009 partira de Poitiers.

Toutes les infos sur le site : http://www.marathon-futuroscope.com/

Par Caf86, le 2008-11-18 14:53:11
@CPAM, Salut et fraternité, pour Thérèse, tu peux me renvoyer le résultat directement, on n’est jamais trop en avance pour le versement de la prime de naissance. J’ai vu dans son dossier que c’était le premier, dis lui bien que les allocs c’est seulement à partir du deuxième, malgré les annonces de campagne…
Allez GG, la Vienne en Force ! J’ai vu les résultats de ton Yasso800, c’est optimal pour une belle perf !

Par CPAM, le 2008-11-18 15:09:59
@joke-man
ok j'amène du chorizo doux et de la suze
je te comprends moi aussi j'ai des problèmes de transit des fois et dans ce cas je prends des pruneaux sans gluten et à 0% de MG. après ça passe

@caf86
Ok, j'avoue sur ce coup on aurait pas du à avoir à traiter le dossier. En fait thérèse je la trouve pas si grosse que ça mais bon le test fait foi. Elle a du reprendre du gratin à la kermesse de chasseneuil la semaine dernière

Par , le 2008-11-18 18:06:22
Le test de Thérèse fout les fois oui!

Par wimm, le 2008-11-19 08:39:15
j'aimerai avoir ta forme gégé !

Par zep, le 2008-11-19 10:11:46
Bonne fin de préparation et bon marathon.

Il y a un complot des tortues et des montagnards pour faire main mise sur les blogs et ne plus afficher les autres en première page. Ils font forts !

Par Krusti, le 2008-11-19 11:52:36

Gérard, on se croisera sans doute à la Rochelle (pour l'apéro ?).
Je tenterai de te nikoniser. ;)
En tous cas une prépa sans gros soucis, ça fait têver.

Par Mel, le 2008-11-19 12:20:42
Krusti, j'y serai si tu y avs
gros bisous mon clown

Par joke-man, le 2008-11-19 19:14:11
fais attention gégé avec tous les apéros que tu t'enfiles à ne pas te faire pincer au volant de ta voiture !

Par CPAM, le 2008-11-19 22:32:25
fait gaffe gégé ton bistrot va fermer et pour en retrouver un autre dans ton petit bled c'est pas facile !
tu peux aller chercher des packs de biére aux coop du coin mais tu seras facilement repéré !

Par Krusti, le 2008-11-20 11:00:25
Merci Mel j'aurai bien besoin de ton aide pour oublier que ma Buns court plus vite que moi !

Par GGBI, le 2008-11-21 08:53:57
Salut Krusti,

tu viens en touriste à la Rochelle ?

Par mielou, le 2008-11-21 14:52:50
'jour gérard
tu devrais retrouver quelques têtes connues à ce sympathique marathon
en espérant pas trop de vent
amicalement

Par Krusti, le 2008-11-21 18:23:53

Salut Gérard, oui je viens en touriste, enfin en reporter du Dimanche, avec mon Nikon...

Votre pseudo :

Votre commentaire


Combien fait un plus trois ? (en toute lettre)

Les 5 billets précédents

2008-11-12 09:04:18 : C’est parti pour trois mois de compétition - 0 photo - 16 réactions

C’est devenu une épreuve incontournable dans le calendrier français. Tous les quatre ans, début novembre, quelques dizaines de passionnés s’élancent pour une des courses les plus longues du monde sportif.

Verdict, probablement en février prochain. Il ne s’agit pas d’une course pédestre, mais nautique. Ce week-end, la foule s’étais donnée rendez vous aux abords du port des sables d’Olonnes pour le départ du Vendée globe.

En tout, une trentaine de bateaux avec leur skippeur ont franchi la ligne de départ. Seul une poignée franchira heureux la ligne d’arrivée. Déjà plus de cinq compétiteurs ont connus des avaries relativement importantes.

Au milieu de cet événement j’ai poursuivi ma préparation pour le prochain marathon de la Rochelle. Il s’agissait de réaliser la seconde sortie longue du plan. Après deux heures aux aurores dans la banlieue parisienne au lendemain de la visite du parc Astérix, cette fois ci c’est pour deux heures et quart que nous sommes partis du port des sables d’Olonnes pour rallier le centre de Bretignolles sur mer situé une vingtaine de kilomètres plus au nord.

