La course à pied Les blogs courseapied.net : GGBI

Le blog de GGBI

Flux rss du blog, des réactions

Mes catégories

Mes derniers billets

Mes liens


Le forum courseapied.net

Les blogs courseapied.net

2008-03-17 12:41:22 : les trois heures de Chasseneuil - 1 photo - 15 réactions

Comme je l’indiquait la semaine dernière, je n’aie pu me résigner a regarder les autre courir et comme la douleur s’estompe, en fin de semaine dernière, ma décision étais prise.

C’est donc avec un plâtre, mais une motivation intacte que je m’alignais samedi après midi sur ma piste d’entraînement.

Le matin, je m’étais déjà rendu sur les lieux pour aider à installer. Ça commençait mal, le nouveau parcours que nous avions mis en place pour le dixième anniversaire de l’épreuve a été légèrement modifié, car selon le mesureur, il manquait 20 mètres.

Pour l’avoir parcouru de nombreuses fois a l’entraînement, mon GPS m’avais toujours indiqué 1,99 Km. Ce n’est donc pas 20, mais 10 qu’il manquait. Du coup, pour récupérer la distance ils ont rajouté deux virages en S sur une partie de chemin assez large qui sert habituellement de terrain de pétanque.

Voila une difficulté qui en plus du demi tour que nous n’avions pas pu éviter va obliger a réaliser une deuxième relance sur un parcours de 2Km.

Cela ne m’annonce rien de bon. Déjà, ma préparation a été plutôt chaotique, avec d’abord trois semaine intenses et assez positives, j’ai arrêté brutalement l’entraînement suite a une fracture du scaphoïde sur les pistes de ski.

Une semaine complète d’arrêt, puis reprise progressive au moment où, dans mon plan je devais réaliser les entraînements les plus intenses. Mais la douleur au poignet m’aura empêché de les réaliser.

Puis à deux semaines du départ, la douleur s’estompe et la forme reviens petit a petit. Une semaine avant le départ, je retrouve de bonnes sensations.

Cette boucle supplémentaire dans le parcours, mais surtout les prévisions météo m’inquiètent tout de même. Si le matin seul un léger vent viens souffler sur la pièce des cards, météo France annonce des orages et surtout un vent violent pour l’après midi.

Et ils ne s’étaient pas trompés, dès le départ, le vent perturbe la course et si je pars dans l’allure que je m’étais fixé d’environ 4’10/4’15 au kilomètre, le cardio grimpe vite. Dés lors, je sais que je ne serais pas sur les bases de mon record sur le marathon de lille-lens qui était de 2h57.

Je garde quand même l’espoir de passer la distance mythique avant le coup de feu final, mais je sais que ce sera dur. Seul petite satisfaction, je suis troisième et je vais essayer de garder cette place.

Pour essayer de garder l’espoir, je reste sur les bases de 2h57 même si je sais que je suis trop haut et que je risque de piocher sur la fin. Je me fixe comme objectif de tenir les deux premières heures à ce rythme quitte a lâcher un peu sur la dernière heure.

En plus du vent très violent, la pluie fait très vite son apparition et même de plus en plus fort. Au bout de 59’ je franchi les 14 kilomètres, exactement dans les temps prévus. C’est à ce moment qu’un coureur individuel me dépasse. Il est même beaucoup plus rapide que moi, mais tout de même pas si vite pour me mettre déjà un tour. Je viens de perdre la troisième place synonyme de podium.

Le moral en prend un coup et la pluie redouble dans cette seconde heure. Ce sont des trombes d’eau qui s’abattent sur les coureurs. Pour la partie du circuit située sur le nouveau chemin, cela ne pose pas trop de problèmes, le sol absorbe l’eau, mais sur la partie goudronnée, ce sont des gigantesques flaques d’eau qui s’imposent aux coureurs et il devient impossible de les éviter. Les pieds sont alors trempés.

Mais le pire, c’est dans le fameux double virage rajouté le matin même pour compléter le circuit. Ces virages sérés et la nature du sol ont transformé cette portion en gadoue et a chaque passage je manque de trébucher, m’obligeant a sérieusement ralentir pour éviter la chute.

Dans cette seconde heure, je souffre, mais conforme a mon objectif, je maintient l’allure et franchi le semi en 1h28’45, exactement comme a Dublin. Là bas, j’avais fait l’erreur d’accélérer, cette fois ci je suis plus sage et me contente de conserver ma vitesse.