Je dis bien nous, car pour ce week-end, et cette sortie en particulier, j’étais accompagné de Hervé, un amis qui étais déjà de la partie l’année dernière a Dublin, mais aussi en mai dernier au Mont Saint Michel et enfin en septembre dernier au médoc.

Comme moi, il est aussi inscrit à la Rochelle. En un peu plus d’un an, ce sera donc notre quatrième marathon en commun.

Le parcours de cette longue sortie, je commence à bien le connaitre, puisque je le foule pour la troisième fois. Voir mes deux précédents périples ici : http://ggbi.courseapied.net/billet.php?idbillet=3512 et http://ggbi.courseapied.net/billet.php?idbillet=4105

Après avoir longé le port, puis la plage des sables d’Olonnes, direction la foret des Olonnes. Ensuite nous avons eu droit à la pittoresque traversée des marais salants avant de retrouver la foret de Brem, cette fois ci.

Ce n’est qu’en fin de parcours, une fois arrivés à Bretignolles que nous retrouvons la plage. Enfin, d’abord dans les dunes, nous n’avons droit qu’au doux bruit du flux et reflux avant de pouvoir enfin à nouveau admirer la mer dans les ultimes kilomètres.

Pas pour longtemps, un petit tour en nocturne dans le centre de Brétignolles nous aura permis d’atteindre un peu après dix huit heures l’objectif des deux heures et quart de course au rythme moyen de 11,13 Km/heures.

Après un dimanche de repos et, surtout de retour sur nos terres chasseneuillaises, me voilà à nouveau sur ma piste fétiche avec le dernier gros fractionné. Au programme, huit fois mile mètres allure 10 Km.

Fort de mes dix fois 800M en 2’51 la semaine dernière, il me semblait tellement évident de conserver cette allure pour une séance qui toutes fractions cumulées représente la même distance.

J’aurais du mieux consulter mes fiches, car si les 800M se font en 2’51, les 1000 auraient du se faire en 3’40 et non pas 3’35 mon objectif du jour.

Ajouté à cela une météo plutôt difficile avec des rafales
de vents, une accumulation de fatigue et une trop grande proximité de ma précédente séance VMA, et voilà tous les ingrédients réunis pour « rater » cette série.

Je sais que j’ai encore chargé le calendrier, pour cause de 11 novembre en famille, je me sens un peu obligé de tout resserrer.

Du coup, je pars un peu vite, beaucoup même puisque sur la première fraction, je passe le 400M en 1’21, le 800M en 2’46 et fini tranquille en 3’32. Le mal est déjà fait, en partant trop vite, je finirai un peu à la peine.

De 3’34 dans les deux fractions suivantes, je passe ensuite en 3’37 dans les deux séries du milieu. Mais surtout, à trois fractions de la fin, je suis cuit et m’entête quand même à finir en 3’39/3’43 et enfin 3’42.

Au final, pas si loin des 3’40 qui auraient du être mon allure moyenne, mais il aurait mieux valu être plus régulier, c’est une des clés d’un entrainement réussi.

Le lendemain matin, c’est encore très courbaturé que je réalise une sortie à jeun de presque une heure. En terminant sous le soleil levant, je regrette vraiment de ne pas avoir conservé cet ultime gros fractionné pour ce jour férié qui s’annonce sans vent.

2008-11-06 17:19:09 : Qui connait son sas - 2 photos - 12 réactions

Nous approchons du jour fatidique du départ pour le 18ième marathon de la Rochelle et je viens, ce matin de recevoir le bon de retrait du dossard. Ce sera le numéro 440 qui correspond au second sas du départ quai Maubec, le départ le plus dense. Il réunit les hommes de moins de 49 ans.

Dans le premiers sas, il y aura environ 200 coureurs, puis nous serons à peu près 900 dans le miens. Le reste, encore 4600 coureurs suivra dans deux autres sas.

Par rapport à ma précédente participation, j’ai gagné un sas et ce n’est pas anodin, car je me souviens avoir été énormément gêné par des changements de rythmes forcés durant les trois premiers Km.

A presque trois semaines de l’échéance marathon, j’en suis au plus gros de ma préparation. Comme je l’indiquais dans le post précédant, je suis maintenant dans la préparation spécifique pour la course.

Après avoir privilégié le seuil, place aux fractionnés long allure marathon. Cette allure, je la calle au cardio. Je suis habitué maintenant, il doit rester en permanence autour de 170. La semaine dernière, a peine le temps de se remettre du 15 Km de Saint Maurice la clouère, avec une sortie d’une heure tranquille que j’attaquais dès le mardi par un 3 fois 3000M allure marathon.

Au total donc 9 Km à environ 15 Km/heures. Mon objectif est de 2h52 soit du 4’04 au Km, mais après les quatre premières semaines, j’ai encore l’allure précédente dans les jambes et difficile de se freiner.

Le lendemain, c’est aux aurores que j’attaquais une petite sortie de récupération d’une heure aux Ulis, lieu que je fréquente deux jours par semaines ces derniers temps.

De retour à Chasseneuil, direction la piste pour un 8 fois 800M en 2’52. Même si je suis dans la partie spécifique marathon, il reste toujours une séance lactique par semaine.

J’ai ainsi enchainé cinq entrainements en cinq jours, et ceci juste après le 15 Km. Ce n’étais peut être pas la meilleures organisation, mais je n’avais pas le choix.

Comme tous les deux ans, pour la toussaint, nous recevons nos amis Irlandais dans le cadre du jumelage et avec un programme très chargé qui s’étend du Jeudi soir au Dimanche soir, difficile de caler des entrainements sur ces trois jours.

Finalement, comme nous comptons parmi nos Irlandais un joggeur régulier, je l’ai accompagné le dimanche matin à notre rendez vous hebdomadaire.

Le lundi, c’est très fatigué par ce week-end festif que je me suis élancé le soir pour seulement 45 minutes d’endurance.

Le mardi retour à l’allure marathon avec deux fois 5000M, soit en tout 10 Km à une allure cette fois ci proche de l’objectif. La fatigue m’a aidé à me modérer.

Les semaines se suivent et se ressemblent, puisque aujourd’hui c’étais à nouveau des 800M, mais cette fois ci avec deux de plus, la séance était plutôt corsée, mais je l’ai tenu assez régulièrement à une allure moyenne similaire à celle du jeudi précédent en moins de 2’51.

Ce week-end, direction Brétignolles pour assister au départ du vendée globe, et à venir la seconde séance longue du programme. La semaine suivante sera tout aussi corsée que celle-ci avant, à deux semaines de l’objectif de réduire les distances, mais pas les allures.

2008-10-29 08:16:11 : L’échapée belle - 0 photo - 29 réactions

Joli nom pour ce 15 km, dernier d’une série de trois épreuves regroupée autour d’un challenge.

Trois lieus géographiquement proches et trois clubs qui se sont associés afin de donner une motivation supplémentaire pour s’inscrire aux trois courses réparties tout au long de l’année.

Cela m’a permis en 2008 de me relancer sur une distance que j’avais délaissée depuis longtemps. J’y avais laissé un record d’un autre temps avec 1h06 lors de mon unique participation en 2004, à Vernon justement une des trois villes organisatrice du challenge Jean le Bon.

L’objectif au printemps, pour la première des trois épreuves à Nieuil l’espoir était de descendre sous l’heure. Contrat rempli, mais avec difficultés en 59’32. Il faut dire que j’étais, à l’époque encore plâtré.

Ce chrono me permettait déjà de monter sur le podium en finissant 3ième de ma catégorie. Me permettant donc de bien me positionner avant la seconde épreuve au début de l’été dernier.

A Vernon, le parcours est tout plat et profitant de mes progrès réalisés dans la saison, j’en terminais en 57’53, soit près de deux minutes de gagnées. Ce qui me permettait de me hisser à la seconde place du classement du jour et du challenge.

Dimanche, à Saint Maurice la clouère, fort des progrès encore réalisés en ce début d’automne, je m’alignais avec l’objectif ambitieux de titiller les 16 km/heures soit du 3’45 au Km.