De toutes façons, je commence déjà à ressentir de la fatigue. J’ai les poings crispé et je sais que c’est plutôt mauvais, alors quand j’y pense j’essaye de me relâcher. Mais c’est difficile, car si je ne maintiens pas le plâtre, il a tendance a bouger et cela me gène.

Je passe les 28 Km en 1h58 soit toujours à la même allure. Mais dans le tour qui suit, je faiblis. Et c’est là qu’un événement va venir relancer ma course. Le coureur qui m’avait doublé au bout d’une heure n’est plus très loin. Il doit souffrir.

Je fais un peu le forcing pour le rattraper. Nous discutons un peu. Je lui dis que je cherche à atteindre le marathon. Il me confirme que c’était son objectif aussi, mais qu’il n’y croit plus.

Nous sommes toujours dans les temps, mais moi aussi je suis septique, mais je commence par contre à croire au podium.

Ce quinzième tour que nous bouclons ensemble se termine en 8’45, soit 20 secondes de plus que les autres. C’est le début du mur. La dernière heure va être terrible, mais je veux m’accrocher.

Le seizième tour se boucle en un peu plus de 9’ et nous sommes toujours ensemble. Désormais, je finirais sur cette allure. Un rapide calcul me permet de constater que je ne parviendrais pas à atteindre les 42 Km. Et l’autre coureur accélère. Je préfère le laisser partir.

C’étais pour lui une tentative vaine, moins d’un kilomètre plus loin, je le reprend et dans le tour qui suit, il n’arrive pas a rester avec moi.

Dans la dernière demi heure, je vais prendre 550 mètres d’avance pour finir à 41,74 Km a 400 mètres du second qui a du aussi souffrir et qui fini a 50 mètre de la distance mythique.

Même le vainqueur, qui avec 46 km a survolé l’épreuve est loin de ses 47 Km espérés.

Cette fois ci encore, je n’avais pas le marathon en moins de trois heures. Je suis loin du niveau que j’avais l’année dernière a lille, mais beaucoup de circonstances y on concouru. Avec un plâtre et une météo vraiment difficile, rien de m’y a aidé.

Prochain objectif, le marathon du mont saint Michel le 24 mai. J’espère cette fois ci retrouver les conditions idéales pour a nouveau titiller les moins de trois heures.

2008-02-08 16:10:51 : changement de piste - 0 photo - 1 réaction

Une fois n’est pas coutume, chaque année je profite des vacances d’hiver pour mettre entre parenthèses la course a pieds au profit d’un sport plus dynamique mais nettement moins fatiguant, le ski de descente.

Moins fatiguant, parce que comme son nom l’indique, on ne fait que des descentes et encore on se laisse glisser. Il s’agit juste de négocier quelques virages à l’aide de flexions pour limiter la vitesse et rester maître de son parcours.

Les montées, assis dans des paniers ou encore tiré par des remontes pentes, permettent de récupérer de l’effort intense réalisé. Une journée, je m’étais amusé a prendre mon polar pour mesurer l’activité cardiaque développée par ce sport.

Le cardio pouvait monter autour des 80/85% de FCM selon les descentes qui durent environ deux à trois minutes et redescend allégrement autour des 38% (environ 70/80 pulsations) pendant la montée d’une durée de 5/10 minutes de la même piste.

Pas vraiment fort, mais comme j’en fait toute la journée, ce n’est tout de même pas de tout repos. D’autant plus que cette année je compte me remettre au surf. J’avais arrêté et revendu mon ancien il y a 5/6 ans car à l’époque avec des enfants en bas ages j’avais une pratique vraiment sporadique.

L’année dernière, j’ai voulu m’y remettre en en louant un pour la dernière journée. Du coup, dès mon retour je faisait l’acquisition d’un neuf, profitant des rabais de fin de saison.

En attendant, et en prévision de ces vacances, j’ai chargé cette semaine en course a pieds. Chargée naturellement, car c’est la troisième semaine de mon plan de préparation et que c’est, avec les semaines 5 et 6, une des plus chargée, mais aussi car je l’ai réalisée en 5 jours pour ne pas rechausser les running avant lundi.

Du coup, pas de jour de repos. Mercredi après mes séances de début de semaine en fractionnés court et endurance, retour a l’allure marathon. Au programme deux fois 3,5 Km entrecoupée de 5 minutes de récupération.

Contrairement au reste de la semaine, j’ai effectué cette séance le soir. Avec un départ a 18 heures, il fait encore jour, mais je sais que ce ne sera pas le cas tout le long. J’ai donc mis sur la tête la frontale achetée récemment.