Je ne connais pas le circuit, mais je le sais moins plat qu’a Vernon. D’autant plus que lors de l’échauffement, je me suis aventuré sur les derniers hectomètres. La fin est très dure.

Le départ est donné à 10 heures, soit, tenant compte du changement d’heure, en fin de matinée. Ce n’est pas plus mal, il fait froid, mais le soleil omniprésent à permis de réchauffer légèrement l’atmosphère.

Nous sommes plus de 600 à nous élancer pour une ou deux boucles de 7,5 Km. En fait le challenge compte deux épreuves et à chaque course, les 15 Km se font donc en deux boucles. J’aime bien ce principe, cela permet de bien connaitre le circuit lors du second passage.

Le début est plutôt favorable et bénéficiant du relief avantageux et de la traditionnelle euphorie du départ, je passe le premier Km en 3’20. Beaucoup trop rapide, mais déjà depuis quelque centaines de mètres j’avais ralenti mon allure.

Le peloton s’est vite étiré et je me retrouve dans un groupe de trois coureurs, deux du CA Pictave, le club de Poitiers regroupant la plupart des meilleurs coureurs locaux et moi même.

D’ailleurs dans ce groupe, se trouve mon adversaire direct, celui qui me précède au classement général de ma catégorie. A chaque fois, il a été le plus rapide et a terminé une minute devant moi.

Leur allure est intense, mais me convient bien. Nous enchainons ensemble les Km. Le parcours n’est qu’une succession de légères montées suivies de descentes. En fait la seule difficulté, ce sont les fameux 500 derniers mètres.
A l’approche de la fin de la première boucle, mes deux compagnons accélèrent légèrement le rythme. Je préfère les laisser filer afin de préserver mes chances de tenir mon objectif.

Dans la montée finale, deux coureurs me dépassent. Ils en finissent avec leur course de 7,5 K. Pour ma part j’ai encore un tour à faire. Je franchi seul le passage de la moitié en 28’, largement dans les temps. Mais là, j’ai un petit coup de mou à cause de cette cote casse pates.

Le moral reste tout de même bon. Même si je pers une minutes dans la seconde boucle, je finirais en moins de 57’. Et surtout, j’ai en ligne de mire un groupe de 5 coureurs. En fait mes deux compères de la première boucle ne sont pas partis loin et on déjà rejoint trois autres coureurs.

Durant le début de cette seconde partie, j’accélère légèrement afin de rattraper ce groupe.

Contrairement à ce que je craignais, je tiens bien le rythme et si je ne parviens pas à rejoindre tout le monde, je double quand même deux coureurs et je ne suis pas loin d’en rejoindre un autre à l’approche de l’arrivée.

La longue cote que je grimpe péniblement lui permettra de conserver quelques secondes d’avance.

Je fini en 56’37, soit très proche des 16 Km/heures que je savais inaccessibles. En trois courses, j’ai tout de même amélioré le chrono de 3 minutes. Je suis à nouveau second de ma catégorie, toujours derrière le même coureur qui, cette fois ci, ne met que 50 secondes de mieux.

Après un 20 Km à Vouneuil il y a deux semaines et ce 15 Km de dimanche dernier, place désormais à l’ultime phase de préparation au marathon de La Rochelle.

Ce derniers mois sera en grande partie consacrée à l’allure spécifique que j’ai délaissée ces derniers temps au profit d’un énorme travail au seuil.

Il me reste un peu plus de 2 semaines pour mener à bien cet objectif. Les deux dernières seront consacrées au repos post marathon.

2008-10-22 08:00:51 : flashé sur la N7 - 4 photos - 22 réactions

Nous avons profité d’un ensoleillement improbable en cette mi octobre pour venir passer le week-end dans la région parisienne. L’objectif était de profiter des entrées au parc Asterix obtenues par mon CE et qui arrivaient à expiration.

C’était vraiment le bon moment, le climat y était propice et dans les ultimes jours d’ouverture, il n’y a pas l’affluence des grand week-end estivaux. Cela nous a permis de faire le tour complet du parc et de profiter de la quasi-totalité des attractions.

Nous avons eu droit à quelques petites sensations avec le menhir express, une grande descente dans une embarcation sur rails avec une arrivée dans l’eau. Le grand splach, encore une attraction nautique. Un manège de balançoires aériennes ou encore, toujours dans le registre balançoire, le drakar qui vous transporte de la poupe à la proue en a peine une seconde.

Et puis il y a eu cette petite virée familiale a bord d’une voiture d’un autre siècle. Ma fille au volant et le radar qui se déclenche. Ça lui fera une photo souvenir de sa première leçon de conduite.

Après une telle journée, retour à l’hôtel à Montreuil. J’ai choisi cet endroit pour son accès facile en provenance de notre région et surtout en prévision du marathon de Paris.

Des hôtels pour accueillir une famille, il n’y en a pas beaucoup, et à deux pas de vincennes, nous serons idéalement situés pour que les accompagnants puissent se rendre a pieds au Km 10 avant l’entrée dans le bois et au semi à la sortie.

En attendant le 5 avril prochain pour ma seconde participation à ce marathon parisien, j’ai profité du calme de l’aurore banlieusarde pour réaliser ma première sortie longue en prévision d'un autre marathon, celui de la Rochelle. Deux heures à travers les rues de Montreuil. Je connais bien cette banlieue pour y avoir travaillé trois années durant pendant ma période étudiante.

Auparavant, j’avais commencé la semaine plutôt calme afin de récupérer des 20 Km de Vouneuil. Deux sorties en endurance le lundi et le mardi. Une heure pour la première et une heure dix pour la seconde.

Jeudi, retour aux fractionnés sur la piste pièce des cards. Il s’agissait de se préparer a ma prochaine course à Saint Maurice la clouère. Le dernier 15 Km du chalenge jean le bon. Au programme, après une demi heure d’échauffement, 3*3000 M en 3’45/Km.

Le lendemain, j’ai enchainé sur une longue séance de VMA avec deux séries de 5 fois 600 M en 2’05. Enfin hier, a nouveau une série de 3*2000M a l’allure envisagée pour ce 15 Km.

Je prévois encore deux petites séances avec un 5*300M et un peu d’endurance pour clôturer cette semaine précompétitive.

2008-10-13 15:32:56 : Records aux 20 Km de Vouneuil sous Biard - 2 photos - 24 réactions

Hier, c’étais donc la trentième édition de la course la plus populaire de la vienne (sans compter bien sur le marathon du futuroscope qui lui à une ampleur plus nationale). Cette popularité n’a pas faillit à la règle, puisse que ce sont 1200 coureurs qui se sont élancés a l’assaut du parcours inchangé depuis de nombreuses années.

Le circuit est plutôt sélectif avec la présence de deux cotes d’environ 500 mètres à plus de 15%. Avec au programme un 10 et un 20 Km, les courageux dont je fais partis en sont quittes à gravir ces deux difficultés une seconde fois.

Avant d’en arriver là, le départ est donné en descente et s’est donc sur une allure assez rapide que je m’élance parmi les premiers du peloton afin d’éviter les bousculades inévitables dues à l’étroitesse de la chaussée sur les trois premiers Km.

L’allure est rapide, mais je ne force pas et franchi le premier Km en 3’25. Mon objectif est d’environ 3’55 au kilomètre, emporté par l’élan, je suis largement trop rapide, mais la descente est à l’image des ascensions qui nous attendent dans la seconde partie du parcours.

Après cet échauffement dans les rues de Vouneuil, nous empruntons un chemin le long de la boivre, le petit court d’eau local. Ce passage est assez agréable, cette portion toute plate est très ombragée et ce sera un plus, notamment au second passage où le soleil commence déjà se faire sentir.

Dans ce second kilomètre, je continue sur ma lancée et passe en 3’46. J’en profite pour rattraper un amis inscrit sur le 10Km et qui m’accompagnera jusqu’en haut de la première difficulté.

Le rythme est légèrement plus rapide que prévu, mais je sais que la seconde partie fera baisser ma moyenne et surtout je me sens à l’aise et mon cardio bloqué sur 176 puls me confirme ces sensations.