Après une demi heures d’échauffement dans Jaunay clan, je fais ma première fraction sur la piste cyclable qui mène jusqu'à Avanton. Frontale allumée, je me sens plus en sécurité sur cette piste que sur la route. Me voilà alors durant ces 3,5 Km à l’envers de l’ancien final du marathon du futuroscope.

Cette portion a depuis été changé, car en pleine campagne, elle manquait de public. C’est d’ailleurs toujours le cas. Arrivé à Avanton, je constate que j’ai plutôt bien tourné. Une moyenne de 4’06 pour 86% de FCM. C’est plutôt pas mal.

Après une récupération dans les rues du village, me voilà a nouveau à vive allure en direction de Martigny. Cette fois ci je suis sur la nouvelle portion du marathon et l’allure légèrement plus rapide de 4’05 laisse même penser qu’elle est plus roulante.

Hier petite sortie d’une heure et quart en endurance. A une vitesse plutôt mesurée dans un premiers temps. Avec JF et son collègue qui reprend juste. Puis je fini seul dans la dernière demi heure, j’en profite pour légèrement accélérer et finir avec 14,5 Km au compteur.

Ce midi, ultime sortie avant le départ. Depuis hier, c’est le grand beau temps et je sors la tenu d’été, ou presque. En short et sweat, je pars pour deux fois 4 Km allure marathon. Les conditions sont idéales, sans vent et une température d’environ 12 degrés.

Par contre ma condition n’est pas au mieux et j’avais décidé de faire ces deux fois 4000 sur le circuit des trois heures, histoire de faire une répétition grandeur nature. La boucle faisant deux kilomètre, il s’agit de la parcourir deux fois à chaque fraction.

Bilan, une moyenne de 4’11, largement moins bien que ces derniers jours. Ce circuit n’est pas facile, avec ces demis tours et je suis vraisemblablement émoussé par l’accumulation d’entraînement depuis Dimanche.

Semaine prochaine, ski donc et tout de même un peu de course a pieds. Je prévois trois sorties, une petite le lundi matin, une autre plus longue le mercredi et enfin une dernière le vendredi.

2008-02-05 15:23:48 : Un bon groupe - 6 photos - 6 réactions

Le premier dimanche de chaque mois, nous avons décidé de regrouper les deux sections jogging de notre association. Cela permet de se rencontrer et aussi de grossir notre groupe qui est souvent, avec les absences des uns ou des autres, composé de 3 a 4 éléments seulement.

La veille nous étions de bal avec nos voisins qui pratiquent aussi la course a pieds. J’en ait profité pour les enrôler dans notre sortie histoire de tenter de battre en nombre le groupe de femme qui était composé de 7 coureuses la fois précédente.

Le réveil fut difficile, il faut dire qu’à ce bal il n’y avait pas que de l’eau à boire, mais seul un des voisins manquait à l’appel. C’est donc a quatre que nous somme partis rejoindre les autres hommes du groupe au point de rendez vous pièce des cards.

Avec trois coureurs de plus nous voici fin prêt à dominer en nombre l’autre groupe. Nous tournons un peu autour du lieu de rendez vous, car si nous nous donnons rendez vous a 9h30, les femmes elles ne se rejoignent qu’a 10 heures.

C’est donc après environ trois quart d’heures de course pour moi, avec le trajet du lotissement au point de rendez vous et la demi heure en commun, que nous démarrons notre course commune.

Le groupe est vraiment conséquent, avec 15 personnes, nous sommes encore grillé, les femmes sont plus nombreuses. Nous faisons ensemble une petite boucle d’un peu plus de 10 kilomètres en environ une heure. Difficile de rester ensemble cette fois ci, certains adoptant naturellement des allures différentes. A plusieurs reprises le groupe se trouve scindé en deux. Les plus rapides attendent par endroit les autres.

Au retour, je fais encore un petit tour pièce des cards. J’aurais voulu pousser la sortie jusqu'à deux heures, mais finalement nous en finissons en 1h48 et je suis vraiment claqué alors je préfère en rester là.

Hier, séance de fractionnés. Au programme 8*800M en 2’55. En fait je me décide au dernier moment à inverser avec la séance du lendemain. Il fait beau et il n’y a pas trop de vent. Je me dis donc qu’il vaut mieux faire les 800 M dans ces conditions, ne sachant pas le temps qu’il frais aujourd’hui.