Arrivé au milieu du 5ième Km, nous entamons la première cote, elle est plutôt impressionnante vue d’en bas. Je grimpe tranquille et au milieu passe le Km 5 en 18’45. Je suis largement dans mes objectifs et même plutôt sur une fourchette haute, puisque je vise moins de 1h20, disons qu’un 1h18 et quelques me comblerai.

Pour l’heure je suis dans le dur du programme, car en haut de cette cote casse pates, nous enchainons sur une succession montées entrecoupées de passages assez plats. Il faut bien rattraper le dénivelé descendu lors du premier Km et aussi celui, tout aussi important, qui nous attend en fin de boucle.

Le ravitaillement situé peu après la première cote permet de prendre quelques forces pour partir à l’assaut de la seconde difficulté située moins de deux kilomètres plus loin.

Et pas de répits dans cette partie où l’on continue de grimper avec ça et là quelques petites descentes. Le chrono s’en ressent, déjà le kilomètre 6 comportant la plus grande partie de la cote s’est arrêté sur un 4’26. Le suivant n’est gère plus brillant avec 4’05 il faut dire que celui-ci se termine par la seconde ascension.

Que du bonheur pour cette fin de parcours, avec d’abord un passage assez plat dans lequel je peux enfin relancer et passer en 3’42. Un second ravitaillement pour à nouveau prendre des forces, puis un chemin qui nous mène droit vers la longue descente du dernier Km.

A l’issue de ce dernier Km, je perds une bonne partie des coureurs qui m’entouraient. Ils en finissent avec leur 10 Km. Pour ma part je passe la mi parcours en 38’40, largement dans les temps.

C’est reparti pour un tour, avec encore de la descente. J’en profite pour rejoindre un coureur qui me devançait légèrement. Nous nous relayons dans le chemin et rattrapons ainsi un autre coureur.

Toujours très a l’aise je relance dans cette portion assez plate, mes deux compagnons ne peuvent suivre et me voilà à nouveau seul. Dans la montée du 15ième Km, je rejoins deux autres coureurs en perditions. Parmi eux se trouve le vainqueur de la 25ième édition, la première de toutes les courses auxquelles j’ai participé. Il n’a peut être pas la même aisance qu’il y à 5 ans, mais pour un V2 il se défend bien. D’ailleurs il finira second de sa catégorie.

Ces deux coureurs sont pour l’heure en difficulté et à la faveur de cette cote assez raide, je les passe très rapidement pour me retrouver immédiatement seul. Dès lors je ne rejoindrais plus d’autres coureurs, mis à part quelques retardataires de la petite boucle.

En haut de ce quinzième kilomètre, je sais que le plus dur est fait et le chrono de 57’46 signe de record sur cette distance est vraiment encourageant à deux semaine de la dernière étape du challenge Jean le Bon à Saint maurice la clouère.

Il est très encourageant aussi pour l’issus de ce 20 kilomètre qui en fait n’en compte que 19,6. Le départ n’étant pas exactement situé au même endroit que l’arrivée, la seconde boucle se trouve ainsi amputée de 400 mètre. Je le sais et je me sens alors des ailes après le ravitaillement.

A moins de 4,5 Km de l’arrivée, je n’ai plus qu’une dernière difficulté avant de plonger vers l’arrivée. Ils sont quand même durs ces hectomètres qui séparent les deux ascensions.

Une fois en haut, je n’aie plus qu’à dérouler. Derrière moi plus personne, devant non plus.

Si pendant longtemps j’ai pu apercevoir le groupe qui me précédais, s’en et fini et pour cause, ils ont plus d’une minute d’avance.

Qu’importe, j’en termine en 1h16 et 10 secondes, bien au dessus de mon objectif initial qui étais de moins de 1h20. En deux ans, j’ai progressé de 6 minutes sur ce même parcours. Relaché dans l’ultime Km, je me dis que j’aurais même pu descendre sous les 1h16.

Me voilà déjà un objectif pour la 31ième édition de cette course qui semble définitivement être devenue la course préférée de tous les pictaviens.

Tous les billets

www.courseapied.net - info@courseapied.net