Bien m’en a pris, car aujourd’hui c’est le retour du vent. Par contre je n’ai pas pensé de regarder les temps de récupération et je fais 200M au lieu de 300M entre chaque fraction.
Du coup, a partir de la cinquième, je commence a piocher et fini les 3 dernières en 2’58. J’étais aussi parti un peu vite sur la première que j’ai avalée en 2’52.

Au final, une moyenne de 2’56, un peu moins bien que lors de ma préparation pour Dublin, mais avec des récupérations beaucoup plus courtes.

Aujourd’hui, j’ai donc fait la séance prévue initialement hier, 1h15 d’endurance que j’ai finalement poussée a 1h20 et 15,6 Km.

Pour cette fin de semaine je prévois encore un gros fractionné d’allure marathon avant de partir pour les sommets du massif central et laisser la course a pieds légèrement de coté pendant une semaine. Cela tombe bien, la quatrième semaine de mon plan est une semaine allégée.

Toutes les photos de la sortie commune sont sur notre site : http://www.chasseneuil-loisirs.fr/photos/jogging/20080203%20-%20sortie%20commune/index.html

2008-02-01 15:27:15 : Quel vent - 0 photo - 8 réactions

Le vent n’est pas le meilleur ami du coureur. Quand il est de face, difficile d’avancer. De coté il trouve encore le moyen de perturber. Lorsque il est dans le dos, il ne gène pas, mais n’apporte aucune aide.

D’ailleurs, si on le sent, c’est très mauvais signe car le retour sera terrible. C’est pour cela que lorsqu’il se fait violent comme aujourd’hui, j’essaye de lui faire face avant, histoire d’avoir un retour plus agréable.

Ces derniers temps il faisait froid, certes, mais sans ce souffle désagréables, mes séances s’en ressentaient. Aujourd’hui, accompagné de son ami la pluie la séance a été un peu moins rapide.

Déjà mercredi, après mon long fractionné de la veille, les jambes étaient lourdes lorsqu’au petit matin je me suis élancé pour une séance à jeun. J’essaye toujours dans une préparation marathon de glisser une ou deux séances comme cela, il parait que c’est plutôt bénéfique pour envisager une course longue cela permet d’habituer l’organisme a puiser dans les réserves sans avoir a faire des sorties qui s’éternisent.

D’ailleurs, une heure et 11,3 Km plus tard cette course nocturne étais pliée. Un tour dans Jaunay clan, puis le futuroscope avant de rentrer par le bourg de Chasseneuil.

Aujourd’hui c’était une autre affaire, au programme deux fois 3000M allure marathon. Pendant l’échauffement, j’hésite entre plusieurs stratégies, faire ces trois mille sur le circuit des trois heures, histoire de me baigner dans le parcours, les faire uniquement sur la piste qui grâce a une haie d’arbres est légèrement abritée mais avec 400M au tour il m’en aurait fallu un paquet, pour faire mes 6000M.

Puis l’échauffement avançant, je préfère aller en pleine nature. Il sera bien temps dans la seconde moitié de la préparation de me rendre sur les lieux de la course.

Après 30 minutes d’échauffement laborieux, car face au vent, je m’élance pour mon premier 3000M. Même si j’ai essayé de respecter les fréquences d’endurance, j’ai peiné et je suis déjà assez émoussé à l’entame de cette première fraction. D’ailleurs le cardio ne tarde pas a me le faire sentir, lui qui étais resté sagement sous les 170 la semaine dernière monte direct a 172. J’arrive à stabiliser et fini ces premiers 3000 en 12’10 en ayant légèrement accéléré sur la fin.

La seconde fraction sera plus difficile, elle commence par une longue montée qui me mène des philambins au site du futuroscope. Du coup j’ai du mal a tenir les pulsations et fini en 175 de moyenne a une allure similaire.

Au final, les temps restent tout de même plus que corrects, j’ai un peu forcé pour faire face au vent. C’est sur que si il souffle ainsi le jour J, l’objectif sera alors très difficile a atteindre.

Dimanche, dernière sortie de la semaine. La plus longue, j’essaierai de faire encore 2 heures, comme la semaine précédente. C’est une sortie commune avec les femmes, le groupe devrait donc être conséquent.


2008-01-29 18:35:00 : de belles années devant moi - 0 photo - 8 réactions

2008-01-25 17:40:17 : Passons aux choses sérieuses - 0 photo - 9 réactions

www.courseapied.net - info@courseapied.net